Après les Ariègeois, les habitants des Pyrénées-Orientales sont à leur tour invités à faire analyser leurs urines pour voir si elles contiennent des traces du pesticide honni.

Cancérogène probable selon l’Organisation mondiale de la santé, le glyphosate entre dans la composition de nombreux herbicides. Afin de mettre en évidence l’omniprésence de cette molécule dans l’alimentation, des citoyens ariégeois ont lancé en avril 2018 une campagne de recherche de résidus du pesticide dans les urines des habitants de leur département.

Selon les organisateurs de l’opération, les urines de tous les testés présenteraient un taux de glyphosate supérieur au taux autorisé dans l’eau. Quinze premières plaintes ont été déposées le 15 juin dernier à Foix. En parallèle, le mouvement est en train d’essaimer dans 53 autres départements dont les Pyrénées-Orientales.

L’organisateur de la campagne, Dominique Masset, animera une réunion publique à la salle des Libertés de Perpignan le jeudi 29 novembre, à partir de 19 h. Les volontaires pour les tests d’urine sont les bienvenus.

glyphosate