Le moustique Aedes albopictus est un moustique d’origine tropicale, également appelé « moustique tigre » en raison des zébrures qui parcourent son corps effilé. Il a été détecté dans quelques communes des Pyrénées-Orientales durant l’été 2012 par l’Entente Interdépartementale pour la Démoustication du littoral Méditerranéen (EID). Son implantation est aujourd’hui confirmée et son éradication est impossible.

Comme pour d’autres départements du sud de la France, le niveau 1 du plan départemental de lutte, élaboré sous l’autorité du préfet, est activé. Ce niveau signifie que des oeufs ont été observés, à plusieurs reprises, sur plusieurs pièges pondoirs déposés par l’EID, ainsi que des larves et des adultes aux alentours des pièges.

Le conseil général a mis en place un dispositif de surveillance de l’implantation du moustique et de lutte contre sa prolifération. Il a missionné l’EID pour sa mise en oeuvre.

L’Agence Régionale de Santé a en charge la surveillance épidémiologique (étude des cas humains). Dès que le moustique est déclaré implanté dans un département, l’ARS Agence Régionale de Santé assure l’information et la sensibilisation des praticiens pour la mise en oeuvre du signalement accéléré de cas suspects de chikungunya (maladie infectieuse tropicale occasionnant de fortes fièvres, de vives douleur articulaires, une raideur des membres et des syndromes digestifs) et de dengue (infection virale entraînant des fièvres, des douleurs articulaires, des maux de tête et des vomissement, ainsi que des éruptions cutanées – dans ses formes les plus sévères, la dengue est hémorragique).

Le moustique est une espèce nuisante mais n’est pas en lui-même porteur du virus de la dengue  ou du chikungunya. Il n’est qu’un vecteur du virus. Il ne peut le transmettre que s’il a piqué, au préalable, une personne déjà infectée. Il n’y a pas de transmission possible du virus entre humains.

Lutte contre la dissémination du

Pour lutter contre la dissémination du « moustique tigre », il suffit d’adopter des gestes simples. Ils réduisent considérablement le risque de présence du moustique à proximité de votre domicile, et donc de piqûre. Se protéger, c’est éliminer les lieux de ponte et de développement des larves du moustique en supprimant les endroits où l’eau peut stagner.

Pour éliminer les larves de moustiques, il faut :

- éliminer les endroits où l’eau peut stagner (petit détritus, encombrants, pneus usagés, déchets verts)

- changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine ou, si possible, supprimer les soucoupes des pots de fleur, remplacer l’eau des vases par du sable humide.

- couvrir les réservoirs d’eau avec un voile moustiquaire ou un simple tissu : bidons d’eau, citernes, bassins.

- couvrir les piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau, eau de javel, galet de chlore, etc.