Lors de cette nouvelle rentrée scolaire qui s’est déroulée hier, 69 enfants de Llauro, Tordères, Montauriol et Caixas ont été accueillis dans les écoles de Llauro et Tordères, réunies depuis plus de dix ans en Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI).

  A Llauro, 27 élèves sont accueillis en maternelle, dans la classe d’Aurélie Pinéda, tandis que la classe de Caroline Stabat (qui enseigne en alternance avec Emmanuelle Iscla) reçoit 7 élèves en CP, 6 en CE2, et 6 en CM1, soit 19 élèves.

  A Tordères, Mme Doppler, la directrice, reçoit 23 élèves, dont 8 CE1, 3 CM1 et 12 CM2. Soulignons qu’en tant que directrice, elle doit, en sus de son travail d’enseignante, également se consacrer à de multiples tâches administratives et à l’animation et la cohésion de l’équipe pédagogique.

Rentrée 2015

  Pour l’occasion, Mme la Préfète et M. le DASEN de l’Inspection d’Académie des Pyrénées-Orientales, avaient tenu à être présents aux côtés de M. Billes, Inspecteur de l’Education Nationale chargé du secteur des Aspres, afin de venir à la rencontre des élus et des enseignants de la ruralité. Ils ont été reçus par M. Tourné, maire de Llauro et président d’ASPRESIVOS, et Maya Lesné, maire de Tordères, vice-présidente d’ASPRESIVOS, ainsi que par Mme Doppler, directrice du RPI, entourée de son équipe enseignante.

Photo rentrée école 2015

Photo de D. Dupont

  Mme la Préfète et M. le DASEN ont pu constater la bonne santé de nos écoles et leur dynamisme. Ils ont ainsi pu aisément se rendre compte que nos écoliers avaient la part belle dans nos commune puisque une part importante des budgets communaux est dédiée à leur bien-être. En effet, dans le RPI, la somme déboursée par enfant et par an par nos quatre communes s’élève à près de 1000€ alors que dans la plupart des autres communes du canton, la dépense par écolier est moins élevée (de 600€ à 800€). Cela tient en partie au fait que ces communes n’ont à gérer qu’une seule structure et non pas deux, comme c’est le cas d’ASPRESIVOS. La double structure est parfois synonyme de multiplication des dépenses, ne serait-ce qu’en matière d’abonnement (eau, électricité, téléphone, etc.) ou de matériel (deux photocopieuses au lieu d’une, etc.). Par ailleurs, même si la norme actuelle en matière de garderie permet toutes les absurdités (on a vu, dans certaines communes françaises, jusqu’à 50 enfants par dame de service), les élus ont décidé, en accord avec les enseignantes et les parents d’élèves, d’encadrer le plus sûrement possible les écoliers. Aussi cinq salariées sont-elles dédiées à cet encadrement : Denise Benchetrit (titulaire faisant fonction d’ATSEM, Agent Spécialisé des écoles Maternelles, à raison de 28h par semaine), Charlotte Martin (salariée en CDD, assurant la surveillance de la cantine et du bus, la garderie, ainsi que le ménage de l’école de Tordères, à raison de 20h par semaine), Charlène Alba (salariée en contrat d’avenir, assurant la surveillance de la cantine et du bus, la garderie et le ménage de l’école de Llauro, à raison de 24h par semaine), Françoise Vincent (en contrat d’Accompagnement à l’Embauche, assurant la garderie et le ménage de l’école de Llauro, à raison de 20h par semaine) et enfin, de façon plus ponctuelle, Isabel de Lima Machado (salariée en Contrat à Durée Déterminée, assurant la surveillance de la cantine et du bus, 2 heures par jour). De cette façon, les enfants bénéficient d’un encadrement satisfaisant et évoluent dans des lieux propres et bien entretenus (les dames de service assumant le ménage tandis que les employés municipaux de Tordères et Llauro se chargent d’assurer les petites et les grosses réparations propres aux bâtiments qui, rappelons-le, sont communaux).

  Sur les 1000€ de charges liées à la scolarité de chaque enfant, 70€ sont consacrés aux fournitures scolaires (ce qui allège d’autant les familles et respecte les principes républicains d’égalité et d’équité – chacun ayant le même cahier, le même stylo, le même livre, etc.), 10€ au  livre de Noël (choisi par les enseignantes) et 30€ par enfant sont alloués à la coopérative scolaire afin que les écoliers puissent profiter de sorties, d’expositions, de rencontres ou d’activités supplémentaires. Une année sur deux, les communes prennent également en charge une large partie des frais des classes vertes, de mer ou de neige.

  La cantine est assurée par les services de l’ESAT le Mona, à Tordères, et par le Bistrot de Pays « Ô bouche à oreille », à Llauro. Ces deux cantines reçoivent plus de quarante demi-pensionnaires sur les 69 élèves des écoles.

  Marie Maffrand, présidente de Sésame Autisme (en charge de l’ESAT), n’a jamais cessé d’insister sur la nécessité pour le centre d’avoir un rayonnement social et d’être en lien avec les habitants de la commune. Cette volonté, assumée depuis plus de dix ans, a provoqué une formidable rencontre entre enfants et autistes, développant de part et d’autre les notions de tolérance, d’ouverture et de respect de l’autre dans ses différences.

  Au-delà de ce fructueux échange social, les enfants peuvent ainsi bénéficier, tant à Tordères qu’à Llauro, de repas chauds, cuisinés sur place avec des produits frais et locaux (ce qui n’est pas le cas de la plupart des écoles du département qui sont soumises à « la chaîne du froid », avec des repas fabriqués en usine et réchauffés à la dernière minute).

  Bonne rentrée à toutes et à tous, et encore un grand merci à tous ceux qui se sont investis pour que cette rentrée se déroule dans les meilleures conditions possibles!