Comme la forte hausse des températures s’accompagne inévitablement de risques sanitaires et d’une pollution à l’ozone, les Pyrénées-Orientales sont en vigilance orange.
Compte tenu que, ce samedi, les niveaux d’ozone dans l’air ambiant vont continuer d’être élevés en lien avec le maintien de conditions météorologiques caniculaires, la procédure d’alerte rouge avec mise en place de mesures d’urgence sera instaurée dans les Pyrénées-Orientales

Les températures en hausse entraînent la formation d’ozone sous l’effet des émissions polluantes annonce l’ATMO* Occitanie. Les niveaux de particules sont également élevés sur toute la région en raison d’un épisode de poussières sahariennes. Ces niveaux de particules renforcent la pollution.

L’indice de qualité de l’air devrait être médiocre à mauvais sur la région.

Ce qu’il faut faire :

En période de pollution à l’ozone, l’ATMO recommande pour les populations sensibles et vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes âgées ou souffrant de pathologies, etc.) de limiter les sorties durant l’après-midi, de limiter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air, celles à l’intérieur peuvent être maintenues.
Dans tous les cas : en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations) :
– Prenez conseil auprès de votre pharmacien ou consultez votre médecin ;
– Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
– Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant.

Pour limiter les émissions de polluants, l’ATMO vous conseille aussi:

- à  la maison et/ou au travail: de reporter les travaux d’entretien ou nettoyage nécessitant l’utilisation de solvants, peintures, vernis; de respecter l’interdiction de brûlage à l’air libre et l’encadrement des dérogations; de maîtriser la température dans les bâtiments (chauffage ou climatisation).

- déplacements: de différer, si possible, les déplacements pouvant l’être; de limiter, pour les déplacements privés et professionnels, l’usage des véhicules automobiles par recours au covoiturage et aux transports en commun; de privilégier pour les trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied, vélo).

- Agriculteurs : de reporter les épandages agricoles de fertilisants ainsi que les travaux du sol.

- industriels: de reporter les émissions d’oxyde d’azote, particules et composés organiques volatils à la fin des épisodes de pollution.