Affaires sociales

Articles archivés

Communiqué préfectoral : prévision d’un épisode exceptionnel de canicule, les consignes à suivre

Créé par le 25 juin 2019 | Dans : Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

La Préfecture des Pyrénées-Orientales communique :

Une vague de chaleur qualifiée par Météo France d’intense et précoce s’installe dès aujourd’hui sur le territoire national et devrait se prolonger jusqu’à la fin de la semaine.
Les pouvoirs publics sont mobilisés pour mettre en place de façon progressive et selon l’évolution de la situation les mesures prévues par le plan canicule national afin d’anticiper et gérer l’impact sanitaire des fortes chaleurs.
Dans les Pyrénées-Orientales, les températures vont atteindre jusqu’à 35° à partir de jeudi, notamment à l’intérieur des terres. Le littoral méditerranéen étant un peu moins impacté avec des températures de 30° maximum.
Afin de préparer dans les meilleures conditions cet épisode, la préfecture des Pyrénées-Orientales et les services de l’agence régionale de santé (ARS) rappellent à tous les conseils pour se protéger et protéger son entourage :

Conseils à la population :
– Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
– buvez régulièrement et fréquemment de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
– rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps plusieurs fois par jour ;
– passez si possible 2 à 3 heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, etc.) ;
– évitez de sortir aux heures les plus chaudes et de pratiquer une activité physique ;
– pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et dès que nécessaire, osez demander de l’aide.

Les symptômes d’un coup de chaleur sont : une fièvre supérieure à 40°C, une peau chaude, rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, une somnolence, une soif intense, une confusion, des convulsions et une perte de connaissance.

Une vigilance particulière est recommandée pour les personnes fragiles: jeunes enfants et nourrissons, mais également personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées, malades à domicile ou personnes dépendantes. Nous incitons ces personnes à se rapprocher de la mairie de leur commune afin de s’inscrire, si cela est mis en place, sur les listes des personnes fragiles. Elles pourront ainsi bénéficier du soutien de bénévoles.

Prenez des nouvelles de vos proches.

En cette fin d’année scolaire, il est rappelé aux parents et aux encadrants les mesures de précaution indispensables pour éviter les coups de chaleur chez les enfants :
– Limiter les sorties aux lieux ombragés et aérés ;
– proposer les activités physiques le matin ;
– s’assurer que tous les enfants disposent d’un chapeau ;
– mouiller les enfants (avant-bras, nuque et visage notamment) ;
– les faire boire très régulièrement.

Conseils aux sportifs :
Des précautions particulières sont à prendre par tous les pratiquants sportifs (montagne ou autres), quel que soit leur niveau et leur âge :
– réduire les activités physiques et sportives, et éviter d’effectuer des activités aux heures les plus chaudes de la journée (11h-20h) ;
– porter des vêtements amples, aérés et clairs et se protéger du soleil (crème solaire, lunettes, chapeau) ;
– contrôler son hydratation : boire avant, pendant et après l’effort.
Conseils aux organisateurs de manifestations :

De nombreuses manifestations sportives sont prévues sur le département. En période caniculaire, les risques pour les compétiteurs comme pour le public sont importants. Aussi, il est demandé aux organisateurs de :
– diffuser des recommandations par affichage ou sonorisation en indiquant d’éventuelles zones rafraîchies ou climatisées ;
– renforcer, si possible, les équipes de secouristes ;
– augmenter le stock de boissons fraîches ;
– décaler les horaires des manifestations, réduire les parcours exposant trop les participants à la chaleur, voire suspendre certaines épreuves.

Il est rappelé que les manifestations sportives se déroulent sous la responsabilité de l’organisateur qui doit adapter l’épreuve aux conditions météorologiques, quelles qu’elles soient.

Il est demandé à toutes les associations, fédérations et encadrants d’activités sportives de relayer ce message à l’ensemble des pratiquants et d’avoir la plus grande vigilance sur le respect de ces règles.

La canicule s’installe en France

Créé par le 24 juin 2019 | Dans : Affaires sociales, Environnement

La canicule s’installe en France à partir de ce lundi avec une vague de chaleur remontant du Maghreb et de l’Espagne. Dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales, le pic des fortes chaleurs est attendu pour la fin de semaine. Dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales, ce lundi, les températures atteindront jusqu’à 32°C et ne feront qu’augmenter jusqu’à la fin de la semaine, pouvant atteindre 38°C par endroits.

Certaines personnes sont plus exposées à la chaleur que d’autres et sont donc plus fragiles. Les plus concernées sont les personnes âgées, de plus de 65 ans, ainsi que les nourrissons et enfants de moins de 4 ans qui ont parfois du mal à maintenir leur corps à une température de 37°C. Les deux peuvent souffrir de déshydratation. Les femmes enceintes sont également concernées par les gestes de prévention qui sont à suivre avec attention.

La principale recommandation du ministère de la Santé est de s’hydrater régulièrement sans attendre d’avoir soif. Se mouiller le corps régulièrement notamment pour les nourrissons qui se déshydratent très vite. Il faut également adapter son alimentation : la caféine, les aliments à base de sucre et l’alcool sont à limiter tandis que les portions de fruits et légumes sont à augmenter car ils font partie des aliments les plus riches en eau. Le concombre, la salade verte, le radis, le haricot mungo germé, la laitue, la courgette, le fenouil, la tomate, le chou-fleur et le poivron sont les dix aliments de saison estivale les plus riches en eau (90% de leur composition), hors boissons, tout comme les fruits de saison (melon, pastèque, fraise, pêche, abricot), idéaux pour maximiser l’hydratation

Évitez de sortir pendant les heures les plus chaudes de la journée (entre midi et 16 heures) et rester dans des lieux frais comme les cinémas, les bibliothèques, les musées, etc.

Évitez les efforts physiques en pleine journée et prenez des nouvelles des proches.

Enfin, afin de prévenir les risques liés à la canicule, il est institué, dans chaque département, et ce du 1er juin au 31 août, un plan d’alerte et d’urgence, coordonné par le préfet, en direction des personnes âgées et des personnes handicapées en cas de risques exceptionnels. Ce plan, en cas d’alerte, prévoit afin de favoriser l’intervention des services d’assistance, le recensement des personnes âgées et handicapées résidant à domicile et qui en feront la demande écrite ou téléphonique. L’alerte canicule dépend à la fois de la météo et du préfet qui, en fonction d’un certain nombre de paramètres, décide de lancer l’alerte en question. La commune de Tordères met donc en place, jusqu’au 31 août, son dispositif de veille et d’alerte.

  Peuvent bénéficier du dispositif, à leur demande (ou le cas échéant celle du représentant légal ou d’une tierce personne physique ou morale), les personnes âgées de 65 ans et plus résidant à leur domicile, ainsi que les personnes âgées de plus de 60 ans reconnues inaptes au travail et résidant à leur domicile ou encore les personnes adultes handicapées. Chaque personne sera inscrite sur un registre nominatif, communicable au préfet, à sa demande, en cas de déclenchement du plan d’alerte et d’urgence. Cette démarche est volontaire.

  Concrètement, une fois inscrite sur le registre et en cas de lancement du plan canicule par le préfet, le bénéficiaire recevra un appel journalier de la mairie afin de savoir si elle va bien, si elle ne manque pas d’eau, etc. Au cas où la personne ne répondrait pas à l’appel téléphonique, un référent (parent, voisin, soignant) peut être appelé. En cas de silence des principaux intéressés, la mairie est habilitée à envoyer un agent au domicile de la personne répertoriée.

  Les personnes qui n’ont pas été recensées les années précédentes et qui souhaitent, en cas d’alerte, bénéficier d’actions de prévention ou de secours peuvent se faire connaître auprès de la mairie.

Numéro d’urgence « Canicule Info Service » : 0800.06.66.66.

Prévention contre le risque incendie : pour bien vous protéger, débroussaillez !

Créé par le 20 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Les massifs forestiers du département sont soumis chaque été à des conditions climatiques extrêmes, avec des épisodes de sécheresse et de vents violents, qui les rendent hautement inflammables.

Dans les secteurs sensibles au risque feux de forêt, comme Tordères et le reste des Hautes-Aspres, il est nécessaire de protéger son habitation par un débroussaillement obligatoire et conforme avant la prochaine saison estivale afin de limiter la propagation de feux et de permettre aux pompiers d’intervenir rapidement en cas de sinistre.

Dans notre commune, la loi impose ainsi aux propriétaires d’habitations et de tout autre bâtiment de procéder à un débroussaillement réglementaire (selon code forestier et arrêté préfectoral du 15 avril 2019 relatif aux mesures de débroussaillement obligatoire dans le cadre de la prévention des incendies de forêts dans les zones forestières des Pyrénées-Orientales).

Pour savoir si vous êtes concernés (zone d’application de cette réglementation), consultez le guide pratique du débroussaillement conforme et/ou pour toute information relative aux mesures de prévention contre les incendies, dirigez-vous vers le site dédié à la prévention contre les incendies de forêt dans le département : www.prevention-incendie66.com.

Comment lutter contre la prolifération du moustique tigre?

Créé par le 19 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

Il existe des moyens pour lutter contre la prolifération du moustique tigre. Consultez le dossier complet sur le moustique tigre : « comment le reconnaître et lutter contre sa prolifération? » sur le site de l’ARS : https://bit.ly/2rMY2cJ

De nombreux documents sont disponibles (information aux voyageurs, particuliers, professionnels de santé etc) dont un kit « spécial enfants ». 

http://www.signalement-moustique.fr/ : rendez vous sur le portail du ministère des solidarités et de la santé pour signaler la présence du moustique tigre et surveiller sa prolifération.

Moustique tigre

Service de transport scolaire : pensez à inscrire votre enfant

Créé par le 14 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Infos pratiques, Transports

Du 11 juin au 15 juillet, pour vous inscrire aux transports scolaires pour l’année 2019-2020, rendez-vous sur la plateforme d’inscription en ligne de votre département. C’est simple et rapide en cliquant sur le lien suivant :

https://www.laregion.fr/transports-pyrenees-orientales-scolaire

La Région transporte 180 000 élèves chaque jour. Dans les Pyrénées-Orientales les élèves, de la maternelle à la terminale, peuvent bénéficier des transports scolaires organisés par la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée sur son périmètre de compétence.

Conditions générales d’attribution :

Peuvent bénéficier du service de transport scolaire les élèves domiciliés dans les Pyrénées-Orientales et inscrits dans l’enseignement du premier ou du second degré jusqu’au baccalauréat ou fréquentant un établissement d’enseignement et de formation professionnelle agricole.

Votre enfant est en situation de handicap :

Le transport des élèves en situation de handicap est une compétence qui relève du Département des Pyrénées-Orientales :http://www.ledepartement66.fr/

Utilisation de la carte de transport scolaire :

Pour utiliser les transports scolaires par autocar ou par train régional, l’élève doit être inscrit. Il doit toujours être en possession de sa carte liO délivrée pour l’année scolaire en cours. Les enfants peuvent voyager avec cette carte en période scolaire uniquement.

Tarifs :

Le tarif scolaire applicable pour l’année scolaire 2019-2020 sur le territoire des Pyrénées-Orientales est de 80€.

Le transport scolaire est gratuit pour les élèves de maternelle et de primaire.

Horaires et itinéraires :

Attention, les horaires actuellement en ligne sont ceux de l’année scolaire 2018-2019. Les horaires 2019/2020 seront en ligne début août.

Accéder à la plateforme de recherche des horaires de passage à mon point d’arrêt

Inscriptions et paiement :

Inscription au transport scolaire pour l’année 2019-2020

Cette année, l’inscription de votre enfant pour un trajet en autocar ou par le train régional (uniquement les TER en Occitanie) est centralisée auprès de votre service régional des mobilités.

- Pour une inscription par autocar, favorisez l’inscription en ligne

- Pour une inscription par train régional, téléchargez le formulaire papier à retourner à votre service régional des mobilités.

Transport scolaire par autocar : choisissez l’inscription en ligne

- Si votre enfant était déjà inscrit l’année dernière, cliquez sur l’onglet « renouvellement » et accédez à votre dossier en utilisant l’identifiant qui vous a été communiqué par courrier. Le mot de passe est le même que celui des années précédentes sinon cliquez sur « mot de passe oublié ».

- Si votre enfant emprunte le transport pour la première fois, créez votre dossier dans l’onglet « nouvel inscrit » et laissez-vous guider en complétant les informations demandées.

Avant de procéder à l’inscription en ligne, veillez à bien lire le mode d’emploi sur la page des transports scolaires de votre département. Vérifiez que vous répondez bien aux critères d’attribution du service régional de transports scolaires avant de démarrer votre inscription en ligne.
Si ce n’est pas le cas, téléchargez le formulaire papier qui se trouve sur la page « transport scolaire » de votre département.

Référendum d’Initiative Partagée au sujet des aérodromes de Paris

Créé par le 13 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Le décret n° 2019-572 du 11 juin 2019 portant ouverture de la période de recueil des soutiens apportés à la proposition de loi n° 1867 visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris présentée en application de l’article 11 de la Constitution, a été publié au Journal officiel ce matin, 12 juin.
Modalités de mise en œuvre du référendum d’initiative partagée
Le référendum d’initiative partagée, mis en œuvre depuis le 1er janvier 2015, date d’entrée en vigueur de la loi organique n°2013-1114 du 6 décembre 2013, permet aux parlementaires et aux électeurs de soutenir certaines propositions de loi en vue de les soumettre au référendum.
L’initiative appartient à 1/5ème des parlementaires (soit au moins 185 députés ou sénateurs). La proposition de loi est ensuite transmise au Conseil constitutionnel, qui vérifie que la consultation porte bien sur les domaines prévus au premier alinéa de l’article 11 de la Constitution: « l’organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d’un traité qui, sans être contraire à la Constitution, aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions ».
Une procédure déclenchée pour les aérodromes de Paris
Des parlementaires ont déposé le 12 avril 2019  une proposition de loi référendaire qui prévoit dans son article unique que « L’aménagement, l’exploitation et le développement des aérodromes de Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly et de Paris-Le Bourget revêtent les caractères d’un service public national ». Après l’avoir examiné, le Conseil constitutionnel a jugé la proposition conforme aux règles d’organisation du référendum prévues par la Constitution, le 9 mai 2019.
Comment soutenir une proposition de loi référendaire ?
La période de recueil durera 9 mois. Les électeurs peuvent, soit enregistrer leur soutien par leurs propres moyens sur le site internet du Gouvernement (https://www.referendum.interieur.gouv.fr), soit se présenter au guichet de la commune la plus peuplée de leur canton (liste des communes en annexe de l’arrêté préfectoral ) pour enregistrer leur soutien directement par un ordinateur prévu à cet effet, ou pour déposer un soutien en format papier qui sera ensuite saisi par un agent de ladite commune.
Tout citoyen français inscrit sur la liste électorale de sa commune ou de son consulat peut soutenir des propositions de loi référendaire.
La loi n° 2013-1116 du 6 décembre 2013 prévoit des sanctions pénales en cas notamment d’enregistrement frauduleux de soutiens à des propositions de loi référendaire, de soustraction ou d’altération de données collectées et de reproduction de ces mêmes données.
Que se passe-t-il une fois la période de soutien terminée  ?
Si cette proposition de loi est soutenue, dans le délai de 9 mois, par au moins 1/10ème des électeurs inscrits sur les listes électorales (soit environ 4 700 000 personnes), le Conseil Constitutionnel intervient une seconde fois pour valider ces soutiens. Ensuite, si la proposition de loi n’a pas été examinée au moins une fois par chacune des deux assemblées parlementaires dans un délai de six mois à compter de la publication au Journal officiel de la décision du Conseil Constitutionnel, la proposition de loi sera soumise au référendum par le Président de la République.

Des lots de moules commercialisées par Carrefour et Intermarché contaminées par des toxines paralysantes

Créé par le 11 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

Plusieurs lots de moules commercialisées par Carrefour et Intermarché font l’objet d’un rappel en raison de la présence d’une toxine paralysante. L’information a été délivrée par 60 millions de consommateurs, le magazine de l’Institut national de la consommation (INC).

Une toxine appelée « PSP » pour « Paralytic Shellfish Poisoning » se trouve dans certains lots. Elle est produite par des micro-algues dans certaines conditions puis elle est filtrée par les coquillages. Une fois contaminés, ceux-ci deviennent toxiques pour l’être humain, du fait de leur action potentiellement paralysante. La consommation de cette toxine provoque des maux de tête, des nausées et des vertiges, ainsi qu’une perturbation de la motricité et des incohérences dans les prises de parole, avec risque de décès par paralysie des muscles respiratoires (précision du ministère de l’agriculture). Les premiers symptômes apparaissent dans les 5 à 30 minutes suivant la consommation des coquillages contaminés. La toxine n’est pas détruite par la cuisson.

Les produits concernés sont :

- Des moules de la marque Maredoc de lot 107292 (Estampille sanitaire: FR 34.108.530 CE) conditionnées dans un sac de 10 kg vendues chez Intermarché ;

- Des moules de la même marque de lot 10732947 (Estampille sanitaire: FR 34.108.530 CE) conditionnées dans une barquette de 1,4 kg vendues chez Carrefour.

Il est recommandé par « 60 millions de consommateurs » de ne pas consommer, de détruire ou de rapporter au point de vente pour remboursement.

Les personnes les plus sensibles sont les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées, ainsi que toute personne dont l’état physiologique et immunitaire est dégradé (diabétiques, insuffisants rénaux, immunodéprimés, etc.).

En cas d’ingestion de coquillages contaminés, consultez votre médecin traitant ou le centre antipoison le plus proche de chez vous, en signalant cette consommation.

Nette augmentation des noyades accidentelles, particulièrement dans les Pyrénées-Orientales

Créé par le 10 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Santé

Avec près de 1649 noyades déclarées en 2018, dont 600 ayant entraîné un décès, l’Institut National de Veille Sanitaire constate une nette augmentation (+ 30%) des noyades accidentelles, en mer comme en piscines, entre 2015 et 2018.

En grande majorité les noyades sont accidentelles (84%), les autres sont d’origine intentionnelle (8%), ou de cause inconnue (8%). Les départements qui enregistrent le plus de noyades sont ceux qui ont une façade maritime. Le Var, les Bouches-du-Rhône, la Gironde, l’Hérault et les Pyrénées-Orientales concentrent à eux seuls près d’une noyade sur trois.

Les lieux où se produisent le plus de noyades sont la mer (44%), les piscines (31%) et les cours d’eau ou plans d’eau (22%). Les noyades en mer concernent principalement des adultes à partir de 45 ans, celles en piscine des enfants de moins de 6 ans et celles dans les cours d’eau des adultes entre 25 et 44 ans.

En France, les noyades sont la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 15 ans, devant les suffocations ou les chutes. Trop souvent, ce risque est malheureusement sous-estimé et les précautions classiques pour les éviter sont mal appliquées.

Dans les Pyrénées-Orientales, sur 52 noyades accidentelles, 12 sont survenues dans une piscine, dont 8 dans un cadre privé.  

Tous les professionnels insistent sur la nécessité de ne pas laisser les petits sans surveillance et de les sortir de l’eau dès les premiers signes de fatigue. Si les systèmes de sécurité, les alarmes, les bouées restent indispensables, ils ne remplaceront jamais la présence d’un adulte responsable. On ne le rappellera jamais assez : un enfant peut se noyer dans 20 cm d’eau, en quelques minutes, sans faire de bruit. Comme pour les capitaines de soirée, il est essentiel de nommer un adulte « capitaine de baignade ». Son rôle sera de s’assurer que tout va bien.

Mais pourquoi une telle augmentation des chiffres alors que de la prévention est régulièrement faite ? Santé publique France estime que le contexte de fortes chaleurs de l’été 2018 peut expliquer en partie cette tragique évolution (plus de baignades entraînant plus de noyades).

Par ailleurs, il existe des usages qu’on estime sans risque et qui le sont pourtant, comme les piscines ­gonflables que l’on peut installer n’importe où et que l’on trouve dans n’importe quelle grande surface. Lorsqu’un enfant boit la tasse, il faut s’assurer qu’il aille bien, même deux à trois heures après, et ne pas hésiter à consulter en cas de doute.

Les résultats de la nouvelle enquête prouvent, s’il le fallait, la nécessité de poursuivre les efforts de prévention.

Le Fichier des Véhicules Assurés est entré en vigueur

Créé par le 05 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Transports

En France, selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière, 800 000 conducteurs circulent sans assurance et sont impliqués dans 7 % de la mortalité routière. En 2017, plus de 80 000 défauts d’assurance ont été relevés par le Police et la Gendarmerie.

Le Fichier des Véhicules Assurés (FVA) est entré en vigueur le 4 juin 2019. Sa création fait suite à une décision du comité interministériel de la sécurité routière afin de faciliter le contrôle des véhicules par les forces de l’ordre. Ce fichier intègre l’immatriculation du véhicule assuré, le nom de l’assureur et la période de validité.

Les effectifs policiers de terrain gagneront en autonomie. Ils pourront, depuis le même terminal NEO, constater le défaut d’assurance et délivrer l’amende forfaitaire délictuelle correspondante, à hauteur de 750 €. De même, la consultation du FVA permettra de lever le doute sur l’authenticité d’un certificat d’assurance.

A terme, il est prévu que le centre de traitement des amendes de Rennes puisse relever le défaut d’assurance en plus de l’excès de vitesse constaté par un radar automatique.

Les risques de la conduite sans assurances :

En France, tout propriétaire d’un véhicule terrestre à moteur doit être assuré pour couvrir sa responsabilité civile (c’est-à-dire les dommages qu’il pourrait causer à autrui du fait de sa conduite).

La non-assurance a un coût important pour le FGAO qui doit indemniser les personnes victimes d’accidents de la route lorsque le responsable n’a pas pu être identifié ou qu’il est non-assuré.

Rouler sans assurance peut coûter cher. En effet, le FGAO qui va indemniser la victime pourra ensuite se retourner contre le responsable de l’accident en remboursement des sommes engagées.

L’indemnisation des dommages corporels, notamment lorsqu’il y a un handicap, peut coûter plusieurs millions d’euros.

De plus, le responsable ne sera pas indemnisé par le FGAO en cas de dommages corporels ou matériels qu’il aura lui-même subis.

La conduite sans assurance est constitutive d’un délit.

La peine encourue est une amende de 3 750 euros (7 500 euros en cas de récidive) pouvant être assortie de peines complémentaires (suspension ou annulation du permis, interdiction de le repasser, confiscation du véhicule).

Il peut également être encouru une amende forfaitaire de 500 euros lors de la première constatation de l’infraction.

Demande de bourse lycéenne

Créé par le 03 juin 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Avez-vous pensé à effectuer une demande de bourse de lycée ? Pour l’année 2019-2020, les démarches doivent se faire avant le 4 juillet.

Pour savoir si vous pouvez bénéficier d’une bourse de lycée à la rentrée 2019, rendez-vous sur le site internet : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R43243

1...34567...124

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...