Affaires sociales

Articles archivés

Tordera, si loin, si proche…

Créé par le 30 juil 2008 | Dans : Affaires sociales, Bibliothèque, Fêtes et animations, Histoire

    En Catalogne, à mi-chemin entre Girona et Barcelona, sur la Costa Brava, à 122 kilomètres de Tordères très exactement, se trouve un autre Tordères : Tordera. C’est une solide petite ville de plus de 15 000 habitants située au bord de la rivière éponyme, à deux pas de la mer Méditerranée, à deux pas également du Parc Naturel de Montnegre-Corredor.

    Chaque année, quelques habitants de cette ville viennent spontanément nous faire l’honneur et la joie de leur visite le jour de la fête de la Sant Nazari. Cette année, ce sont deux aimables visiteuses, Maria Rosa Matas et Carme Ruscalleda Niell, qui sont venues nous donner des nouvelles de leur Tordera et prendre des nôtres. Comme elles sont particulièrement curieuses, elles ont dégoté un autre Torderas, au fin fond de l’Argentine et s’y sont également rendues! Elles nous ont invités à venir à notre tour assister à la Festa Major de la Sant Bartomeu qui se déroulera à Tordera du 23 au 27 août 2008 avec une multiplicité d’animations (retrouvez l’intégralité du programme sur http://www.tordera.org).

    Maria et Carme nous ont porté trois présents importants : un livre, Trenta personatges per parlar de Tordera  de Jordi Romaguera i Serra et de Merce Torrelas i Buixeda (à la bibliothèque dès mercredi prochain), un DVD, Tordera, un poble… un mon (également en bibliothèque) et enfin, un formidable saucisson qui a été entièrement dévoré au cours du pique-nique de notre Festa Major. Elles nous ont surtout apporté leur immense enthousiasme et leur envie d’amener les peuples à se découvrir les uns les autres.

    Avec ses cinquante associations culturelles, sportives, éducatives et sociales, sa bibliothèque, son théâtre, ses multiples monuments historiques, nul doute que Tordera est une ville très dynamique et prometteuse… Alors, quand est-ce qu’on part à la rencontre de nos alter ego de Catalogne sud?

    En attendant, vous pouvez podcatser l’émission hebdomadaire de Maria et Carme, A caball dels segles, sur Radio Tordera, (chaque vendredi à partir de 18h15) : www.radiotordera.cat

Tordera, si loin, si proche... dans Affaires sociales 0004

Les goûters-plaisir de lire

Créé par le 28 juil 2008 | Dans : Affaires sociales, Bibliothèque, Fêtes et animations

   Quel succès pour le merveilleux bus Tralalalalire et les deux fées qui l’animent! A chacun de ses passages, il réunit petits et grands autour de la lecture et des gâteaux maison… On n’en est jamais rassasié de ces petites joies-là!

    pic0012.jpg     pic0008.jpg

C’est aussi un vrai régal de s’installer confortablement au creux des coussins du bus des histoires et de s’en laisser conter une! En voilà un ravi :

Avis aux buveurs noctambules!

Créé par le 27 juil 2008 | Dans : Affaires sociales, Environnement, Santé

    A Tordères, chaque matin nous livre son lot de surprises comme, disséminées un peu partout à travers la commune, ces canettes de bière et ces bouteilles d’alcools forts (type vodka, whisky, etc.) abandonnées dans quelques endroits bien précis (les alentours de l’école et de l’église, la place, le cimetière, mais aussi les champs et la garrigue environnants).

    Du point de vue d’une gestion bassement communale, cette consommation d’alcool est, au quotidien, assez usante puisque, non contents de semer des bouteilles un peu partout, quelques farceurs s’amusent même à en accrocher dans les branches, comme un clin d’oeil en passant. Bien sûr, ça n’a rien de dramatique (même si Mohammed Mellouk et moi-même avons bien d’autres choses à faire que de récolter ce pauvre butin) mais c’est parfois gênant, surtout au cimetière, lorsqu’un habitant, venu se recueillir sur la tombe d’un proche, y découvre une canette ou, à minuit, lorsque, alertée par le bruit, je me retrouve à courser bêtement des adolescents hilares avec lesquels je préférerais plutôt discuter…

    Mais au-delà de ce problème de propreté et d’absence de gestes citoyens (qui consisteraient, dans un premier temps, à ne pas abandonner sa canette n’importe où), c’est surtout pour la santé de mes jeunes administrés que je m’inquiète, car cette excessive consommation d’alcool, quoi qu’elle témoigne aussi d’une convivialité et d’une envie d’être en groupe, me semble surtout signe d’un certain ennui, voire même peut-être, qui sait, d’un désarroi et d’un mal-être? Ah, les ados, les ados et leurs soucis! On vous entend si peu ou si mal… J’ignore si certains d’entre vous lisent parfois ces quelques lignes. Sachez que la porte de la mairie vous sera toujours grande ouverte, alors n’hésitez pas à entrer et à vous faire entendre. Nous avons, me semble-t-il, beaucoup mieux à partager que des courses-poursuites dans la nuit.

Maya

A propos de l’alcool, voici un article de Libération qui soulève le problème : http://www.liberation.fr/actualite/societe/347137.FR.php

Chiens dangereux : permis de détention.

Créé par le 12 juil 2008 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

  La loi du 20 juin 2008 relative aux chiens dangereux subordonne la détention de tels animaux à la délivrance, par le maire, d’un permis de détention, après présentation, par le propriétaire, d’une attestation d’aptitude sanctionnant une formation portant sur l’éducation et le comportement canins et d’un certificat attestant d’une évaluation comportementale de l’animal.

  A défaut de permis, le maire ou le préfet doit mettre en demeure le propriétaire de procéder à la régularisation de la situation et, sinon, peut faire procéder à l’euthanasie de l’animal.

  La loi impose également la déclaration en mairie de toute morsure d’une personne, quelle que soit la race du chien, par son propriétaire ou par tout professionnel en ayant connaissance. L’animal est alors soumis à une évaluation comportementale qui doit être communiquée au maire et ce dernier peut imposer au propriétaire d’obtenir l’attestation d’aptitude précitée.

  La loi renforce enfin les différentes sanctions pénales applicables.

  L’application de toutes ces dispositions s’échelonnent entre fin 2008 et le 1er janvier 2010.

Ref : Loi n°2008-582 du 20/06/2008

CLASSIFICATION 

  De tous temps, certains chiens ont été utilisés comme arme et à cet usage a été réprimé.

  L’augmentation du nombre et de l’usage de chiens potentiellement agressifs, notamment de chiens dits de combat employés comme faire-valoir de leurs maître ou à des fins délinquantes, a conduit le législateur à classifier les chiens dangereux et à mettre en place une réglementation graduée en fonction du danger qu’ils représentent.

  Le but poursuivi est de réduire leur prolifération et de responsabiliser leurs propriétaires.

  Les chiens dangereux sont classés en deux catégories :

  La première catégorie regroupe les chiens d’attaque dont le maître ne peut retracer les origines par un document. Elle comporte :

- Les Pitbulls

- Les Boerbulls

- Les chiens d’apparence Tos-Inu

  La seconde catégorie regroupe les chiens de garde ou de défense qui sont inscrits au Livre des Origines Français (LOF), par exemple le STAFFORDSHIRE BULL TERRIER. Leur maître dispose de documents délivrés par le Société Centrale Canine (Certificat de naissance ou pedigree) attestant de l’origine du chien. Les ROTTWEILER et chiens d’apparence ROTTWEILER appartiennent à cette catégorie même sans inscription au LOF.

1 – LES CHIENS DE PREMIERE CATEGORIE

  D’une population estimée à 40 000 en France, ces chiens ont proliféré de façon considérable. Nombre d’entre eux sont élevés clandestinement. Ils sont eux-mêmes les premières victimes de l’engouement dont ils font l’objet par les mauvais traitements qui leur sont infligés lors de leur élevage et de leur entraînement à l’agressivité.

  Ils sont caractérisés par une puissance particulière de leur mâchoire et donc de leur mordant, par leur insensibilité à la douleur et par un comportement aisément agressif facile à développer.

  Ne peuvent détenir ces chiens :

- les personnes de moins de 18 ans

- les majeurs en tutelle

- les personnes condamnées pour crime ou violence

- les personnes auxquelles le maire a retiré la propriété ou la garde d’un chien parce qu’il présentait un danger pour les personnes ou les animaux domestiques

Ne pas respecter une seule de ces dispositions constitue un délit passible de 3750 euros (25 000 F) d’amende et de 3 mois de prison

REGLEMENTATION

Interdictions :

L’acquisition, la cession (gratuite ou onéreuse), l’importation, l’introduction sur le territoire métropolitain, dans les départements d’Outre-Mer et Saint-Pierre-et-Miquelon.

Sanctions : 6 mois d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende.

L’accès aux transports en commun, aux lieux publics, aux locaux ouverts au public, le stationnement dans les parties communes des immeubles collectifs.

Sanctions : 150 euros d’amende.

Obligations :

- La stérilisation

Chiens mâles et femelles, opération par voie chirurgicale uniquement et de manière irréversible. Donne lieu à la délivrance d’un certificat par le vétérinaire, qui est remis au propriétaire ou au détenteur de l’animal.

Sanctions : 6 mois d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende.

- La déclaration en mairie

Sanction : Ne pas avoir déclarer son chien en mairie : 750 euros d’amende

La mairie est celle du lieu de résidence du propriétaire du chien ou le cas échéant, du lieu de résidence du chien.

Pièces à joindre au formulaire de déclaration :

· Certificat de stérilisation

· Vaccination antirabique (contre la rage) datant de moins d’un an, et rappels

Sanction : Ne pas avoir fait vacciner son chien contre la rage : 450 euros d’amende

· Attestation spéciale d’assurance responsabilité civile (de moins d’un an).

Sanction : Ne pas être couvert par une assurance spéciale responsabilité civile : 450 euros

La mairie délivre un récépissé, daté et signé par le déclarant, qui devra être présenté à toute demande de la police ou de la gendarmerie.

Sanction : Ne pas présenter à toute demande des forces de police le récépissé de la déclaration en mairie : 450 euros

La déclaration comme le récépissé mentionnent :

· Le nom, prénom, date de naissance et domicile du propriétaire de l’animal

· L’identification du chien (tatouage)

· Le nom, l’âge, le sexe et le type du chien (appartenance à la 1ère ou 2ème catégorie.)

2 – LES CHIENS DE DEUXIEME CATEGORIE (Chiens de garde et de défense)

  Contrairement aux chiens de 1ère catégorie, leur reconnaissance se fonde sur les standards des races. Ils appartiennent à des races reconnus par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Leur élevage correspond à des programmes de sélection gérés par la Société Centrale Canine. Leur maître dispose de documents (certificat de naissance ou pedigree) attestant de leur origine.

  Néanmoins ces types de chiens, du fait de leur morphologie et de leur comportement, peuvent tout comme les pit-bulls, être utilisés comme instruments d’intimidation.

  Les propriétaires de chiens de 2ème catégorie peuvent en faire commerce et n’ont pas l’obligation de les stériliser. Ils doivent cependant déclarer le chien à la mairie, de le promener muselé et en laisse dans les lieux ouverts au public.

Ne peuvent détenir ces chiens :

- les personnes de moins de 18 ans

- les majeurs en tutelle

- les personnes condamnées pour crime ou violence

- les personnes auxquelles le maire a retiré la propriété ou la garde d’un chien parce qu’il présentait un danger pour les personnes ou les animaux domestiques

Ne pas respecter une seule de ces dispositions constitue un délit passible de 25 000 F (3750 euros) d’amende et de 3 mois de prison

REGLEMENTATION

Interdiction :

Le stationnement dans les parties communes des immeubles collectifs.

Sanction : 150 euros d’amende

Obligations :

- la déclaration en mairie

Les mêmes pièces sont à joindre au formulaire de déclaration que pour les chiens de 1ère catégorie à l’exception du certificat de stérilisation.

Sanction :

- Ne pas avoir déclarer son chien en mairie : 750 euros d’amende

- Ne pas être couvert par une assurance spéciale responsabilité civile : 450 euros

- Ne pas avoir fait vacciner son chien contre la rage : 450 euros d’amende

- Ne pas présenter à toute demande des forces de police le récépissé de la déclaration en mairie : 450 euros

Il faut y ajouter les papiers du Livre des Origines Français (LOF) qui prouvent l’appartenance du chien à une race répertoriée

Sanction : ne pas présenter les papiers du LOF implique le classement du chien en 1ère catégorie.

3 – LES POSSIBILITES D’ACTION DU MAIRE

- S’il estime qu’un chien représente un danger pour les personnes et les autres animaux domestiques, le maire peut demander à son propriétaire de prendre des mesures nécessaires afin d’éviter tout accident.

- Si le maître de l’animal néglige de donner suite à ces injonctions, le maire peut, par arrêté, ordonner la saisie du chien par la force publique et son placement dans un lieu de dépôt.

- Les frais de garde sont à la charge du propriétaire du chien. Ces frais comprennent les dépensent de capture, de transport, de séjour et de garde.

Le propriétaire du chien dispose alors de huit jours pour présenter toutes les garanties demandées.

Passé ce délai, la maire a le pouvoir :

- soit d’ordonner l’euthanasie de l’animal,

- soit de le céder à une fondation ou association protectrice des animaux.

Ecole : nouvelle réforme

Créé par le 27 juin 2008 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Infos pratiques

L’Inspecteur d’Académie, Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale

Aux

Parents d’élèves

 Perpignan, le 26 juin 2008

  Madame, Monsieur,

  A partir de la rentrée 2008, l’école primaire connaîtra une nouvelle organisation du temps scolaire dans la journée, dans la semaine et dans l’année.

  La durée hebdomadaire de l’instruction obligatoire passera, pour tous les élèves, de 26 heures à 24 heures, soit un total de 864 heures d’enseignement par année. Dans le département des Pyrénées-Orientales, qui avait déjà adopté la semaine des 4 jours, ceci se traduira, à partir de septembre 2008, par la suppression des 12 journées de rattrapage prises sur les vacances, ou sur les mercredis, et par un alignement du calendrier scolaire de nos écoles sur le calendrier national de la zone A.

  Ces deux heures hebdomadaires ne seront pas perdues, mais réinvesties sous forme d’aide personnalisée, ou de travail en petit groupe, dans les domaines de la maîtrise de la langue et des mathématiques. Cela implique une modification substantielle du service horaire des enseignants du premier degré qui se composera désormais de 24 heures hebdomadaires d’enseignement en groupe classe et de 108 heures annuelles consacrées à l’aide directe aux élèves en difficulté (60 heures), au travail en équipe, à la relation avec les familles ou à l’implication dans un projet personnalisé de scolarisation (PPS) d’un élève handicapé, à l’animation pédagogique et à la formation, ainsi qu’aux conseils d’école.

  Les familles sont particulièrement concernées par l’aide personnalisée aux élèves en difficulté, qui sera assurée dans les écoles tout au long de l’année scolaire, selon une organisation proposée par le conseil des maîtres, et validée par l’inspecteur de la circonscription. Plusieurs principes seront pis en compte pour l’organisation de ces aides : la durée totale des séances ne devra pas excéder deux heures hebdomadaires, les séances seront assurées par l’enseignant de la classe, ou, sous sa responsabilité, par un enseignant d’une autre classe. Elles concerneront les élèves qui auront été identifiés par l’enseignant comme ayant besoin d’une aide spécifique dans les apprentissages fondamentaux, et pour lesquels les parents auront donné leur accord.

  Ce nouveau dispositif sera effectif dès le mois d’octobre 2008. Les modalités d’organisation retenues par l’école fréquentée par votre enfant vous seront communiquées dans les meilleurs délais. A l’occasion des réunions de rentrée organisées par les équipes pédagogiques.

  Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de mon dévouement au service de l’éducation de vos enfants.

Jean-Luc Bénéfice

Première réunion de la commission des affaires sociales

Créé par le 04 juin 2008 | Dans : Affaires sociales, Santé

    La première réunion des affaires sociales s’est déroulée le vendredi 30 mai. Nous étions une dizaine d’habitants à y assister.

    Nous avons fait un tour d’horizon de ce qui pouvait être réfléchi et, peut-être, proposé, dans la mesure des maigres moyens financiers de la commune. Mais comme dit l’adage populaire « si l’on n’a pas d’argent, on a des idées » et, en matière d’idées, nous sommes en fait extrêmement riches.

    Voici ce qui a été débattu au cours de la réunion :

- SOUTIEN AUX CHOMEURS DU VILLAGE :

    Il y a une dizaine de chômeurs ou Rmistes au village, dont une bonne moitié ne sont pas rémunérés. cela représente 7% de la population totale (et non pas de la population active). C’est un chômage qui touche essentiellement des jeunes et des femmes.

Proposition :

- Puisque l’ADSL est en cours d’installation à la mairie, à l’école et à la bibliothèque, nous proposons de mettre l’ordinateur de la bibliothèque à disposition de ceux qui le souhaitent pour écrire leur CV, consulter les offres d’emploi, mettre en place leur profil dans « l’espace emploi » sur le site de l’Agence Nationale Pour l’Emploi, etc., tout cela seul ou avec de l’aide (Anne-Marie et Maya – car notre maire est elle-même chômeuse – se proposaient pour accompagner ceux qui le désirent)

- Diffuser plus largement l’information concernant les transports, gratuits pour les chômeurs, du Conseil Général, ainsi que les horaires.

- Faire un petit point « Emploi » dans la mairie (en partenariat avec l’ANPE et la Mission Locale Jeunes), où on trouverait des infos sur les différents contrats possibles, etc.

SOUTIEN AUX FEMMES AVEC DES BEBES OU DE JEUNES ENFANTS :

    Pour les mères, jeunes ou moins jeunes, de la commune, pourquoi ne pas essayer d’organiser des rencontres (une fois par mois?) dans la salle polyvalente ou sur la place du village (en fonction de la saison et du temps), avec un coin détente (couvertures, coussins, jus ou tisanes, etc.) où les mères pourraient discuter et, éventuellement, évoquer leurs difficultés tandis que les enfants s’amuseraient. Dans la même idée, nous allons essayer d’entrer en contact avec le petit bus des ATSEM d’Ille-sur-Têt qui se déplace de village en village pour permettre ce genre de moments conviviaux, et/ou avec le bus TRALALALIRE de l’association « Trois p’tits tours » de Terrats qui propose des rencontres autour de la lecture pour les jeunes enfants et les mères.

- SOUTIEN AUX PERSONNES AGEES :

  Que proposer aux personnes âgées? Dans un premier temps, nous allons lister les demandes (courses, transports, aide à domicile, téléalarme, fêtes, mise à disposition de la salle polyvalente, écoute, initiation à l’informatique, etc.) en rencontrant les personnes âgées qui le souhaitent.

- RENCONTRE AVEC LES ADOS :

    De la même façon, nous rencontrerons les adolescents du village pour être mieux à même de cerner leurs attentes.

    Quelques ateliers ludiques et formateurs peuvent éventuellement leur être proposés tout au long de l’année, notamment en matière de santé, de sécurité routière et de premiers secours… Pourquoi pas en partenariat avec la commune de Fourques?

- EN VRAC :

- Proposition pour mettre en place un système de covoiturage.

- Réflexion autour de la mise en place d’une coopérative (les habitants achèteraient en commun des produits alimentaires, tels que l’huile, la farine, la viande, etc., et se les partageraient).

- Création d’une ludothèque.

Etc.

Et ça n’est qu’un début! Pour ceux que cela intéresse, le débat se poursuit le lundi 30 juin à 20h30 dans la salle polyvalente. Alors à bientôt peut-être?

 

 

1...107108109110111

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...