A retenir

Articles archivés

Eco-piège à chenilles processionnaires

Créé par le 04 mai 2009 | Dans : A retenir, Environnement, Infos pratiques

La société «La Mésange Verte » de Bages vient de lancer sur le marché un tout nouveau produit destiné à protéger des risques sanitaires liés à la chenille processionnaire du pin et à assurer la destruction des processions de nymphose.

L’éco-piège est un dispositif qui se place sur chaque arbre atteint dans la zone estimée sensible. C’est un moyen écologique simple et fiable.

Si ce procédé vous intéresse et pour en savoir plus, vous pouvez téléphoner au 04.68.37.58.96. 

Notre commune, objet d’une étude universitaire

Créé par le 03 mai 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales

  Tordères a été choisi comme objet d’étude et d’analyse par les étudiants en licence d’aménagement de l’Université de Perpignan (qui prépare aux métiers de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de l’environnement). Ne soyez donc pas étonnés si certains d’entre eux viennent frapper à votre porte pour vous proposer de répondre à leur questionnaire. 

Le défibrillateur cardiaque est en place

Créé par le 09 avr 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques, Santé

  Un défibrillateur cardiaque semi-automatique a été installé aujourd’hui à Tordères (sur le mur à l’arrière de la mairie) grâce à l’aide du Conseil Général des Pyrénées-Orientales qui en est l’initiateur et le financeur. Cette démarche innovante a pour objectif de faire reculer la mort subite. Les décès par accident cardio-vasculaire constituent l’une des principales causes de décès en France. Ce véritable fléau qui touche près de 60 000 personnes par an, n’épargne pas notre département puisque 300 à 350 habitants en sont victimes chaque année.

  La majorité des arrêts cardiaques sont liés à un trouble du rythme, la fibrillation ventriculaire, décelée et traitée par un dispositif médical, le défibrillateur conçu pour restaurer l’activité circulatoire. Une défibrillation précoce, en renforçant la chaîne de survie : alerte immédiate, gestes élémentaires de réanimation en attendant l’arrivée des unités de secours, peut significativement augmenter les chances de survie, aujourd’hui très faibles.

  Le décret n° 2007-705 du 04 mai 2007 habilite désormais «toute personne, même non médecin» «à utiliser un défibrillateur automatisé externe répondant aux caractéristiques définies à l’article R6311-14» du Code de la Santé publique.

  Pour l’heure onze personnes du village sont formées à la manipulation de cet appareil. Il s’agit de Valérie Alba, José Alba, Justin Cabrera, Gilbert Fantin, Maya Lesné, Edith Martenot, Marie-José Mathis, Dominique Maurice, Mohamed Mellouk, Bernadette Molina et Jacqueline Rafel. Une nouvelle séance de formation sera lancée pour dix autres personnes dans les semaines à venir, n’hésitez pas à vous y inscrire en mairie  (y compris les adolescents).

Un défibrillateur, comment ça fonctionne?

Créé par le 09 avr 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

  Le défibrillateur automatique est un appareil portable, fonctionnant au moyen d’une batterie, de la taille d’une sacoche, dont le rôle est d’analyser le rythme cardiaque et si nécessaire de permettre la délivrance d’un choc électrique (ou défibrillation).

  Le boîtier est relié à deux électrodes collantes (patch) à disposer sur la poitrine de la victime, une au niveau de la clavicule droite, l’autre sous l’aisselle gauche. Les électrodes ont un double usage : elles permettent à l’appareil de recueillir le rythme cardiaque et servent si nécessaire d’interface de transmission de l’influx électrique vers la victime. Les réglages de l’appareil sont verrouillés, les seules actions possibles sont de l’allumer, de l’éteindre, et de délivrer le choc si l’appareil le demande.

  L’appareil dispose d’une carte à mémoire de type mémoire flash enregistrant les paramètres de fonctionnement (les électrocardiogrammes, les séquences de défibrillation, et pour certains modèles les sons ambiants dont la voix des sauveteurs). Les données enregistrées permettront d’effectuer une analyse a posteriori de la situation (informations aux service médicaux sur la démarche thérapeutique à entreprendre, etc.).

  L’appareil qui se trouve sur notre commune est un défibrillateur semi-automatique (DSA), cela signifie que que le sauveteur doit appuyer sur un bouton pour que l’appareil délivre le choc. Le sauveteur doit donc s’assurer que personne ne touche la victime avant d’autoriser l’appareil à délivrer le choc électrique. Si ce courant passe par une personne en contact avec la victime, le risque de blessure pour cette personne est négligeable mais la victime ne bénéficie pas du choc.

  L’analyse du rythme cardiaque et le diagnostic sont automatiques. La machine ne permet de choquer que si l’activité cardiaque de la victime le justifie, car il faut arrêter de réanimer pour choquer. Si le cœur de la victime ne présente pas un rythme chocable, le défibrillateur indique qu’aucun choc n’est indiqué et le sauveteur continue donc la réanimation, ce qui donne les meilleures chances de survie à la victime.

  Le défibrillateur automatique ne doit être posé que sur une personne de plus de un an qui ne respire pas. Bien que le défibrillateur agisse sur le cœur, l’arrêt de la respiration est un critère suffisant pour le grand public car la prise du pouls représente une perte de temps pour un résultat peu fiable. Les personnels formés à la prise du pouls peuvent, quant à eux, constater l’arrêt cardio-circulatoire avant de poser l’appareil. En cas de doute, il vaut mieux installer le défibrillateur automatique car, de toutes façons, il ne choquera que si c’est utile.

L’arc électrique doit passer dans le corps au travers du coeur et non pas à l’extérieur, il faut donc :

  • s’assurer que l’on n’est pas dans une atmosphère explosive (fuite de gaz…) ;

  • mettre la victime sur une surface sèche, non métallique ;

  • dénuder le torse de la victime ;

  • sécher rapidement, en cas de besoin, le torse de la victime ;

  • si nécessaire, raser les poils à l’endroit où l’on va poser les électrodes, pour permettre un bon contact ;

Un défibrillateur, comment ça fonctionne? dans A retenir

magnify-clip dans Affaires sociales (Localisations des deux électrodes)

  • poser les électrodes auto-collantes en suivant les dessins et allumer l’appareil : une au niveau de la clavicule droite, l’autre sous l’aisselle gauche.

  Il faut pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire (bouche-à-bouche et massage cardiaque) avant et pendant la pose du défibrillateur automatique. Lorsque le défibrillateur automatique est allumé, l’appareil émet des invites vocales donnant des instructions. Il faut notamment que personne ne touche la victime pendant l’analyse du rythme cardiaque et la délivrance des chocs (la réanimation est donc provisoirement interrompue).

 z

 Un arrêt cardiaque peut avoir trois mécanismes :

  • une tachycardie ventriculaire (cœur battant à 200 pulsations par minute, voire plus) ou une fibrillation ventriculaire (battement extrêmement rapide et désordonné à 300 ou 400 pulsations par minute) se traduisant par une inefficacité quasi-totale de la fonction pompe;

  • une asystolie correspondant à une pause prolongée ;

  • une dissociation électromécanique (DEM), ou activité électrique sans pouls : le cœur conserve une activité électrique rythmique quasi-normale mais n’a plus aucune efficacité mécanique. C’est le cas lors d’hémorragies importantes, de ruptures cardiaques, d’un hématome comprimant le cœur…

  La défibrillation n’est efficace que dans le premier cas. Il faut donc diagnostiquer la fibrillation pendant les manœuvres de réanimation cardiopulmonaire; ce diagnostic peut être fait par un médecin avec un électrocardiogramme, ou bien de manière automatique par un défibrillateur semi-automatique (DSA) ou un défibrillateur entièrement automatique (DEA).

  La défibrillation consiste à délivrer un choc électrique bien calibré (puissance, phase) et passant au bon endroit, afin de synchroniser à nouveau les contractions des fibres du myocarde et à permettre au cœur de battre normalement à nouveau ; elle doit se produire avant l’asystolie.

  Le fait de pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire (RCP : bouche-à-bouche associé aux compressions thoraciques) permet de faire circuler le sang oxygéné, donc d’alimenter le cerveau et le myocarde en oxygène, et augmente les chance de réussite de la défibrillation : le cœur étant oxygéné, il reste plus longtemps en fibrillation (cela retarde l’asystolie), on a donc plus de chances de récupérer la victime.

  En général, la victime ne reprend pas connaissance au cours de la réanimation, avec ou sans défibrillation. Il est donc nécessaire de poursuivre ces manœuvres jusqu’à l’arrivée des secours. La poursuite de la réanimation doit se faire par une équipe médicale.

  Le fait que la défibrillation fasse repartir le cœur ne signifie pas que la personne va survivre ; par ailleurs, si elle survit, elle peut garder des séquelles neurologiques irréversibles. Cependant, la réanimation cardio-pulmonaire est la seule technique connue qui donne de bonnes chances de survie à la victime, et l’utilisation d’un défibrillateur augmente ces chances.

 z

  Le scénario idéal d’une réanimation à l’aide d’un défibrillateur automatique est :

1) Le sauveteur est présent lorsque la personne s’effondre et reconnaît une situation d’arrêt cardio-circulatoire : la personne ne répond pas, ne respire pas et ne réagit pas aux insufflations ;

2) Si aucun témoin n’est disponible, il appelle les secours (15 depuis un téléphone fixe, 112 depuis un portable) immédiatement en spécifiant qu’il est en présence d’une personne en arrêt respiratoire ;

3) Si un témoin est disponible, le sauveteur le charge d’appeler les secours et, si possible, d’apporter un défibrillateur ;

4) Le sauveteur pratique la réanimation cardio-pulmonaire;

5) Si le témoin rapporte un défibrillateur, le secouriste arrête immédiatement la réanimation et le met en place ;

6) Une équipe de secouristes arrive et prend le relais, installant un défibrillateur s’il n’y en avait pas déjà un. Dans les deux cas, il est souhaitable que le défibrillateur soit placé dans les 5 minutes suivant l’arrêt cardiaque ;

7) Une équipe médicale ou paramédicale est présente dans les 20 minutes, selon la localisation, pour poursuivre la réanimation.

z 

  Dans le cas des enfants, l’arrêt cardiaque n’est qu’exceptionnellement dû à une fibrillation ventriculaire. Dans la plupart des cas, l’arrêt est consécutif à un manque de dioxygène (hypoxie ou anoxie : noyade, étouffement, intoxication, apnée spontanée) : en effet, le tissu cardiaque est jeune et sain, il n’y a pas de risque d’infarctus. Donc la défibrillation est inutile et la pose de l’appareil retarde inutilement les manœuvres de réanimation qui elles ont une très grande efficacité : le fait d’apporter du dioxygène aux cellules va pouvoir faire repartir le cœur dans la plupart des cas si ceci est fait suffisamment tôt.

  Il existe toutefois de rares cas où le cœur sera en fibrillation ventriculaire, notamment en cas de malformation cardiaque ou si l’arrêt cardiaque est dû à un choc électrique. La procédure d’intervention sur un enfant entre un et huit ans est la suivante :

  • si un témoin est disponible, faire alerter les secours et demander un défibrillateur ;

  • effectuer 5 insufflations (bouche à bouche ou bouche à nez) ;

  • si la respiration n’a pas repris, commencer la réanimation cardio-pulmonaire. Si aucun témoin n’est disponible, le sauveteur arrête la réanimation au bout de cinq cycles de 30 compressions et deux insufflations pour aller alerter les secours, il revient ensuite pour réanimer la victime ;

  • continuer la réanimation jusqu’à l’arrivée des secours ou d’une personne apportant un défibrillateur. Dès qu’un défibrillateur est disponible, le poser.

  Il faut utiliser des électrodes spécifiques pour enfant, et les poser conformément aux indications du constructeur. À défaut, on utilisera des électrodes « adulte » en faisant attention à ce qu’elles ne se chevauchent pas. Si, en raison de la taille du thorax et des électrodes, on ne peut pas les poser toutes les deux sur la face avant du thorax, alors on en posera une sur la face avant du thorax et une dans le milieu du dos, entre les deux omoplates ; dans ce cas, le sauveteur peut être amené à réaliser les compressions en appuyant directement sur l’électrode antérieure.

Si on plantait?!?

Créé par le 10 mar 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Environnement, Fêtes et animations

   Les élèves de l’école de Tordères vous invitent à venir participer à leurs plantations de printemps (lavandes, lilas, petits oliviers, etc.), le JEUDI 12 MARS à 14h devant l’école. Apportez vos bêches et vos pelles et remontez vos manches! Vive le printemps! Vive l’entraide!

Réunion publique de bilan, samedi 28 février 2009

Créé par le 20 fév 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions

  Dans quelques semaines, cela fera un an que l’équipe municipale est en place. Comme le temps passe vite ! Tant de mois, de semaines, d’heures écoulés déjà, mais ne dit-on pas que tout vient à point à qui sait attendre ? Malgré notre modeste budget et les multiples péripéties auxquelles nous avons dû faire face (cambriolage, neige, tempête !), nous avons tout de même bien avancé. Petit à petit, les travaux envisagés s’accomplissent, les idées germent et mûrissent, chacun gagne en assurance. Nous tirerons donc un bilan de l’année, auquel vous êtes naturellement invités à participer, le samedi 28 février, à 17h, et qui s’achèvera par un pot. Tous les pédiatres le disent : à un an, on commence à tenir debout et on s’apprête à marcher. Ça se fête, non ?!?

  A bientôt donc ! Amicalement,

Maya Lesné, Dominique Maurice et Gilbert Fantin pour le reste de l’équipe municipale : José Alba, Gerd Böttcher, Justo Cabrera, Vincent Guidicelli, Marie-José Mathis, Bernadette Molina, Jacqueline Rafel et Francis Vidal. 

L’anniversaire de Marcelle, notre doyenne et amie

Créé par le 15 fév 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Fêtes et animations

  Marcelle Martenot, la doyenne du village, est née voilà bientôt 91 ans, le 23 février 1918, un peu avant la fin de la Première Guerre Mondiale. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts, mais dans les yeux bleus malicieux de Marcelle, il y a toujours la même gaieté, la même curiosité et la même gourmandise que lorsqu’elle était enfant.

 

  Vous êtes tous conviés à fêter son anniversaire, avec un jour d’avance, à la salle polyvalente, le dimanche 22 février, à partir de 15h30. Et vous savez tous ce qu’elle préfère, notre doyenne : lAMITIÉ et les DOUCEURS ! Alors, si vous apportez un peu des deux dans votre besace, ce sera vraiment un très bel anniversaire. 

Installation du défibrillateur fin mars

Créé par le 10 fév 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques, Santé

  A la mi-mars, l’équipe municipale et les deux employés de mairie seront formés par les sapeurs-pompiers du SDIS 66 à la manipulation du défibrillateur qui sera installé dans la foulée, vers la fin du mois de mars, sur la façade arrière de la mairie.

  Tout cela s’opère sous la houlette du Conseil Général des P.-O. qui finance entièrement l’opération.

  Comme nous l’expliquions dans un article précédent,  il s’agit d’un défibrillateur semi-automatique conforme à l’article R6311-4, avec un coffret de protection et un service de maintenance.

  Très pratique et maniable, cet appareil est conçu pour être emporté sur les lieux du malaise.

  Rappelons que la formation de secourisme et d’apprentissage de manipulation du défibrillateur sera renouvelée pour dix autres personnes, l’an prochain et, ainsi, au fur et à mesure, d’année en année, chaque habitant saura manier cet appareil et accomplir les premiers gestes qui sauvent. 

Intempéries du 24 janvier

Créé par le 31 jan 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Economie locale et associations, Environnement, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques

LA PREFECTURE COMMUNIQUE : 

 Indemnisation
- reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle par arrêté du Premier Ministre en date du 28 janvier. Les personnes ayant subi des dommages disposent d’un délai de 10 jours pour faire parvenir à leur compagnie d’assurance un état estimatif de leurs pertes
- lancement de la procédure de calamités agricoles pour les dommages aux biens non assurables
- demande aux exploitants de déclarer leur sinistre en mairie et aux assurances le plus rapidement possible

Un grand élan de solidarité villageoise

Créé par le 27 jan 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Equipe municipale et commissions, Histoire, Infos pratiques

    La tempête qui s’est abattue sur notre département le samedi 24 janvier n’a, bien entendu, pas épargné Tordères qui en sort abîmée, contusionnée, traumatisée mais indemne. Tous les habitants sont sains et saufs, et c’est pour le moins l’essentiel. Les dégâts, quoique importants, ne sont que matériels : cheminées et antennes paraboliques arrachées, bouts de toitures envolés, abris de bétail détruits (épargnant toutefois le bétail), arbres déracinés ou menaçants, poteaux brisés, câbles téléphoniques traînant au sol, etc., ont été notre lot comme dans tout le reste du grand sud. Dès le samedi soir, alors que la tempête commençait à se calmer, l’employé municipal, Mohamed Mellouk, la première adjointe, Dominique Maurice, et moi-même avons fait un point sur la situation et contacté les plus isolés pour prendre des nouvelles. Mais c’est le lendemain que le grand nettoyage a pu commencer, avec l’aide de tout le village, enfants et adolescents en tête. Tordères, pour l’occasion, s’est transformé en une petite ruche active : les arbres à terre, notamment ceux qui bloquaient des chemins et des rues, ont été débités, d’autres, menaçants, ont été abattus, l’amas de fer et de gravats de la scène de la Plaça Major, a été soigneusement démonté, etc.

  Merci à tous ceux, habitants de Tordères et d’ailleurs (certains venus même de Perpignan à notre rescousse!), qui n’ont pas hésité à mettre la main à la pâte d’avoir été aussi présents et attentionnés. Quelle belle chaîne de solidarité! Merci également aux employés de la SAUR qui étaient sur le front dès trois heures du matin pour maintenir tant bien que mal l’eau potable dans les Aspres, ainsi qu’à l’ami Alphonse Puig et à toute la cellule de crise de la communauté de communes des Aspres, merci aux employés du service des routes du Conseil Général, aux agents ERDF qui se sont démenés pour que nous ayons l’électricité plus rapidement (et si elle a été réinstallée aussi vite, c’est bien grâce à la présence de notre petite école qui en a accéléré le rétablissement), et plus que tout, mille mercis aux pompiers bénévoles de la caserne de Trouillas et de Thuir qui nous ont aidés sans relâche.

  Aujourd’hui, nos pensées s’envolent vers ceux qui n’ont pas eu notre chance, notamment la commune d’Oms où une blessée grave est à déplorer et où les toits de la mairie, de l’école et de l’église ont été très endommagés. Rappelons qu’à cette heure, les habitants d’Oms, Calmeilles et Caixas sont encore sans eau ni électricité, tout comme ceux de Taillet, Prunet-et-Belpuig, Saint Marsal, La Bastide et bien d’autres encore. L’électricité revient doucement sur le département mais la puissance disponible pour alimenter tous les abonnés est insuffisante, c’est pour cette raison que la commune de Tordères a décidé de couper l’éclairage public afin de modérer la consommation dans un esprit de civisme et de solidarité.

Maya

 

1...129130131132133

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...