juillet 2014

Archive mensuelle

Une nouvelle préfète pour les Pyrénées-Orientales

Créé par le 31 juil 2014 | Dans : A retenir

René Bidal, le préfet des Pyrénées-Orientales, vient d’être nommé préfet de l’Eure à l’occasion du conseil des ministres du 30 juillet. Il sera remplacé dans ses fonctions par Mme Josiane Chevalier, actuelle préfète du Tarn. C’est la première fois qu’une femme est nommée à ce poste dans les Pyrénées-Orientales.

Festa pluvieuse, festa heureuse!

Créé par le 30 juil 2014 | Dans : Fêtes et animations

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette année, la Festa Major de la Sant Nazari aura plus été la fête de la grenouille que celle des Tordérencs! Mais qu’à cela ne tienne, rien ne décourage les vrais danseurs, ni les averses ni le grondement du tonnerre!

Les sardanistes étaient au rendez-vous, dès 17h, aux côtés de la Cobla Mil.lenaria, et ont dansé malgré une petite pluie frisquette.

Sardanes 1

Lorsque l’averse est devenue plus dense, tout le monde a déménagé dans l’église où l’on n’avait pas dansé la sardane depuis plus de vingt ans.

Sardanes 2

La baillade s’est achevée à l’extérieur avec une belle « Santa Espina » qui a réchauffé les coeurs et balayé les nuages.

Satsuna, un groupe orientalo-africain, prenait alors le relais pour apporter un peu de soleil à cette journée automnale. Là encore, les danseurs et surtout les danseuses étaient au rendez-vous.

SatsunaDanseuses

La soirée s’est poursuivie dans la bonne humeur avec un pique-nique et de succulentes grillades (assurées par trois grilladins hors-pair : Monique, Gilbert et Patrice).

Grilladins

Puis le grand bal populaire, assuré par Zénith, a démarré et les danseurs se sont aussitôt remis en piste!

Merci à tous de votre participation malgré le gros temps!

Cérémonie du souvenir à Valmanya

Créé par le 29 juil 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Histoire

Il y a 70 ans, le 2 août 1944, notre département était marqué par un des plus affreux massacres nazis que la Résistance départementale ait eu à subir au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

Désormais symbole de la Résistance Catalane, le petit village de Valmanya, à quelques kilomètres de Tordères, paya cher sa désobéissance au pouvoir en place. N’ayant pu venir à bout des maquisards du Canigou, les nazis et les miliciens l’anéantirent « dans sa chair et dans ses pierres » : quatre hommes du village qui, très âgés, n’avaient pu fuir avec les 150 autres habitants, furent mutilés puis fusillés, une dame âgée fut torturée pendant plus de douze heures, une jeune femme enceinte fut violentée et abusée devant ses enfants par quatorze militaires, tous les animaux domestiques furent systématiquement abattus, les biens mobiliers détruits (comme la scierie et les batteuses), puis le village fut pillé et totalement brûlé. Au lendemain de ce massacre, le 2 août 1944, le chef du maquis, Julien Panchot, l’une des plus grandes figures de la résistance catalane, fut capturé et torturé par les Nazis (yeux arrachés, phalanges coupées) avant d’être abattu, assis contre un mur. « Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place » écrivent Joseph Kessel et Maurice Druon, en 1943, dans le « Chant des Partisans ». Ce fut René Horte, le courageux petit instituteur et maire du village, qui sortit de l’ombre et prit vaillamment le relais de Julien Panchot, suivis par des maquisards qui n’avaient plus que leur rage et une poignée de grenades pour faire face aux nazis et qui parvinrent cependant à les faire battre en retraite !

Le dimanche 3 août, à 11h, à Valmanya chacun est invité à la cérémonie du souvenir qui commémorera ce triste événement et saluera le courage et l’intégrité de Louis Torcatis et des Résistants du maquis de Valmanya.

Eau potable : pourquoi s’écoule-t-il tant de temps entre la déclaration d’une fuite et sa réparation ?

Créé par le 28 juil 2014 | Dans : A retenir, Environnement, Infos pratiques

  Lorsqu’une fuite d’eau est repérée au-dessus d’une canalisation enterrée, il faut toujours un certain temps avant qu’elle soit réparée. Contrairement à ce qu’on peut entendre régulièrement, cela n’est pas dû à la lenteur des services de la Communauté de Communes des Aspres ni à celle du fermier en charge de l’entretien des canalisations (la SAUR). Cela est en fait lié à la Déclaration d’Intention de Travaux (DICT), une démarche administrative assez longue qui ne permet pas d’agir immédiatement sur la fuite. Ce document sert à indiquer à la SAUR la localisation  précise des travaux projetés et les techniques de travaux qui seront employées, et surtout, il sert à obtenir les informations sur la localisation de l’ensemble des réseaux (électricité, téléphone, assainissement, etc.) et les recommandations visant à prévenir l’endommagement de ces réseaux.

  Tous les destinataires de DICT (les exploitants des différents réseaux) doivent apporter une réponse écrite au déclarant (une simple réponse orale n’est pas suffisante) et disposent de 7 à 9 jours (jours fériés non compris) après la date de réception d’une DICT pour faire parvenir leur réponse au déclarant. Dans le cas d’une déclaration incomplète, le délai d’instruction de la déclaration court à partir de la date de réception de la déclaration conforme à la réglementation. A défaut de réponse de l’exploitant à une DICT dans le délai réglementaire, l’exécutant des travaux renouvelle sa déclaration par lettre recommandée, sachant que les travaux à proximité de réseaux dits «sensibles pour la sécurité» ne peuvent être engagés en l’absence de la réception des récépissés de DICT de ces exploitants.

  Voilà donc pourquoi il s’écoule environ dix jours entre le moment où une fuite est déclarée et celui où elle est réparée.

Inscription au vide-grenier de Tordères

Créé par le 27 juil 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Fêtes et animations, Infos pratiques

Avis aux chineurs amateurs, passionnés de marchés aux puces et de brocantes, le dimanche 21 septembre, toute la journée, Tordères accueillera son 7ème vide-grenier sur la Plaça Major et ses alentours. Réservez dès maintenant votre emplacement auprès de Valérie, à la mairie (5 € les 4 mètres au 04.68.38.80.58). Comme l’an passé, les bénéfices des emplacements seront reversés pour la restauration de l’église.

Pour ceux qui n’aiment ni chiner, ni troquer, ni vendre, ni marchander, il y aura des jeux en bois géants et la buvette sera ouverte toute la journée, avec des grillades le midi.

Le même jour, auront lieu les Journées du Patrimoine, et notre église sera donc ouverte, avec des visites guidées régulières, tout au long de la journée.

Debout, citoyens!

Créé par le 26 juil 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

  Chers concitoyennes et concitoyens,

  Dans son 54ème engagement, le candidat à la présidence de la République François Hollande, affirmait : «J’engagerai une nouvelle étape de la décentralisation en associant les élus locaux. Je ferai voter une loi sur le renforcement de la démocratie et des libertés locales. Elle prévoira notamment l’abrogation du conseiller territorial et la clarification des compétences. Un pacte de confiance et de solidarité sera conclu entre l’État et les collectivités locales garantissant le niveau des dotations à leur niveau actuel. Je réformerai la fiscalité locale en donnant plus d’autonomie aux communes, aux départements et aux Régions, en contrepartie d’une plus grande responsabilité. Une véritable péréquation sera mise en œuvre.» Oui, mais comme dirait l’autre, « ça, c’était avant »! Le gouvernement, dans la lignée de ses prédécesseurs a présenté au Parlement un projet de loi «portant nouvelle organisation territoriale de la République» qui transfère loin de notre commune de nombreuses décisions qui nous concernent.

  La première étape a été validée par l’Assemblée Nationale, le 24 juillet, avec l’adoption de la loi sur la délimitation des régions et la modification du calendrier électoral. La France est donc passée de 22 à 13 régions mais qu’on se rassure, grâce à un discret amendement survenu le 18 juillet, les nouvelles régions disposeront d’un nombre de conseillers équivalent à la somme des élus des anciennes régions ! Les économies escomptées ne seront donc pas au rendez-vous, d’autant que les indemnités des élus devraient, elles aussi, augmenter. En effet, actuellement, le barème est calculé en fonction de la population de chaque région (de 1 520,59 € bruts par mois pour une  région de moins de 1 million d’habitants, jusqu’à 2 661,03 € bruts par mois pour une région de plus de 3 millions d’habitants), et dans plusieurs cas, les nouvelles régions fusionnées rassemblent plus de trois millions d’habitants (c’est le cas notamment de la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon). L’augmentation des indemnités, sur un mandat de six ans, est estimée à 34 millions d’euros pour l’ensemble des élus concernés… De quoi limiter les économies envisagées par le gouvernement dans le cadre de cette réforme emblématique.

  Mais le plus grave est à venir puisque devraient être adoptées dans la foulée, de nouvelles lois relatives aux compétences des régions, des départements et des intercommunalités, ouvrant la perspective d’une suppression des conseils généraux à l’horizon 2020.

  En qualité d’élus d’une commune rurale, nous nous devons de vous informer des conséquences d’un tel texte. Si une modification de notre organisation territoriale est sans doute nécessaire, elle ne doit pas s’en prendre prioritairement au monde rural, déjà largement pénalisé. Elle doit respecter notre Constitution et les trois niveaux de collectivités que sont les communes, les départements et les régions. Les élus ruraux soutiennent le principe d’une démocratie de proximité autour de la cellule de base de la République et dénoncent solennellement la campagne mensongère menée au plus haut niveau pour faire croire à nos concitoyens qu’ils gagneraient à perdre leurs services publics locaux. Car l’objectif de la réforme vise bien à anéantir le niveau de proximité et concentrer pouvoirs et moyens loin de là où vivent nos concitoyens en donnant la priorité aux projets les plus importants liés aux métropoles. Elle amplifie l’opposition entre villes et campagne et ne répond pas à l’enjeu d’un effort significatif en matière d’équité.

  Ces lois affaibliront considérablement le rôle du maire et des élus du conseil municipal en asséchant les ressources communales et en transférant ailleurs des compétences, sans l’accord des élus, représentants du peuple. Si nous sommes favorables au renforcement de l’intercommunalité, c’est à la condition que les élus de nos villages y soient associés et approuvent ces changements.

  Enfin, à terme, il est prévu de supprimer les services du Conseil Général alors que le département est aujourd’hui l’interlocuteur le plus direct des communes rurales grâce à son rôle en matière de soutien aux services publics de proximité. Rien dans ce qui est écrit, rien dans l’état des finances locales ne permet de penser que ces services pourraient être rendus par d’autres collectivités ou notre intercommunalité. Si le département était supprimé, les conséquences seraient immédiates et dramatiques sur l’aide sociale, les subventions au monde associatif, sur les investissements des routes, les collèges, etc. Cela reviendrait à transférer les compétences du Département à la Région, lointaine, où siègent du fait du mode de scrutin, des élus et une administration « hors sol ».

  La démarche du conseil municipal de Tordères n’est pas isolée. Elle est associée solidairement à la démarche d’élus de toute la France, notamment des élus de l’Association des Maires Ruraux de France. Aussi, nous appelons tous les habitants, les associations, les représentants du monde économique, social, de la santé de notre commune à s’informer et à rejoindre les élus ruraux dans leur combat. Soutenir la commune, c’est soutenir la République !

Maya Lesné, maire de Tordères, Dominique Maurice, 1ère adjointe, et Gilbert Fantin, 2nd adjoints

Services aux personnes âgées

Créé par le 23 juil 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Infos pratiques, Santé

LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES VOUS PROPOSE

Un service « Téléalarme » en collaboration avec le service gérontologique de la Maison de Retraite de Céret.

De quoi s’agit-il ? La Téléalarme est un dispositif de transmission d’alarme à distance. Chaque adhérent est doté d’un boitier spécifique et d’un médaillon à activer en cas d’urgence, permettant d’alerter les secours et la famille dans les plus brefs délais.

Qui peut bénéficier de la téléalarme ? Toute personne à mobilité réduite ou en situation de dépendance physique (personne handicapée ou totalement isolée, par exemple).

Quel en est le tarif ? Pour l’adhérent, le service est facturé 84€/an (c’est-à-dire 7€/mois), soit la moitié du coût réel de la location. La Communauté de Communes prend en charge le restant pour les personnes résidant dans l’intercommunalité. En 2013, plus de 170 personnes se sont inscrites à ce service.

Un service de portage de repas à domicile. Depuis près de 15 ans, la communauté de Communes des Aspres assure le portage de repas à domicile dans les 19 communes qui la composent.

Pour qui ? La priorité est donnée aux personnes âgées ou toute personne affectée par une inaptitude physique ponctuelle. Il est rappelé que la quasi-totalité des régimes alimentaires particuliers, préconisés pour des raisons médicales, sont assurés grâce aux diététiciens respectant un équilibre alimentaire adapté.

Où et Quand ? Tous les jours, une moyenne de 90 repas est servie chez nos adhérents. Les délais de prise en charge sont de 2 jours en moyenne, sauf particularité du régime. Le tarif du plateau repas journalier est de : 7,00€ pour un repas normal, et de 7,50€ pour un repas diététique. Ce plateau comprend un repas complet pour le déjeuner, un complément pour le souper, et le pain.

Si ces services vous intéressent, vous pouvez prendre contact avec le secrétariat de mairie

Surveillance et mesure de l’exposition aux ondes

Créé par le 21 juil 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

  Depuis le 1er janvier 2014, un nouveau dispositif de surveillance et de mesure de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques est en vigueur.

  Cette réforme a pour objectif de renforcer la transparence et l’indépendance du financement des mesures, et de rendre accessible à tous la connaissance de l’exposition aux ondes électromagnétiques.

  Ce dispositif, géré par l’Agence nationale des fréquences (ANFR), poursuit 2 objectifs :

- doter l’Etat d’une capacité de surveillance de l’exposition du public au moyen par exemple de campagnes de mesure ciblées ;

- permettre à chacun de solliciter gratuitement une mesure de son exposition. Le financement des mesures repose sur un fonds public alimenté par une taxe payée principalement par les opérateurs de téléphonie mobile.

Comment fonctionne le dispositif ?

Toute personne qui le souhaite peut solliciter gratuitement une mesure en adressant à l’ANFR un formulaire disponible sur le site internet service-public.fr

L’ANFR instruit la demande et dépêche un laboratoire accrédité indépendant pour effectuer la mesure.

Les résultats des mesures sont ensuite rendus publics par l’ANFR sur le site cartoradio.fr, et les maires sont informés des résultats de toute mesure réalisée sur le territoire de leur commune, quel qu’en soit le demandeur, au moyen d’une fiche de synthèse.

Qui peut solliciter une mesure ?

1°) Un certain nombre de personnes morales peuvent solliciter directement des mesures auprès de l’ANFR. Il s’agit :

- des collectivités territoriales (communes, départements, régions) et leurs groupements ;

- de l’Etat ;

- des Agences régionales de santé ;

- des associations agréées de protection de l’environnement ;

- des associations agréées d’usagers du système de santé ;

- des fédérations d’associations familiales mentionnées à l’article L. 211-2 du code de l’action sociale et des familles ;

- et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

2°) Les particuliers qui devront faire signer leur formulaire de demande de mesure par la personne morale de leur choix avant de le transmettre à l’ANFR.

Quels sont les lieux où l’on peut faire réaliser une mesure ?

Les lieux pouvant faire l’objet de mesures dans le cadre de ces dispositions sont les locaux d’habitation, les lieux ouverts au public ainsi que les lieux accessibles au public des établissements recevant du public.

Si vous souhaitez effectuer une mesure des ondes dans un bâtiment, Jean-Philippe Combettes, un habitant de Tordères, spécialisé dans ce domaine et certifié par le réseau Alter’Elec, se déplace à la demande. Contact : 06.33.41.17.73.

Fermeture programmée du centre de tri du courrier de Thuir

Créé par le 20 juil 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Economie locale et associations

  Début juillet, la direction de la Poste a annoncé la fermeture du centre de tri du courrier de Thuir. A l’échéance de juin 2015, les facteurs devront avoir quitté les lieux. Il s’agit de la disparition de près de 30 emplois, en lien avec la distribution du courrier, sur la ville de Thuir et dans 18 autres village, dont Tordères.

Les facteurs seront sans doute redéployés dans d’autres centres de tri du département. Le choc est grand, pour eux comme pour les habitants et les élus des villages concernés qui ne s’attendaient pas à cela. Comment imaginer qu’une ville comme Thuir, promise à prendre de l’ampleur, et ses villages environnants, à la démographie toujours croissante, puissent voir disparaître leur centre de distribution ? La Poste légitime ses choix par la sempiternelle litanie concernant une soi-disant baisse des volumes de courrier, alors qu’on assiste en réalité à une hausse du nombre de colis et de prospectus publicitaires. La baisse de trafic n’est quasiment pas ressentie par les facteurs qui distribuent en milieu ruraux. En effet, se rendre à Tordères, à Camélas ou à Castelnou pour distribuer 90 lettres au lieu de 100 et déposer deux lettres dans une boîte au lieu de trois ne fait pas grande différence : le trajet sera toujours à faire et ne disparaîtra pas pour autant ! Et c’est bien le trajet qui prend le plus de temps.

Les élus de Tordères s’élèvent contre cette fermeture qui aura inévitablement des conséquences sur le service rendu aux usagers (même si la Poste les appelle désormais les « clients) qui seront de ce fait moins bien servis. Nous savons que les facteurs de Thuir ont souvent fait le choix de vivre à Thuir et que, d’un point de vue humain, leur délocalisation ne sera pas sans conséquence psychologique et physique. Enfin, à l’heure où la Poste se targue d’être une « entreprise verte », il est regrettable de la voir provoquer une fermeture qui engendrera des trajets plus importants et augmentera la pollution.

Le conseil municipal de Tordères sera donc aux côtés des agents dans leur lutte contre la fermeture de leur centre de tri.

Ne manquez pas la Festa Major de Tordères!

Créé par le 19 juil 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Fêtes et animations

LUNDI 28 JUILLET

FESTA MAJOR de TORDERES

u

11h : Messe de la Sant Nazari

17h : Sardanes avec la cobla MIL.LENARIA

19h : SATSUNA (un pont entre l’Afrique et l’Asie)

Pique-nique tiré du panier + grillades + buvette + jeux de bois géants

21h30 : GRAND BAL avec ZENITH

Entrée libre

123

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...