Affaires sociales

Articles archivés

Installation d’une citerne de défense incendie en bordure de la traverse de Passa

Créé par le 11 nov 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Comme prévu par le PAFI des Aspres, après consultation des services du SDIS 66, de l’ONF et de la municipalité, le SIP (Syndicat Intercommunal de Protection contre l’incendie) des Aspres installera une citerne de défense incendie à l’intersection de la traverse de Passa et de la départementale 615, sur une parcelle privée. L’implantation idéale de ce type d’équipement doit consister en une combinaison fine entre l’intégration paysagère et la facilité de son repérage. Le principe du semi-enterré répond bien à ces critères et a donc été retenu. Cette citerne permettra de défendre la Forêt du Réart en cas d’incendie, ainsi que les mas alentours.

Une convention a été signée entre les propriétaires de la parcelle, la municipalité (à laquelle reviendra l’entretien de la citerne) et le SIP.

Le 114, un nouveau numéro d’urgence pour ceux qui ne peuvent pas parler ou entendre

Créé par le 09 nov 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Vous avez des difficultés à entendre ou à parler et devez alerter les services de secours ? Le 114 est le numéro d’appel d’urgence accessible par SMS, fax et désormais par Visio & Tchat à partir du site internet ou de l’application mobile.

114

Violences scolaires, harcèlement, provocation au suicide : quels recours pour la victime ?

Créé par le 07 nov 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Infos pratiques

Alors qu’a lieu ce jeudi 7 novembre 2019 la Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école, retrouvez les fiches pratiques de Service.public.fr pour être guidé dans vos démarches en cas de harcèlement scolaire.

Alerter les services de l’Éducation nationale

Si votre enfant est victime de harcèlement scolaire, de violences scolaires, de provocation au suicide, il faut d’abord prévenir la direction de l’établissement, qui pourra prendre des mesures, et saisir la Direction académique des services de l’Éducation nationale (Dasen) , notamment pour demander un éventuel changement d’établissement.

Obtenir des conseils

La victime peut aussi obtenir conseils et écoute auprès de services dédiés :

  • « Non au harcèlement » au 3020 : ce service accueille les jeunes ou les parents, victimes ou témoins de harcèlement à l’école. Il est ouvert tout au long de l’année du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h, sauf les jours fériés, appel et service gratuits depuis un téléphone fixe ou mobile ;
  • « Net Écoute » au 0800 200 000 : pour poser vos questions de façon anonyme et confidentielle sur le harcèlement en ligne. Ce service est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h, appel et service gratuits.

Elle peut aussi contacter une association du réseau d’aide aux victimes de violence scolaire France Victimes .

Saisir la justice

La victime peut porter plainte auprès du commissariat de police ou de la brigade de gendarmerie jusqu’à 6 ans après les faits.

Pour des faits commis par un mineur de plus de 13 ans, la loi prévoit une peine de prison pouvant aller de 6 à 18 mois (selon les circonstances aggravantes) et une amende maximale de 7 500 €.

Harcélement

Avis défavorable du commissaire enquêteur dans le cadre du projet d’implantation d’éoliennes à Passa

Créé par le 06 nov 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Dans le cadre de l’enquête publique prescrite par M. le Préfet des Pyrénées-Orientales concernant le projet d’exploitation d’une centrale éolienne à Passa, le commissaire enquêteur vient de rendre un avis défavorable.

Le conseil municipal de Tordères se félicite de cet avis plein de bon sens et de sagesse, comme le sont aussi les conclusions particulièrement bien étayées de Monsieur le commissaire enquêteur, consultables sur le site de la Préfecture des Pyrénées-Orientales : http://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/Publications/Enquetes-publiques-et-autres-procedures/ICPE-Installations-Classees-Protection-Environnement-soumises-a-autorisation/Exploitation-d-un-parc-eolien-sur-le-territoire-de-la-commune-de-Passa

Le conseil municipal de Tordères salue la forte mobilisation des habitants des Aspres qui ont participé à l’enquête publique (pas moins de 2 737 contributions pour 96,67% d’avis défavorables, ce qui constitue un record en matière de participation du public), ainsi que celle des communes voisines (15 au total ont refusé le projet, dont 12 sont membres de la Communauté de Communes des Aspres).

Le conseil municipal remercie également le Collectif « Le Vent Tourne » pour sa vigilance citoyenne, son implication quotidienne, et l’important travail accompli au cours des dernières années, tant en matière de réflexion que de mobilisation du public.

Enfin, l’ensemble de l’équipe municipale espère que M. le Préfet sera sensible aux arguments développés dans le rapport de M. le commissaire enquêteur et que, en accord avec la majorité de ceux qui se prononcés au cours de l’enquête, il rendra à son tour un avis défavorable.

Restons particulièrement vigilants car d’autres projets sont encore en cours d’élaboration et pourraient voir le jour à Fourques, Banyuls-dels-Aspres, Brouilla et Caixas… La lutte continue donc !

NON AUX EOLIENNES

Un numéro gratuit dédié aux femmes victimes de violences

Créé par le 26 oct 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Le 3919 Violence Femmes Info constitue le numéro national de référence pour les femmes victimes de violences (conjugales, sexuelles, psychologiques, mariages forcés, mutilations sexuelles, harcèlement, etc.).

Il propose une écoute, il informe et il oriente vers des dispositifs d’accompagnement et de prise en charge.

Ce numéro garantit l’anonymat des personnes appelantes mais n’est pas un numéro d’urgence comme le 17 par exemple qui permet pour sa part, en cas de danger immédiat, de téléphoner à la police ou la gendarmerie.

Le 3919 est un numéro gratuit depuis un fixe ou un mobile. Une personne vous répondra du lundi au vendredi de 09h à 22h et le samedi, le dimanche et les jours fériés de 09h à 18h. L’appel est anonyme et ne figurera pas sur votre facture de téléphone.

http://www.solidaritefemmes.org/appeler-le-3919

Journée de dépistage avec le Secours Populaire

Créé par le 07 oct 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

Le jeudi 17 octobre, de 9h à 17h, l’équipe santé du Secours Populaire organise une Journée pour la santé dans ses locaux au 16 avenue de l’ancien Champ de Mars à Perpignan.

Gratuit, sans rendez-vous, ouvert à toutes et tous. Sur place dépistage et prévention : tuberculose (radio des poumons), Hépatites B-C et VIH, hypertension artérielle, diabète, etc.

Avec la participation du Centre de lutte Antituberculeuse, l’équipe mobile des hépatites de l’hôpital et les médecins du Secours populaire.

Démarchage téléphonique frauduleux pour l’isolation à 1€

Créé par le 02 oct 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Depuis quelques semaines, des habitants des Pyrénées-Orientales sont démarchés par téléphone par des entreprises privées se faisant passer pour le Département, afin de les inciter à réaliser des travaux de rénovation énergétique (isolation à 1 €), ou à s’équiper en téléservices.

Le Département des Pyrénées-Orientales tient à informer la population qu’il n’est en aucun cas à l’origine de ces campagnes de démarchage frauduleux et qu’il n’a missionné aucune entreprise en ce sens.
Certaines sociétés ont d’ores et déjà été mises en demeure de cesser ces pratiques commerciales douteuses.
Le Département se réserve d’ailleurs le droit de déposer plainte contre toute entreprise qui usurperait son identité et profiterait de la vulnérabilité des personnes pour arriver à ses fins délictuelles.
Ainsi, le conseil départemental invite les ménages à rester vigilants face à ces pratiques frauduleuses.

Trois nouvelles aides pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages modestes

Créé par le 28 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Dans le cadre du Plan d’investissement volontaire (PIV), trois mesures destinées aux salariés à revenus modestes ont été présentées. D’un montant cumulé de 2,1 milliards d’euros, elles visent à améliorer leur cadre de vie, leur accès à l’emploi, leur pouvoir d’achat ou leur maintien à domicile en cas de perte d’autonomie.

1 000 € pour vous aider à vous installer près de votre travail

L’aide à la mobilité s’adresse aux salariés qui, en déménageant, rapprochent leur domicile de leur lieu de travail et réduisent ainsi significativement leur temps de transport ou remplacent l’usage de leur véhicule personnel par les transports en commun. D’un montant de 1000 euros délivrés en une fois, sous critère de ressources, cette aide peut être délivrée jusqu’à trois mois après le déménagement.

5 000 € pour adapter votre logement en cas de perte d’autonomie

L’aide à l’adaptation du logement au vieillissement s’adresse aux salariés retraités ou en perte d’autonomie, locataires ou propriétaires de leur logement, qui souhaitent faire réaliser des travaux dans leur salle de bain, en remplaçant notamment leur baignoire par une douche et permettre ainsi leur maintien à domicile. D’un montant maximal de 5000 euros, sous critère de ressources, elle couvre l’ensemble des travaux qui doivent être réalisés par un professionnel présentant le label Qualibat.

Jusqu’à 20 000 € pour réduire votre facture d’énergie

L’aide pour les travaux de rénovation énergétique s’adresse aux salariés, locataires ou propriétaires de leur logement qui souhaitent réaliser des travaux d’isolation des murs et des combles, intervenir sur le système de chauffage ou sur les équipements d’eau chaude sanitaire. Le financement, sous critère de ressources ou de localisation géographique, se fait sous la forme d’une subvention pouvant aller jusqu’à 20 000 euros et peut être complétée d’un prêt (jusqu’à 30 000 euros).

Animal errant, que faire?

Créé par le 25 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Si vous avez trouvé un chien ou un chat errant, vous devez tout d’abord vérifier si l’animal peut être identifié au moyen d’un collier, d’un tatouage ou d’une puce électronique.

Si c’est le cas, contactez le service identification de l’I-CAD (Identification des carnivores domestiques) au 0810 778 778 ou sur leur site Internet https://www.i-cad.fr/ qui se chargera de contacter le propriétaire.

Si l’animal n’est pas identifié, vous pouvez vous rapprocher d’une association, d’une fondation de protection animale ou d’un refuge susceptible de l’accueillir, ou encore de la mairie qui vous communiquera les coordonnées du service de ramassage ou de la fourrière pouvant prendre en charge l’animal.

Services en ligne et formulaires https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R31829

Projet d’implantation d’éoliennes industrielles à Passa : attention, plus que quelques jours pour participer à l’enquête publique !

Créé par le 24 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Attention, l’enquête publique concernant le projet d’implantation d’éoliennes industrielles à Passa, à moins de 900 mètres des habitations de Tordères, s’achèvera le VENDREDI 27 SEPTEMBRE.

Nous vous rappelons que l’ensemble du dossier est consultable en ligne sur le site de la Préfecture : http://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/Publications/Enquetes-publiques-et-autres-procedures/ICPE-Installations-Classees-Protection-Environnement-soumises-a-autorisation/Exploitation-d-un-parc-eolien-sur-le-territoire-de-la-commune-de-Passa

Il est important que ceux qui ne se sont pas encore exprimés sur le sujet le fasse rapidement, soit en :

1) Déposant une lettre ou des commentaires sur le registre d’enquête publique  en mairie de :

- PASSA : du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 17h, excepté le jeudi après midi.

- LLAURO : chaque lundi, mardi et jeudi, de 14h à 17h45, et le vendredi, de 14h à 17h.

- FOURQUES : du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 17h à 18h, ainsi que le samedi, de 9h à 12h.

2) Envoyant des commentaires par mail : pref-EPeolienpassa@pyrenees-orientales.gouv.fr

3)  Exprimant des commentaires en direct auprès de M. Zocchetto, Commissaire Enquêteur, qui vous recevra une dernière fois en mairie de PASSA,  le vendredi 27 septembre de 14h à 17h.

L’enquête publique est OUVERTE A TOUS. Faites entendre votre voix, ne laissez pas les tractopelles parler à votre place et détruire à tout jamais notre patrimoine paysager, historique et culturel.

NON AUX EOLIENNES

Pour information, voici la délibération contre l’implantation d’éoliennes industrielles à Passa adoptée à l’unanimité par le conseil municipal de Tordères, le mardi 17 septembre.

DL 19/24 : Avis du Conseil Municipal dans le cadre de l’enquête publique sur le projet d’exploitation d’un parc éolien sur le territoire de la commune de Passa par la SAS Parc éolien de Passa.

Madame le Maire explique que, par arrêté n°PREF/DCL/BCLUE2/019192-0001 du 11 juillet 2019, et conformément aux dispositions du Code de l’Environnement, M. le Préfet a prescrit une enquête publique concernant la demande environnementale d’exploiter un parc éolien à Passa par la société Eléments.

Elle indique que l’enquête publique, menée par M. Zocchetto, commissaire-enquêteur, est ouverte du 26 août au 27 septembre 2019 et qu’elle concerne l’implantation de deux alignements de trois aérogénérateurs, soit six éoliennes de 132 à 152 mètres de haut, d’un réseau électrique inter-éoliennes et de deux postes de livraisons.

Elle précise que l’entier dossier d’enquête publique a été transmis sur CD Rom au conseil municipal de Tordères, qu’il est également consultable en version dématérialisée sur le site de la Préfecture, et en version «papier» dans les communes recevant le commissaire-enquêteur (Passa, Fourques et Llauro).

Elle précise que, conformément aux règles encadrant les ICPE, dans le cadre de l’enquête publique, l’avis de la municipalité de Tordères est sollicité (comme celui des 16 autres municipalités se trouvant dans un rayon de six kilomètres autour du lieu d’implantation projeté) et qu’il convient donc que le conseil municipal se prononce sur le projet.

Elle s’étonne que seules 3 communes, sur les 17 se trouvant dans le rayon des six kilomètres du projet, ne bénéficient de la venue du commissaire-enquêteur et de la mise à disposition de l’entier dossier sous un format «papier».

Elle s’étonne également que la Communauté de Communes des Aspres ne soit pas sollicitée en tant que Personnes Publiques Associées dans cette enquête.

Madame le Maire rappelle que le projet d’implantation d’éoliennes industrielles de Passa s’inscrit parmi de nombreux autres projets éoliens dans les Aspres (comme Fourques, Banyuls-dels-Aspres, et Brouilla), ce qui représente, tous projets confondus, près de 44 éoliennes industrielles en prévision dans le secteur.

Elle souligne que la commune de Tordères est pleinement concernée par des projets industriels de cette ampleur qui, s’ils voyaient le jour, auraient un fort impact sur la commune, particulièrement celui de Passa.

Les conseillers municipaux confirment qu’ils ont eu la possibilité de consulter les pièces du dossier afin de pouvoir donner leur avis sur le projet avant la fin de l’instruction.

CONSIDÉRANT que, dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, les projets éoliens doivent obéir à un schéma national décliné par régions, après études de faisabilité, au niveau de leurs territoires respectifs, et que le schéma éolien du Languedoc-Roussillon a été annulé, par décision de la cour administrative d’appel de Marseille, en novembre 2017 ;

CONSIDÉRANT que l’échelon communal n’est pas un échelon pertinent pour des projets d’implantation de centrales éoliennes de cette envergure, et que celui de Passa ne se présente pas comme un projet de territoire mais bien comme une initiative isolée parmi d’autres initiatives à venir ;

CONSIDÉRANT qu’une des exigences du Porter à Connaissance de l’Etat dans le cadre de la révision du SCOT de la Plaine du Roussillon (qui inclut la communauté de communes des Aspres) est de déterminer une cartographie des zones les plus propices au développement de centrales éoliennes ainsi que des «poumons verts» et «belvédères» marquant des transitions paysagères importantes, connus pour leur beauté, et qui s’avéreraient peu adaptés pour recevoir ce type de machines, et que le Canigou, le massif des Aspres et le plateau viticole qu’il surplombe ont été classés parmi ces secteurs importants ;

CONSIDÉRANT l’avis de la Mission Régionale d’Autorité Environnementale indiquant que «Le projet s’implante dans un secteur actuellement vierge de toute éolienne. L’étude n’évalue pas le risque de mitage du paysage. Ainsi, ce projet peut marquer l’ouverture d’un nouveau secteur à l’implantation d’autres projets industriels éoliens, et ce, à plus ou moins grande proximité du périmètre du Grand Site de France du Canigou. De plus, par sa nature, son échelle et la visibilité de ses installations, le projet induit une modification importante du paysage.» ;

CONSIDÉRANT que les caractéristiques techniques du projet, particulièrement la hauteur des éoliennes envisagées, culminant de 132 mètres à 152 mètres (ce qui en ferait les plus hautes du département), sont rédhibitoires pour un espace aussi remarquable que celui des Aspres, que cela dénaturerait profondément et pour longtemps des paysages ruraux pourtant préservés depuis des siècles, tout comme cela impacterait les silhouettes des villages voisins qui constituent les plus grands atouts du territoire des Aspres et du département ;

CONSIDÉRANT que, par ricochet, l’économie locale pâtirait de ces installations, notamment l’économie touristique et agro-touristique, et tout particulièrement le tourisme vert, respectueux de la nature et de ceux qui y travaillent et dont l’action sur l’entretien des paysages et du bâti ancien de nos villages est fondamentale ;

CONSIDÉRANT qu’il existe un risque non négligeable de dépréciations des biens immobiliers de notre commune, notamment les mas et habitations situés sur le chemin du Lieutenant Gourbault (la maison la plus proche du projet est à moins de 900 mètres) et sur la traverse de Passa, de part et d’autre de la Forêt Domaniale du Réart, et que ce parc éolien constituerait inévitablement un frein à l’investissement (une vente vient d’ailleurs d’échouer à cause de la proximité du projet) ;

CONSIDÉRANT les débats sur la distance minimum d’implantation des éoliennes par rapport aux habitations riveraines, et sur les risques d’effets néfastes qu’elles ont sur la santé (bruits gênants et infrasons, effets stroboscopiques des pâles, lumières nocturnes intempestives, etc.), appelant à l’application du principe de précaution ; 

CONSIDÉRANT l’impact désastreux qu’aurait ce projet sur la nature, la flore et la faune lors des travaux d’implantation puis de l’exploitation des éoliennes, et la destruction annoncée de la biodiversité locale à travers le déboisement définitif de plusieurs hectares, la création d’accès et de plateformes techniques, les affouillements et création de fondations en béton, les tranchées pour les raccordements électriques, etc. ; 

CONSIDÉRANT que 119 espèces protégées vont être directement mises à mal par le projet, dont 23 chiroptères, 81 oiseaux (comme l’aigle royal, le milan noir, le faucon crécerelle, etc.), 2 mammifères terrestres, 7 reptiles (dont le lézard ocellé et le lézard vert catalan), 4 amphibiens, 1 insecte, et 1 espèce de flore ; 

CONSIDÉRANT que la Mission Régionale d’Autorité Environnementale juge que «l’étude d’impact évalue très succinctement les enjeux sur la faune terrestre et qu’il faut que les mesures compensatoires soient mieux décrites», qu’elle estime également «que les effets du projet en fonctionnement apparaissent sous-évalués», qu’elle préconise une réévaluation des impacts sur  l’avifaune et que, par précaution, «la mise en œuvre du système d’effarouchement prévu sur chacune des éoliennes prévoie aussi l’arrêt des machines» ;

CONSIDÉRANT que l’association environnementale «Espace Nature et Environnement» affirme que le secteur de Passa «présente une grande richesse faunistique, dont aviaire, et est survolé par un flux d’oiseaux migrateurs important tant en termes de nombre d’individus que d’espèces concernées», et que le projet «entraînera une gêne considérable à la phénologie des déplacements migratoires de l’avifaune en période prénuptiale (voir en période de migration postnuptiale) et constitue un facteur élevé de mortalité sur ces migrateurs» ; 

CONSIDÉRANT que, selon la Ligue de Protection des Oiseaux, l’un des 34 derniers couples de l’espèce menacée des Aigles de Bonelli est présent dans le département et que le secteur retenu pour le projet « est un terrain de ressources pour ce couple qui venant du secteur sud du Vallespir, vient chasser sur la commune de Vives, Passa et Fourques, (obs : printemps 2017 et 2018) » ; 

CONSIDÉRANT l’aggravation du risque incendie qu’entraîneraient la construction et l’exploitation d’éoliennes en limite d’une forêt domaniale déjà soumise à un fort risque incendie, ainsi que les lourdes contraintes qu’induiraient les éoliennes sur l’intervention des canadairs dans un rayon de près d’un kilomètre ; 

CONSIDÉRANT que les aménagements prescrits par le SDIS pour améliorer les conditions de la lutte terrestre des sapeurs-pompiers ne permettraient pas de pallier au handicap généré par ce projet en termes de lutte aérienne contre les incendies de forêt ; 

CONSIDÉRANT la responsabilité morale qui est la nôtre dans la protection et la défense de l’environnement et du patrimoine des Aspres, et particulièrement de Tordères, dont la beauté et la diversité paysagère (vignes, champs d’oliviers, d’amandiers, d’abricotiers, pinède, suberaie, forêt d’eucalyptus et de mimosas) forment l’attractivité; 

CONSIDÉRANT l’incertitude demeurant quant au démantèlement des ouvrages et notamment le démontage des fondations, ne prévoyant qu’une remise en état partielle des sols puisque les excavations (arrachement du béton) s’échelonneront de 30 cm à 2 mètres maximum; 

CONSIDÉRANT que la presse a soulevé des zones d’ombre très troublantes sur un soupçon de conflit d’intérêt directement lié au projet de Passa et n’étant pas de nature à rassurer les élus et les administrés; 

CONSIDÉRANT que la promesse de revenus fiscaux ne saurait justifier n’importe quel projet; 

CONSIDÉRANT le mécontentement, les craintes et le ressenti de nombreux habitants des Aspres (la pétition de refus des éoliennes dans les Aspres a recueilli plus de 5000 signatures  dont celles de très nombreux habitants de Tordères), et dans un souci affirmé de conserver le « bien-vivre ensemble » de notre commune rurale; 

CONSIDÉRANT l’animosité et les clivages qu’engendre d’ores et déjà ce projet entre les propriétaires de terrains susceptibles d’accueillir des éoliennes et les populations qui seront plus largement impactées; 

CONSIDÉRANT que 11 municipalités de la Communauté de Communes des Aspres (Caixas, Calmeilles, Camélas, Castelnou, Llauro, Montauriol, Sainte-Colombe de la Commanderie, Terrats, Tordères, Trouillas, et Villemolaque), sur les 19 que compte cette communauté, ont adopté une motion contre l’implantation d’éoliennes industrielles dans les Aspres; 

CONSIDÉRANT la motion prise le 7 juillet 2017 par le Syndicat Canigou Grand Site (64 communes du Conflent, des Pyrénées Catalanes, du Vallespir, du Haut-Vallespir, et des Aspres) contre toute implantation de centrales éoliennes qui pourraient nuire à la vision du Canigou, de ses balcons et de son piémont, et restreignant l’éolien à un usage domestique; 

CONSIDÉRANT la motion prise par les élus du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, lors de la session du 18 décembre 2017, appelant à un moratoire sur les projets éoliens du département et mettant en avant la qualité de ses paysages et de ses sites remarquables; 

CONSIDÉRANT l’opposition aux projets d’éoliennes industrielles manifestée à M. le Préfet par des syndicats viticoles (Syndicat des Vignerons, Fédération des Vignerons Indépendants et Syndicat du Cru Côte du Roussillon Les Aspres) dans leur lettre du 16 octobre 2017; 

CONSIDÉRANT que l’Institut National de l’Origine et de la Qualité a fermement manifesté son opposition au projet d’implantation des éoliennes de Passa, dès 2017 puis, à nouveau, en 2019, en se basant sur le fort risque de déclassement de l’aire géographique AOC, soulignant que «s’il aboutissait, ce projet présenterait une nuisance visuelle importante sur une commune située dans le site remarquable des Aspres, piémont du massif du Canigou, commune encore préservée des effets négatifs de la spéculation foncière empêchant la mobilité viticole», et motivant également son avis défavorable en arguant que le projet  «présente une incidence directe sur les signes de qualité concernée et en dégrade considérablement l’image»; 

CONSIDÉRANT l’opposition à ce projet manifestée le 23 mars 2018, dans un communiqué de Jean-Yves Favard, président des Gîtes de France des Pyrénées-Orientales, au nom des propriétaires des 60 gîtes et chambres d’hôtes localisés dans les Aspres ; 

CONSIDÉRANT qu’il existe des solutions d’énergies alternatives à l’éolien, conciliant défense de l’environnement et préservation des paysages, expérimentées de façon vertueuse dans plusieurs communes des Aspres (photovoltaïque, bois-énergie, etc.); 

Le CONSEIL MUNICIPAL, après consultation et étude des données mises à sa disposition, décide d’émettre un AVIS DEFAVORABLE au projet de parc éolien de PASSA. 

Cette délibération sera transmise pour avis consultatif et information à Monsieur le Commissaire Enquêteur, ainsi qu’à Monsieur le Préfet des Pyrénées-Orientales, avec copie à Madame la Présidente du Conseil Départemental, à Monsieur le Président de la Communauté de Communes des Aspres, aux 18 autres conseils municipaux de la Communauté de Communes des Aspres, ainsi qu’à Messieurs les Présidents des communautés de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris, Roussillon-Conflent, Vallespir et Haut-Vallespir.

12345...126

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...