Suite au décès d’un enfant de deux ans, trois semaines après avoir ingéré une pile bouton, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (Anses) et la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) soulignent les risques liés à la présence de ces piles dans de nombreux jouets (notamment dans les télécommandes) et insistent sur les mesures de prévention à adopter par tous les parents.
L’ANSES rappelle que des accidents graves, parfois mortels, liés à l’ingestion de ces piles par de jeunes enfants sont régulièrement signalés par les centres antipoison (chaque année en France, plus de 1 200 visites aux urgences sont liées à l’ingestion de piles boutons et concernent très majoritairement les 0-5 ans).
Une pile avalée peut entraîner très rapidement la formation de lésions potentiellement mortelles. En deux heures, ce genre de pile peut être à l’origine de symptômes sévères (douleurs abdominales, vomissements, salivation excessive) pouvant aller jusqu’à la perforation. Les piles au lithium d’un diamètre supérieur ou égal à 2 cm sont les plus dangereuses. En effet, lorsque les piles boutons entrent en contact avec la salive et les tissus, il se forme une solution alcaline riche en hydroxyde, qui engendre des lésions au niveau des tissus. En outre, l’introduction d’une pile bouton dans l’oreille ou le nez peut également entraîner de sérieux problèmes.
Par conséquent, les parents doivent être vigilants. Afin d’éviter toute ingestion, il convient de respecter les consignes suivantes :

– conservez les piles bouton hors de portée des enfants (y compris les piles usagées);

– vérifiez que le compartiment à piles est bien sécurisé et ne peut pas être ouvert. Dans le cas contraire, ne pas laisser l’objet contenant les piles bouton à disposition d’un enfant ;

– privilégiez l’achat d’appareils dont le compartiment à piles est sécurisé (présence d’une vis ou nécessité d’accomplir deux manœuvres indépendantes pour l’ouvrir) ;

– en cas d’ingestion, même supposée, d’une pile bouton, contacter immédiatement un centre antipoison ou le 15 en indiquant explicitement à votre interlocuteur qu’il s’agit de l’ingestion d’une pile bouton. Chaque minute compte !

Une étude parue dans la revue The Laryngoscope et rapportée par le Quotidien du médecin recommande « aux parents de donner précocement et régulièrement du miel à l’enfant jusqu’à sa prise en charge à l’hôpital » (l’ingestion de miel semble réduire la sévérité des lésions).

En cas de problème, pour trouver le contact du centre anti-poison le plus proche de chez vous, cliquez ici.

Bébé danger