Affaires sociales

Articles archivés

Attaque à la seringue : que faire si vous êtes piqué à votre insu?

Créé par le 29 juil 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Les plaintes pour des piqûres dans des boîtes de nuit, bars et festivals s’additionnent à travers toute la France. Trois conseils pour réagir avant la disparition des preuves.

Une vague inexpliquée de piqûres touche depuis début avril des jeunes dans des boîtes de nuit, bars et festivals de toute la France, avec des plaintes déposées notamment à Lille, Béziers, Nantes, Rennes, Strasbourg, ainsi qu’à Grenoble, Nancy, Lyon, Besançon, Valence ou encore Toulouse.

Mi-juin, plus de 1 000 victimes étaient recensées mais aucune analyse n’a mis au jour la présence de GHB, surnommé « la drogue du violeur », selon la Direction de la police nationale (DGPN).

Si vous êtes victime, Drogues info services a listé trois conseils pour savoir quoi faire si vous êtes piqué à votre insu.

Réagissez au plus vite. Le facteur temps est en effet très important. Il faut réagir le plus vite possible pour :

  • permettre de retrouver des preuves ;
  • vous protéger contre le risque d’infection.

Pour permettre d’établir les preuves les plus solides, portez plainte :

  • vous serez examiné rapidement par un médecin légiste ;
  • des prélèvements seront faits en urgence pour identifier les éventuelles substances injectées ;
  • vous bénéficierez si nécessaire d’un traitement préventif contre le risque d’infection (HIV, hépatite B) ;
  • les frais d’examen et d’analyse seront pris en charge.

Le ministère de l’Intérieur appelle également à la vigilance et rappelle l’importance de porter plainte

Protégez votre santé : dans un délai de 48h, rendez-vous aux urgences ou dans un des Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) afin de recevoir un traitement préventif contre le risque d’infection (HIV ou hépatite B), c’est gratuit.

En cas de danger immédiat :

En cas d’urgence, composez le 17 ou le 112. Il est également possible d’appeler le 15 au moindre doute ou pour permettre à la victime d’arriver aux urgences en toute sécurité (s’il y a eu consommation d’alcool notamment).
Pour toute question, contactez le 0 800 23 13 13. « Drogues info service » est disponible de 8 heures à 2 heures, 7 jours / 7. Les appels sont anonymes et gratuits depuis un poste fixe.

Cérémonie d’hommage au Lieutenant Gourbault, mercredi 24 août 2022

Créé par le 22 juil 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Histoire

Comme tous les ans, l’hommage au lieutenant Gourbault aura lieu mercredi 24 août, à 11h30, devant la stèle qui lui est dédiée sur le chemin qui porte son nom, aux abords de la forêt du Réart.

Soyons nombreux à venir saluer la mémoire de ce sapeur-pompier tragiquement disparu, il y a 30 ans, pour défendre notre commune des flammes d’un gigantesque incendie.

En présence de la famille du défunt, les sapeurs-pompiers du département et les représentants des communes de Passa, Llauro et Tordères déposeront une gerbe sur sa stèle.

La cérémonie sera suivie d’un apéritif offert par la municipalité de Tordères.

Stèle 4

Interdiction de baignade dans le Tech à la suite d’une suspicion de présence de cyanobactéries

Créé par le 21 juil 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Santé

Suite à la mort d’un chien qui s’était récemment baigné dans les eaux du Tech, le Préfet des Pyrénées-Orientales met en garde la population car l’animal aurait  succombé à une intoxication aux cyanobactéries. Ces micro-organismes peuvent être présents dans les eaux douces et, en cas de fortes chaleurs, se multiplient de façon anormale et sont susceptibles de produire des toxines provoquant des troubles de santé chez l’homme, l’enfant et les animaux.

Les principaux symptômes se traduisent par des douleurs abdominales, des nausées et vomissements, des maux de tête, des étourdissements, des démangeaisons cutanées et des irritations. Dans ce cas, il est indispensable de consulter rapidement un médecin ou un vétérinaire.

La préfecture recommande à chacun de ne pas se baigner dans le Tech, de ne pas laisser les enfants jouer avec des bâtons ou des galets ayant été immergés et de tenir les chiens en laisse.

Si l’évolution de la situation le justifiait, des mesures complémentaires pourraient être prises en coordination avec les maires des communes concernées.

Le risque incendie sera très élevé, ce mardi 19 juillet, dans les Aspres

Créé par le 18 juil 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Demain, mardi 19 juillet, le risque incendie sera particulièrement élevé dans les Pyrénées-Orientales, notamment dans les Aspres.
Pour rappel, la circulation des véhicules à moteur est interdite sur l’ensemble du réseau de pistes DFCI desservant les massifs (excepté pour les propriétaires et ayants droit).
Il est strictement interdit d’utiliser du feu (cigarette, feu de camps, brûlage de végétaux, etc.) dans tous les espaces soumis au code forestier à l’exception des places à feu agréées (localisation des places à feu).
Redoublons de vigilance.
Attention au feu

Mesures préfectorales de restrictions sur l’usage de la ressource en eau dans les Aspres, dont Tordères

Créé par le 17 juin 2022 | Dans : Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

La Préfecture communique :

Le mois dernier a été le mois de mai le plus chaud depuis 1959 dans le département, avec notamment des températures atteignant 10 °C au-dessus des normales de saison et aucun épisode pluvieux significatif enregistré depuis fin avril. De plus, les prévisions météorologiques pour les prochaines semaines annoncent encore de fortes chaleurs et une absence de précipitation.

Pour l’ensemble des cours d’eau du département, la dynamique est ainsi à la baisse au niveau des débits et l’humidité des sols chute. Les milieux aquatiques se retrouvent dans une situation défavorable pour aborder la saison estivale à venir. Seules d’importantes précipitations au mois de juin permettraient d’améliorer la situation. De surcroît, le niveau des nappes phréatiques est préoccupant sur plusieurs secteurs.

Cet état des ressources en eau du département est régulièrement suivi par l’ensemble des partenaires impliqués dans sa gestion, notamment les collectivités, usagers, experts et l’État.

Ceux-ci, réunis au sein du comité départemental ressource en eau le 30 mai sous l’autorité de Monsieur le Préfet, ont examiné l’état actuel de la ressource en eau et partagé le constat d’une fin de printemps sec et très chaud.

Au vu de la situation et de son évolution probable au regard des prévisions météorologiques, éléments partagés au sein du comité ressource en eau, le Préfet des Pyrénées-Orientales a décidé, en application du Code de l’Environnement, de limiter certains usages de l’eau afin de préserver la ressource pour assurer notamment les besoins essentiels dans les mois à venir.

Pour les ressources qui sont dans les situations les plus tendues, soit 2 secteurs du département (Aspres-Réart et Bordure côtière Nord), les usages de l’eau font l’objet de restrictions.

Sur les nappes des secteurs Aspres-Réart et Bordure côtière Nord, des mesures de restrictions sont effectives et conduisent, pour les usages non essentiels, jusqu’aux interdictions détaillées en annexe I. Les usages agricoles y sont réduits de 25 %. Les usages industriels ainsi que les conditions d’intervention des gestionnaires sur les réseaux et ouvrages d’eau potable et d’eaux usées y sont également encadrés.

Les faibles niveaux piézométriques des nappes des secteurs Agly-Salanque, Têt et Tech, ainsi que les faibles débits constatés sur les bassins versants de l’Agly, de la Têt et du Tech nécessitent la mise en place de mesures de vigilance décrites en annexe II.

Au-delà de ces mesures, les utilisateurs sont tous appelés à adopter un comportement responsable et économe en matière d’utilisation de l’eau.

Des campagnes de contrôle du respect de ces mesures sont régulièrement conduites par les services de l’État.

Si l’évolution de la situation, qui fait l’objet d’un suivi régulier, le justifiait, des mesures complémentaires pourraient être mises en place dans les semaines à venir.

Annexe I : Mesures correspondant au niveau d’alerte

Les usages suivants sont interdits :

  • Le prélèvement de l’eau pour le remplissage des piscines privées à usage unifamilial, exception faite de la première mise en eau après construction du bassin. Cela ne concerne pas les appoints en eau nécessaires au cours de la saison quelle que soit la ressource mobilisée ;
  • Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des plans d’eau de loisirs à usage personnel ;
  • Le lavage des véhicules hors des stations professionnelles sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires, véhicules de secours et de pompiers) ou technique (bétonnière …) et pour les organes liés à la sécurité ;
  • Le fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
  • Le nettoyage des terrasses et des façades ne faisant pas l’objet de travaux ;
  • Le lavage des voiries sauf impératif sanitaire et à l’exclusion des balayeuses laveuses automatiques ;
  • Le lavage des bateaux, hors professionnels lors de travaux sur zones de carénage ;
  • L’arrosage des pelouses, des rond-points, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, stades et espaces sportifs de toute nature de 8h à 20h. Ne sont pas concernés : les plantes en pots, les travaux de génie végétal et de plantation de berges de cours d’eau de moins de trois ans réalisés par des établissements publics gestionnaire de rivière.

Annexe II : Mesures correspondant au niveau de vigilance

Il est demandé :

- à tous les utilisateurs d’eau, d’optimiser ses consommations et de les réduire au strict nécessaire, qu’elles soient destinées à un usage privé ou professionnel ;

- aux exploitants des stations d’épuration, d’effectuer une surveillance accrue de leurs exploitations ;

- aux gestionnaires de prélèvements en eau bénéficiant d’une gestion collective et coordonnée de mettre en œuvre le niveau maximal d’économies défini dans leurs protocoles locaux de gestion ;

- aux maires et aux services gestionnaires de la distribution de l’eau potable, de réaliser une surveillance accrue de leur ressource en eau, de leurs ouvrages et en particulier du marnage de leur réservoir ;

- aux activités industrielles, agricoles et commerciales, de limiter au strict nécessaire leur consommation d’eau.

Carte restriction eau

Nouvelle plateforme téléphonique d’information sur la canicule

Créé par le 16 juin 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

À partir d’aujourd’hui, vous pouvez joindre le numéro vert « Canicule info service » au 0800 06 66 66, un numéro gratuit pour obtenir des conseils de protection pour vous et votre entourage.
En cas de malaise, composez le 15.

Coupure d’eau exceptionnelle au niveau du robinet du cimetière de Tordères

Créé par le 14 juin 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Une importante fuite a été détectée au niveau du branchement d’eau du cimetière et des réparations ont été entreprises par un artisan dès ce mardi matin. Ces réparations sont malheureusement plus compliquées et plus longues que prévues et ne devraient s’achever que la semaine prochaine.

Merci de votre compréhension.

Grève des postiers de Thuir

Créé par le 10 juin 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

L’intersyndicale C.G.T FAPT 66, F. O COM 66, SUD POSTE 66 communique :

Maintenant neuf jours que les Postiers de Thuir restent mobilisés.
Après deux jours de mutisme de la part de leur direction, celle-ci annonce néanmoins « des avancées significatives pour vendredi » aux dires d’un Responsable de Production.
Malgré ce discours les agents restent méfiants car ce n’est pas la première fois que La Poste leur déclare avoir trouvé des compromis.
Depuis le début du mouvement, La Poste pallie l’absence des grévistes grâce aux Facteurs Service Expert, brigade d’agents vivants sur la région et envoyés sur les mouvements afin de faire taire les revendications des salariés.
Sur le piquet, les grévistes constatent le soutien des usagers qui signent massivement leur pétition, échangent avec les agents sur l’avenir de La Poste mais aussi plus largement des Services Publiques.
Les Organisations Syndicales ainsi que les agents invitent les élus, les maires à venir discuter et les soutenir sur le piquet de grèves.
Un rassemblement interprofessionnel de soutien sera organisé ce vendredi dès huit heures

Gare aux chenilles processionnaires

Créé par le 01 juin 2022 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

Les chenilles processionnaires ont des poils urticants qui peuvent entraîner des troubles de la santé tels que démangeaisons, conjonctivite, maux de gorge, etc.
La vigilance est donc de mise, en évitant tout contact avec les chenilles, leur nid et les zones potentiellement infestées. En effet, les poils urticants de la chenille se détachent très facilement lors d’un contact ou sous l’effet du vent.
Chenilles processionnaires

Comment la reconnaître ?

La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit, le Thaumetopoea pityocampa, qui éclot durant l’hiver. La femelle papillon recherche alors un pin (ou un cèdre) pour y pondre ses œufs, qui seront déposés en rangées parallèles par paquets de 150 à 320, formant un manchon  de 2 à 5 cm gris argenté recouvert d’écailles sur les rameaux ou les aiguilles de pin. L’éclosion a lieu 5 à 6 semaines après la ponte.

Cet insecte est surtout connu pour son mode de déplacement, en file indienne. Les chenilles se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pin et de cèdre.

Mesurant environ 4 cm, elles sont brunes avec des tâches orangées, recouvertes de poils. Leur pouvoir urticant provient d’une fine poussière qui se détache de plaques situées sur le dos et la partie postérieure de la chenille. Les poils de la chenille se détachent très facilement lors d’un contact ou sous l’effet du vent.

La processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa) peut être confondue avec la processionnaire du chêne à cause de son comportement larvaire grégaire. En effet, les chenilles se déplacent également en processions. Toutefois, il est important de vérifier l’arbre hôte, car la processionnaire du pin attaque, comme son nom l’indique, toutes les espèces de pins, ainsi que les cèdres et quelques espèces de sapins, alors que la processionnaire du chêne ne s’attaque qu’aux chênes caduques. De plus, leur cycle de vie n’est pas le même, les chenilles processionnaires du pin se développent durant l’hiver dans leur nid, alors que les chenilles processionnaires du chêne se développent durant le printemps et l’été.

Vous avez été ou êtes exposés à des chenilles processionnaires, quels sont les symptômes ?

Par leur structure particulière, ces poils s’accrochent facilement aux tissus (la peau et les muqueuses) y provoquant une réaction urticarienne par libération d’histamine (substance aussi libérée dans les réactions allergiques).
Ces propriétés urticantes persistent même après la disparition de la chenille.

- Contact avec la peau

Apparition dans les huit heures d’une éruption douloureuse
avec de sévères démangeaisons. Les poils urticants se dispersent aisément par la sueur, le grattage et le frottement ou par l’intermédiaire des vêtements.

- Contact avec les yeux

Développement après 1 à 4 heures d’une conjonctivite (yeux rouges, douloureux et larmoyants).

- Contact par inhalation : les poils urticants irritent les voies respiratoires. Cette irritation se manifeste par des éternuements, des maux de gorge, des difficultés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires.

- Contact par ingestion : il se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s’accompagne de symptômes tels que de l’hypersalivation, des vomissements et des douleurs abdominales.

- Allergie : des réactions rares mais graves peuvent se produire à proximité ou lors de la manipulation d’un nid de chenille, pouvant évoluer vers un état de choc.

En cas de suspicion de contact avec les chenilles ou leur nid, il est conseillé de prendre une douche chaude et de changer de vêtements ; les laver à l’eau chaude (60°C).

Consulter un médecin en cas de symptômes.

Comment traiter ces symptômes ?

En cas d’apparition de symptômes graves, il est recommandé de consulter rapidement un médecin ou un service d’urgences.

Symptômes généraux : les personnes qui, en plus des signes locaux, présentent des symptômes généraux tels que malaise, vertiges, vomissements, doivent être dirigées vers un hôpital.

Peau : Oter tous les vêtements et les manipuler avec des gants. Les vêtements seront lavés à température la plus élevée possible et séchés au séchoir. Laver la peau abondamment à l’eau et au savon. On peut éventuellement se servir de papier collant pour décrocher les poils urticants de la peau, un peu à la manière d’une épilation. Brosser soigneusement les cheveux si nécessaire. Les antihistaminiques peuvent soulager les démangeaisons.Consultez un médecin en cas de forte éruption cutanée.

Yeux : les yeux doivent être rincés, chez un ophtalmologue.

Voies respiratoires : l’évaluation des symptômes respiratoires se fait par un médecin. Celui-ci donne un traitement adapté aux symptômes.

- Système digestif : diluer la quantité de poils ingérés en buvant un grand verre d’eau. On peut tenter d’enlever les poils de la muqueuse de la bouche en raclant prudemment à l’aide d’une spatule ou d’une compresse ou en les « épilant » à l’aide de papier collant.

Les actions de prévention :

  • Ne pas manipuler les chenilles et les nids
  • Ne pas balayer une procession de chenilles afin d’éviter de créer un nuage de poils urticants
  • Porter des vêtements couvrants si fréquentation des zones à proximité des pins infestés
  • Eviter de se frotter les yeux en cas d’exposition
  • En cas de doute ou en cas de contact : prendre une douche, changer de vêtements et les laver au-dessus de 60°C
  • Ne pas faire sécher le linge à l’extérieur près des pins par grand vent

Consulter la brochure « Chenilles processionnaires : Ne pas toucher ! »

Pour en savoir plus :

Chien blanc divaguant dans la commune

Créé par le 20 mai 2022 | Dans : Affaires sociales

De nombreuses personnes (habitants, éleveurs, promeneurs, cyclistes, automobilistes, chauffeurs de bus, etc.) signalent régulièrement aux élus la présence récurrente d’un chien blanc sur leur propriété, sur la route, devant l’école de Fourques, ainsi qu’à la cantine de l’école de Tordères (ESAT). Certains habitants de Fourques et de Llauro s’en plaignent également. L’animal est équipé d’un système GPS, ce qui ne l’empêche pas de divaguer des journées entières sans que son propriétaire ne s’en inquiète.

Voici sa photo (prise par une habitante de Fourques).

Chien blanc

Chien blanc 2

123456...156

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...