LGBT 66 (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres) communique :

Les citoyens français sont appelés à s’exprimer lors des états généraux de la bioéthique qui se déroulent de janvier à juin 2018, dans l’objectif d’éclairer les députés qui doivent procéder, comme tous les 7 ans, à la révision de la loi de bioéthique.

Parmi les thèmes proposés au débat, LGBT 66 choisit de se positionner sur le thème « Procréation et société » et réclame l’ouverture de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) à toutes les femmes, quel que soit leur statut, célibataire, en couple hétérosexuel ou en couple lesbien. Pour rappel, l’AMP comprend linsémination artificielle (qui consiste à introduire artificiellement le sperme d’un donneur au niveau du col de l’utérus ou dans la cavité utérine de la femme pour aboutir à la fécondation d’un ovule) ainsi que la fécondation in vitro (qui consiste à recueillir ovules et spermatozoïdes, à procéder à une fécondation artificielle et ensuite à introduire le(s) embryon(s) obtenus dans l’utérus de la femme).

En effet, depuis la dernière loi de bioéthique de 2011, la loi du 17 mai 2013 a permis l’accès au mariage à tous, hétérosexuels et homosexuels. Au nom du principe d’égalité, cette loi a ouvert de nouveaux droits pour le mariage, l’adoption et la succession.

L’ouverture de l’AMP à toutes les femmes est une question d’égalité et de justice. Certains s’étaient saisis du débat sur le «Mariage pour tous» pour protester contre les droits des autres, libérer une parole de haine et attiser les violences homophobes. Ne laissons pas ces personnes monopoliser le débat sur l’AMP pour toutes. Après la contraception et l’avortement, l’ouverture de l’AMP à toutes s’inscrit dans la continuité des droits des femmes à disposer de leur corps et à décider librement quand, comment et avec qui avoir un enfant. LGBT 66 réaffirme avec force son engagement pour les droits des lesbiennes.