octobre 2012

Archive mensuelle

Réunion de la commission des travaux, le vendredi 19 octobre

Créé par le 12 oct 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques

La commission des travaux se réunira le vendredi 19 octobre, à 20h30, à la salle polyvalente. Nous y débattrons de plusieurs propositions de travaux concernant la voirie communale. Tous ceux qui le souhaitent peuvent y participer.

 

Bilan de la nouvelle réunion de concertation au sujet des PPRif

Créé par le 11 oct 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Equipe municipale et commissions

  Le mardi 2 octobre, Monsieur le Sous-Préfet, Pierre Régnault de la Mothe, accompagné des services préfectoraux dédiés à l’incendie et à l’urbanisme, a reçu les maires du massif des Aspres à leur demande expresse, émise en mai 2012, afin d’obtenir des éclaircissements sur la synthèse des réunions de concertation sur les PPRif des P.O. qui se sont déroulées en décembre 2011.

  Alors que les précédentes réunions et la synthèse qui en avait été faite laissaient espérer que de nombreux points étaient maintenant acquis (comme la qualification de l’aléa, la notion de défense globale des massifs, la volonté de concertation, la possibilité de reconstruction après incendie sous condition, la réhabilitation de mas isolés et la création de gîtes) et qu’il ne restait plus qu’à les acter, les élus ont pu assister lors la dernière réunion à une nette rétractation et crispation des services, notamment au sujet de la reconstruction sous condition en zone rouge après incendie et de la création de gîtes, points sur lesquels la Préfecture ne souhaite plus fléchir. Dans ces conditions, le Collectif a le sentiment que les services mettent à bas tous les efforts mis en oeuvre au cours des précédentes réunions. 

  Par ailleurs, la notion d’approche globale par massif, qui est la base de notre demande et qui nous semble avoir une importance majeure pour l’avenir de nos communes, n’est pas prise en compte. A la demande des élus, mise en avant par tous les participants à la réunion du 14 juin 2011 en Préfecture, qui souhaitent qu’à une gestion par commune soit substituée une gestion globalisée par massif (en l’occurrence, celui des Aspres), sans qu’on s’interdise poura autant de revenir ensuite à une approche plus fine à laquelle seraient associées les collectivités locales et aussi les habitants, les services de la DDTM préfèrent une gestion par bloc de communes (quatre communes situées au sud du massif des Aspres).

  Lors des différentes concertations, tout comme l’ont souligné les services préfectoraux dans le premier paragraphe de la synthèse consacré aux caractéristiques du massif des Aspres, il est apparu comme admis que les Aspres constituent un massif homogène où le risque incendie est, de manière générale, très élevé. L’homogénéité est d’ailleurs telle que ces services eux-mêmes ne font part d’aucune sectorisation précise concernant la zone des Aspres. Toutes les Aspres présentent donc un risque. Au regard de l’expérience, notamment celle de cet été 2012, il est également admis que les grands feux partent toujours du nord de ce massif et, poussés par le vent dominant (la tramontane), s’étendent vers le sud, comme l’a fait l’incendie de 1976 qui a parcouru ce territoire de Corbère-les-Cabanes à Céret (donc bien du nord au sud). Or seules quatre communes, située au sud du massif, se sont vu prescrire un PPRif. Nous le répétons donc, à cette gestion par petits blocs de communes, il nous semble préférable de traiter le problème sur l’ensemble des communes de la zone, en leur appliquant des règles identiques (débroussaillage à 100 mètres, interdiction de nouvelles constructions en zone rouge, etc., par exemple). Dans la mesure où le risque est le même sur l’ensemble du massif, pourquoi seules quatre communes endosseraient-elles le poids de la législation PPRif et non pas, solidairement, l’ensemble des communes du massif? Un simple PAFI et une bonne politique DFCI ne pourraient-ils suffire à couvrir la zone ?

  Au cours de cette réunion, nous avons rappelé également notre réticence à ce que la Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux (DETR), ordinairement prévue pour soutenir des projets communaux de grande envergure et tenant à cœur de la population (concernant le plus souvent des bâtiments communaux, type école, mairie, etc.), soit utilisée par les communes pour mettre en œuvre les PPRif. Compte-tenu des faibles capacités d’autofinancement des communes rurales, l’utilisation de la DETR dans le cadre des PPRif revient à les condamner à ne plus pouvoir porter d’autres projets que la lutte contre l’incendie. Concrètement, les quatre communes des Aspres qui se sont vu prescrire un PPRif seront donc pénalisées dans leur développement.

  Enfin, nous avons manifesté notre inquiétude quant au maintien et au développement du sylvo-pastoralisme sur les communes concernées par les PPRif. Nous constatons que l’arrêté préfectoral fixant les modalités relatives aux BCAE n’a été modifié que jusqu’en 2013 pour intégrer dans les surfaces éligibles les landes, parcours et bois pâturés avec ressources fruitières et ligneuses, et que, par là-même, les 60 éleveurs impliqués dans la politique de prévention des incendies et la contractualisation d’entretien de 8000 ha de coupures dans les piémonts des Aspres, Albères, Conflent et Fenouillèdes, sont en péril et risquent de disparaître.

  Peu de réponses positives ont été apportées aux questions des élus et le Collectif PPRif P.O est ressorti de cette réunion avec encore plus d’inquiétude et de mécontentement. Les prochains PPRif (et, prétendument, les seuls à venir dans les Pyrénées-Orientales où, en 2007, il en était pourtant prévus 77!) concernent les communes de Llauro et d’Oms (où ils devraient être applicables fin 2013), Tordères (où la carte des aléas, qui date de 2004 et que les élus considèrent comme obsolète, va être revue d’ici fin 2013 et où le PPRif ne commencera donc à être élaboré qu’en 2014) et, enfin, Vivès.

  Le Collectif PPRif P.O. se réunira le jeudi 8 novembre pour débattre et décider des suites à envisager.

Des colonnes textiles vont être installées dans les déchetteries de Trouillas et Thuir

Créé par le 08 oct 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Infos pratiques

Chaque français produit 17 kilos de textile par an dont 9 kilos de vêtements et 2 kilos de chaussures… Avec 700 000 tonnes contre 600 000 il y a un peu plus de deux ans : la quantité estimée de déchets textiles est en forte progression. Aujourd’hui, seules 105 000 tonnes environ sont collectées dont 50 % sont réutilisées dans les pays en voie de développement, 20 % sont transformées en chiffons, 10 % sont destinées à la cartonnerie, 8 % à l’effilochage et 12 % sont détruites.

Afin de faciliter la collecte textile dans les Pyrénées-Orientales, le Sydetom 66 prévoit de mettre en place 350 colonnes à textile sur le département, sachant que toutes les communes de plus de 200 habitants auront leur colonne ! Le recyclage des textiles permet de donner une seconde vie aux vêtements usagés, qui ne sont pas en état d’être portés ou donnés aux associations caritatives. Ce recyclage permet en outre d’éviter de jeter les vêtements dans les circuits traditionnels de traitement des déchets et par conséquent de limiter la quantité de déchets dans les centres de stockages des déchets ultimes ou les déchets brûlés par les incinérateurs.

De grandes colonnes textiles vont donc être installées dans les deux déchetteries de la Communauté de Communes des Aspres, à Trouillas (la semaine prochaine) et à Thuir (dès le mardi 9 octobre). Cela permettra de recevoir de plus grands apports que les colonnes installées dans les communes.

 

Journée de sensibilisation à la maltraitance et au non respect des droits de l’enfant

Créé par le 06 oct 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

L’équipe de l’association L’Elephant Vert a initié une journée de sensibilisation à la maltraitance et au non respect des droits de l’enfant, le jeudi 11 octobre 2012, de 13h30 à 18h30, au Domaine de Rombeau, à Rivesaltes.

Ce débat permettra de réfléchir aux prises en charge judiciaires des victimes mineures, au rôle de l’avocat et, à l’évolution de l’écoute et de l’accueil.

Les enfants victimes souffrent, mais également leur famille, leurs frères et soeurs, c’est ce thème qui a été retenu pour une réflexion commune.

Contact de l’association à Perpignan : 04.34.29.51.32 et 06.17.10.36.37.

N°VERT : 0 800 05 11 11, appel gratuit 24h/24

http://www.elephantvert.com/

Réunion publique du SCOT à Thuir

Créé par le 05 oct 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Infos pratiques

Une réunion d’information et de débat, ouverte à tous et concernant le Document d’Orientations et d’Objectifs (le troisième et dernier document constitutif du Schéma de Cohérence Territorial, qui définit les prescriptions réglementaires de l’urbanisme à venir dans la Plaine du Roussillon et les Aspres) aura lieu le mardi 9 octobre, de 18h à 20h, à la salle Léon-Jean Grégory, à Thuir.

Venez nombreux, il s’agit de l’avenir de nos communes!

Téléphone du syndicat : 04.68.37.79.52.

http://www.scot-roussillon.com

4ème tournoi d’échecs de Tordères

Créé par le 04 oct 2012 | Dans : A retenir, Fêtes et animations

Le temps étant maussade, le vent bien qu’hésitant, les organisateurs choisirent dans leur grande sagesse de se replier dans l’église du village.

La réussite de ce tournoi non homologué par la fédération, où aucun point ELO n’est à gagner, aucun prix en numéraire mais uniquement le plaisir de passer une journée ensemble, jeunes, moins jeunes et même trois vétérans. Pourtant la qualité de ces joueurs présents n’est surtout pas à négliger car parmi eux se trouvaient bon nombre des meilleurs joueurs du département. En tous les cas tous ceux qui partagent notre idéal de plaisir dans le jeu, l’amitié et le partage pour se retrouver une journée ensemble.

Nous avons été surpris par le nombre de présents à 9h30 car nous ne tablions que sur 25 participants et nous nous trouvions à 45 personnes dont 41 joueurs. Notre prévoyance alimentaire légendaire de Gaulois nous permit de servir tout ce petit monde. Un miracle !

En ce qui, concerne la rencontre intellectuelle proprement dite, quelques constatations statistiques : 41 joueurs dont 21 moins de 16 ans, 16 séniors, 3 vétérans et un cadet ; 7 habitants de Tordères et 6 amis à eux venant des environs de Rodez.

Notons la présence d’un Catalan du sud extrêmement sympathique. Notons également que parmi nous il y avait un jeune joueur anciennement de Canohès qui représente aujourd’hui la principauté de Monaco. Etaient aussi présents des champions plusieurs fois titrés dans les championnats départementaux.

ENFIN UN TRES BEAU PLATEAU.

Voici les résultats bruts des podiums 2012.

TOURNOI DE TORDERES :

1er : PRADERES Anthony (déjà gagnant en 2010) Perpignan Lloveras

2ème : FORTEA Marc

3ème : CSOMOS Roland, Canohès

TOURNOI DES JEUNES – DE 16 ANS :

1er : APAP Hugo (Monaco)

2èmes : NAVARRO Robin (Canohès) / MESSAGER Tristan (Canohès)

3ème : PLANAS MONTANER Florian (Canohès)

CHAMPIONNAT DE TORDERES (réservé uniquement aux Tordérencs) :

1er : MAURICE Brandan (Tordères)

2ème : MITJAVILA Stéphane (Tordères)

3ème : MANEM Patrice (Tordères, du club de Canohès)

Quelques commentaires sur ce championnat âprement disputé entre Patrice et Brandan depuis 4 ans :

La première année le combat fut rude mais l’ancien, plus fort, l’avait emporté. La seconde en l’absence de Patrice, Brandan remporta le titre. L’année passée, le suspense dura jusqu’à la dernière minute et l’expérience l’emporta sur la fougue de la jeunesse.

Cette année était l’année de vérité pour Patrice car s’il l’emportait il gardait pour lui la grande coupe de triple champion d’Echecs de Tordères. Seulement voilà, rien n’est écrit d’avance et Patrice malgré de superbes résultats par ailleurs, ne réussit pas à battre Brandan lors de la première ronde : résultat nul. Les aléas de l’ordinateur et des contres performances de  Patrice ne lui permirent pas de rattraper Brandan qui lui sortit une superbe performance lors de la dernière ronde face au Catalan sud qui pointait avec près de 300 points ELO d’avance. Ce qui profitait à Stéphane, notre hyper sympathique président de l’association de Tordères en fête.

Je vous invite à consulter le site de : « echecs66 » pour voir les photos et la joie qui transpire sur tous les visages jeunes et moins jeunes.

L’année prochaine la procession de la grande coupe devrait se disputer entre Patrice et Brandan puisque étant à égalité 2 à 2 le premier à 3 victoires emportera la grande coupe. A moins que Stéphane décide de s’immiscer dans la lutte ce que je crois fermement. Après, il n’aura que 2 victoires à remporter pour les égaler. Nous remercions  le club de Canohès en sa totalité sans qui ce tournoi serait impossible, pour son aide logistique et la participation de ses membres, remercions les joueurs de Perpignan Lloveras, échiquier Saint-Jeannais et d’autres clubs qui ont choisi de nous rencontrer et de jouer avec nous, sans enjeu sinon celui de passer une bonne journée ensemble.

Merci à tous et à l’année prochaine j’espère.

Daniel Maurice, organisateur.

 Toutes les photos de la journée sont là : https://skydrive.live.com/?cid=2e05c68bc327e7be&id=2E05C68BC327E7BE%211642

Traitement de la chenille processionnaire du pin

Créé par le 02 oct 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

   Comme chaque année, le traitement de la chenille processionnaire est initié du 1er octobre au 16 novembre 2012. Les services du SIVOM de Ponteilla assurent ce traitement avec beaucoup de professionnalisme. Vous pouvez les contacter au secrétariat du SIVOM, au 04.68.53.06.70.

  Ce traitement est biologique, inoffensif pour les hommes et les animaux autres que la chenille processionnaire. Il est à base de Bacillus Thurigiensis Kurstaki, une molécule qui agit directement sur le système digestif des chenilles. Ce traitement est respectueux de l’environnement du fait de sa spécificité d’action restreinte aux larves de lépidoptères au stade larvaire et qui ne persiste que très peu de temps après l’application (huit jours environ).

  Nous vous rappelons que les poils de la chenille processionnaire provoquent de l’urticaire (éruption douloureuse avec fortes démangeaisons). Une intervention médicale est souvent nécessaire. Les poils urticants persistent longtemps après la disparition de la chenille.

  Par ailleurs, elles affaiblissent considérablement et durablement les pins et provoquent une défoliation de l’arbre qui peut être totale.

  Sachant que les papillons auxquels ces chenilles donnent le jour peuvent voler jusqu’à 50 km, tous les propriétaires de pin sont concernés.

 

12

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...