Ecole

Articles archivés

Demande de dérogation pour l’organisation des Temps d’Activité Périscolaire imposés par la réforme des rythmes scolaires

Créé par le 03 juin 2014 | Dans : Ecole

Le conseil d’école extraordinaire du RPI Llauro-Tordères-Montauriol-Caixas, réuni le lundi 2 juin, a décidé à la majorité que soit demandée à l’Education Nationale une dérogation exceptionnelle afin de réunir les 3h de Temps d’Activité Périscolaire imposées par la réforme des rythmes scolaires sur une seule et même demi-journée, le vendredi après-midi.

Réunion parents/élus sur l’organisation de la réforme des rythmes scolaires

Créé par le 28 mai 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Infos pratiques

Quelle que soit l’issue du vote du conseil d’école de lundi prochain (validation de l’option A ou B), les  parents d’élèves et les enseignantes du RPI Llauro-Tordères-Montauriol-Caixas sont invités à participer à une réunion de présentation sur les modalités d’organisation de la réforme des rythmes scolaires, qui s’appliquera dans nos écoles dès la rentrée 2014. Le personnel administratif de la Communauté de Communes des Aspres (qui est désormais en charge des Temps d’Activité Périscolaire) sera également présent pour répondre à vos questions. Merci de venir nombreux le vendredi 6 juin, à 18h, à la salle des fêtes de Llauro (sous l’école).

 

Roger Tourné, maire de Llauro et président d’ASPRESIVOS

Maya Lesné, maire de Tordères et vice-présidente d’ASPRESIVOS

Urgent : les « nouveautés » de la réforme des rythmes scolaires

Créé par le 23 mai 2014 | Dans : Affaires sociales, Ecole

La réforme des rythmes scolaires porte, selon la volonté des législateurs, sur une réduction du temps d’enseignement dans la journée, à la faveur d’une matinée d’enseignement complémentaire (le mercredi). Cette réforme de l’Education Nationale prévoit également la mise en place de 3 heures de Temps d’Activité Périscolaire (TAP) par semaine prises en charge par les communes.

  Comme vous le savez déjà, les élus de la Communauté de Communes des Aspres ont décidé que ces  TAP seraient organisés par l’intercommunalité afin de mutualiser les moyens et de bâtir un projet pédagogique en lien avec le projet d’école, avec des animations ludiques et de qualité pour les enfants.

  La commission intercommunale en charge de cette réforme s’oriente très nettement vers la gratuité des TAP pour les familles (choix qui, nous l’espérons, devrait être validé par l’ensemble du conseil communautaire, le 5 juin prochain). Une consultation auprès de tous les élus concernés et des directeurs des écoles de l’intercommunalité des Aspres a été engagée depuis plusieurs mois, à l’issue de laquelle, des grilles horaires ont été bâties et validées par les uns et les autres.

  Pour les écoles de notre RPI Llauro-Tordères-Montauriol-Caixas, nous avions opté pour quatre sessions de TAP, de 3/4 d’heure chacune, par semaine. Cependant, cette organisation n’est pas aisée dans la mesure où elle suppose le recrutement sur le territoire de l’intercommunalité de près de 130 animateurs qualifiés avec des contrats d’à peine 3 heures par semaine. C’est en partie pour palier à ces problèmes de recrutement que le Ministre a récemment prévu un assouplissement dans la mise en œuvre de la réforme.

  Le 7 mai paraissait donc un décret, puis, le 8 mai, une circulaire permettant  sur dérogation de regrouper les TAP dans une seule demi-journée. Cette possibilité dérogatoire doit être soumise à l’approbation de l’Education Nationale et ne peut être envisagée que si elle fait l’objet d’un consensus école/collectivité (à travers le conseil d’école).

  L’assouplissement consiste à regrouper les 3 heures de TAP sur une même demi-journée. Ainsi, les semaines semblent plus «équilibrées» et présentent plus de régularité pour les enfants (les horaires d’entrée et de sortie seraient assez semblables à ceux d’aujourd’hui). Cette option permet également aux enseignants de libérer une demi-journée. Enfin, cela offre la possibilité à la communauté de communes de réduire le nombre d’animateurs à recruter et facilite aussi les choses d’un point de vue organisationnel.

  Ce mercredi 21 mai, les quatre institutrices de notre RPI ont décidé de valider cette option de regroupement des TAP sur une demi-journée. Vous trouverez au dos du document la grille horaire qui en découle. 

Compte tenu de l’urgence avec laquelle l’Education Nationale nous demande de nous positionner (elle exige un conseil d’école avant le 3 juin), nous n’aurons probablement pas le temps d’organiser une nouvelle réunion de concertation avec les familles, cependant nous appelons les parents d’élèves à répondre au questionnaire qui leur sera prochainement distribué. Pour information, le conseil d’école sera réuni d’urgence le lundi 2 juin afin de lancer la demande de dérogation.

Enfin, notez également qu’il est prévu une grande réunion parents / institutrices / élus / personnels de service sur la question des contenus et de l’organisation des TAP à la mi-juin, ainsi que du ramassage depuis les écoles en direction des accueils de loisirs (avec restauration sur place), le mercredi, etc.

fichier pdf Grilles horaires option A et B

On sème!

Créé par le 19 avr 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Environnement, Santé

On sème 2

Depuis le début du printemps, les écoliers de Tordères découvrent les joies du jardinage sous l’oeil attentif de leur institutrice, Mme Doppler. Ils apprennent par la même occasion à mieux appréhender tout le processus de croissance des végétaux, qui mène de la graine au fruit ou au légume, à découvrir les plantes et leurs origines, à comprendre les enjeux de la diversité naturelle (notamment le lien entre le monde végétal et le monde animal), etc. Bref, jardiner, c’est s’ouvrir au monde en développant tout autant ses qualités manuelles que ses qualités intellectuelles dans des domaines aussi vastes que les sciences naturelles, la géographie, la philosophie et, ô joie, la poésie aussi!

Les enfants et leur institutrice, ainsi que le conseil municipal de Tordères tiennent à saluer et remercier vivement Gaëlle Boulanger, jeune et dynamique élue de Llauro, d’avoir initié cette belle expérience et d’avoir apporté bénévolement son savoir-faire, ses semences, ses plans et son immense gentillesse.

En attendant de goûter à leurs salades et leurs tomates, nos petites mains vertes concoctent quelques jolies surprises en pots qui seront vendues au profit de la coopérative scolaire lors de la Fête des Ecoles du mois de juin. Qu’on se le dise, à l’école, on sème!

On sème 5

Aide aux dyslexiques

Créé par le 05 avr 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Infos pratiques

L’APEDYS 66 (Association de Parents et d’Enfants Dyslexiques) cherche à favoriser l’autonomie des enfants souffrant de troubles de l’apprentissage. Elle dénombre 150 adhérents.

Dans le département 8 à 10% des enfants, soit un à deux élèves par classe, sont concernés par les troubles dyslexiques.

L’APEDYS 66 a mis en place un pôle écoute téléphonique destiné à aider les parents, tous les mercredis après-midi : 04.68.05.63.85.

Elle a également mis en place des ateliers informatique qui se déroulent un samedi sur deux, de 10h à 12h, à l’école de Théza.

Un mercredi par mois, à partir de 18h30, elle organise des réunions thématiques (à Théza, salle des Albères) autour de sujets tels que l’orientation des enfants souffrant de troubles dyslexiques.

Les bénévoles de l’APEDYS 66 participent également aux équipes pédagogiques pour mettre en place des aménagements (attribution d’auxiliaires de vie scolaire, etc.) pour leurs adhérents.

Renseignements au 04.68.05.63.85.

Cantine scolaire

Créé par le 25 nov 2013 | Dans : A retenir, Ecole, Infos pratiques, Transports

A partir du lundi 2 décembre, les écoliers de Llauro mangeront à la cantine du Bistrot de Pays de Llauro, à moins de 5 mètres de leur école.

Les petits habitants de Tordères qui vont à l’école de Llauro (Maternelle, CP, CE2) et qui rentraient chez eux par le bus de midi devront désormais être pris en charge par les parents directement à la sortie de l’école de Llauro car le Conseil Général, qui tolérait cet usage, ne peut pas assumer cette charge pour les externes. D’avance merci de votre compréhension.

 

Fonctionnement du Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI) de Llauro-Tordères-Montauriol-Caixas

Créé par le 24 oct 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Infos pratiques

  Les écoles de Llauro et Tordères sont réunies en Regroupement Pédagogique Intercommunal depuis plus de dix ans et accueillent des enfants de Caixas, Montauriol, Tordères et Llauro.

  C’est l’Education Nationale, par le biais de l’Inspection Académique des Pyrénées-Orientales, qui gère l’organisation pédagogique, les enseignements dispensés et le personnel enseignant, soit quatre enseignantes au total : Mme Doppler, directrice, en poste à Tordères, Mmes Pinéda, Stabat et Iscla, en poste à Llauro.

  Par contre, tout ce qui concerne les bâtiments scolaires ou périscolaires, leur entretien, ainsi que le personnel chargé du nettoyage, de la garderie et de la surveillance du bus et de la cantine, sont à la charge des communes qui en assument la gestion à travers un syndicat intercommunal, Aspresivos, regroupant les quatre communes du RPI. Roger Tourné, maire de Llauro, en est le président, et  Maya Lesné, maire de Tordères, la vice-présidente (il est à noter qu’aucun des deux ne touche d’indemnités pour assumer sa fonction).

  Enfin, le transport est assuré par les services du Conseil Général des Pyrénées-Orientales.

EFFECTIFS & RÉPARTITION DES CLASSES :

Depuis plusieurs années, l’effectif des écoliers s’est stabilisé entre 55 et 60 élèves, ce qui met, pour le moment, les écoles à l’abri de toute fermeture de classe.

Cette année, l’école de Llauro accueille la maternelle (24 enfants de 3 à 5 ans), le CP (6 enfants) et le CE2 (12 enfants), tandis que celle de Tordères accueille les CE1 (7 enfants), CM1 (5 enfants) et CM2 (3 enfants). C’est l’inspecteur d’académie qui tranche chaque année quant à la répartition des cycles et des classes (en concertation avec les enseignantes) et en informe les élus pour qu’ils organisent les salles de classe en fonction de la répartition décidée.

Sur les 57 écoliers du RPI, 24 sont de Llauro, 15 de Tordères, 12 de Caixas et 6 de Montauriol.

BUDGET ALLOUÉ À LA SCOLARITÉ DES ENFANTS :

Une part croissante des budgets communaux est dédiée à la scolarité des enfants. Dans notre RPI, le coût de la scolarisation par enfant et par année, à la charge de chacune des quatre  communes pour ses enfants respectifs, oscille entre 800 et 900€ selon les années. Dans les autres communes de notre canton, le coût par élève est un peu moins élevé (de 600€ à 800€), cela tient en partie au fait que ces communes n’ont à gérer qu’une seule structure et non pas deux, comme c’est le cas d’Aspresivos. La double structure est parfois synonyme de multiplication des dépenses, ne serait-ce qu’en matière d’abonnement (eau, électricité, téléphone, etc.) ou de matériel (deux photocopieuse au lieu d’une, etc.). Par ailleurs, même si la norme actuelle en matière de garderie permet toutes les absurdités (on a vu, dans certaines communes françaises, jusqu’à 50 enfants par dame de service), les élus ont décidé, en accord avec les enseignantes et les parents d’élèves, d’encadrer le plus sûrement possible les écoliers. Aussi quatre salariées sont-elles dédiées à cet encadrement : Denise Benchetrit (titulaire faisant fonction d’ATSEM, Agent Spécialisé des écoles Maternelles, à raison de 28h par semaine), Charlotte Martin (salariée en Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi, assurant la surveillance de la cantine et du bus, la garderie du midi et celle du soir ainsi que le ménage de l’école de Tordères, à raison de 20h par semaine), Charlène Alba (une nouvelle venue, embauchée en contrat d’avenir, assurant la surveillance de la cantine et du bus, la garderie du matin et celle du midi, ainsi que le ménage de l’école de Llauro, à raison de 24h par semaine) et enfin, de façon plus ponctuelle, Isabel de Lima Machado (salariée en Contrat à Durée Déterminée, assurant la surveillance de la cantine et du bus, 2 heures par jour). De cette façon, les enfants bénéficient d’une bonne surveillance et évoluent dans des lieux propres et bien entretenus (les dames de service assumant le ménage tandis que les employés municipaux de Tordères et Llauro se chargent d’assurer les petites et les grosses réparations propres aux bâtiments qui, rappelons-le, sont communaux).

Sur les 800 à 900€ de charges liées à la scolarité de chaque enfant, 70€ sont consacrés aux fournitures scolaires (ce qui allège d’autant les familles et respecte les principes républicains d’égalité et d’équité – chacun ayant le même cahier, le même stylo, le même livre, etc.), 10€ au  livre de Noël (choisi par les enseignantes) et 30€ par enfant sont alloués à la coopérative scolaire afin que les écoliers puissent bénéficier de sorties, d’expositions, de rencontres ou d’activités supplémentaires. Une année sur deux, les communes prennent également en charge une large partie des frais des classes vertes, de mer ou de neige.

CANTINE SCOLAIRE :

Jusqu’à ce jour, la cantine est assurée par les services de l’ESAT le Mona, à Tordères, et reçoit plus de quarante demi-pensionnaires sur la soixantaine d’élèves des écoles. Marie Maffrand, présidente de Sésame Autisme, est largement à l’origine de ce choix. Elle n’a jamais cessé d’insister sur la nécessité pour le centre d’avoir un rayonnement social et d’être en lien avec les habitants de la commune. Cette volonté, assumée depuis bientôt dix ans, a provoqué une formidable rencontre entre enfants et autistes, développant de part et d’autre les notions de tolérance, d’ouverture et de respect de l’autre dans ses différences. Au-delà de cet aspect social, les enfants ont pu ainsi bénéficier de repas chauds, cuisinés sur place avec des produits frais et locaux (ce qui n’est pas le cas de la plupart des écoles du département qui sont soumises à « la chaîne du froid », avec des repas fabriqués en usine et réchauffés à la dernière minute).

Si cette formule fonctionne bien pour les enfants de l’école de Tordères qui arrivent en cinq minutes au restaurant, elle a trouvé ses limites avec ceux de l’école de Llauro, notamment les plus petits d’entre eux, qui multiplient le temps passé dans les transports. Aussi, d’un commun accord entre les élus des quatre communes, dès lors qu’un Bistrot de Pays (assurant la restauration) allait voir le jour à Llauro, il a paru naturel que les enfants de l’école de Llauro s’y restaurent. Toutes les normes exigées pour l’accueil d’enfants ont donc été prises en compte dans la conception de ce restaurant. La commune de Llauro ne pouvant déroger aux contraintes administratives (appel d’offre, etc.), les enfants ne commenceront à s’y restaurer qu’à partir du 2 décembre. Ils n’auront pour cela que quelques mètres à parcourir et seront accueillis dans des conditions au moins aussi confortables que celles de l’ESAT, et au même coût. Quelques rares parents regrettent que les enfants des deux écoles ne se retrouvent plus le midi mais les élus assument ce choix car, au-delà d’une économie de moyens (un aller-retour de bus en moins), on épargnera également aux enfants le stress du départ en bus ainsi que les risques et la fatigue qu’engendre le transport, ils auront alors plus de temps pour profiter de la pause méridienne et se détendre à la fin du repas.

Une rentrée toute en douceur

Créé par le 03 sept 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole

Ce sont 57 enfants qui se sont pressés devant les portes des écoles du RPI Llauro Tordères Montauriol Caixas. A Tordères, les écoliers affichaient de grands sourires même si les CE1 n’en menaient pas large pour cette première fois dans la cour des grands, et à Llauro, les larmes des plus petits ont été vite séchées. Dans l’ensemble, cette rentrée s’est déroulée dans la bonne humeur et le plaisir des retrouvailles. Chers écoliers, que l’année scolaire vous soit douce et légère à tous!

Une rentrée toute en douceur dans A retenir rentree-2013-300x158

 Ecole de Tordères (CE1, CM1, CM2)

Les nouveautés de la rentrée scolaire

Créé par le 30 août 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole

Voici quelques infos destinées aux parents des 57 élèves des écoles de Tordères et Llauro à propos de cette rentrée scolaire 2013.

LA GARDERIE :

La garderie s’effectuera à l’école de LLAURO de 7h45 à 8h50 et de 16h45 à 18h00. Les tarifs sont toujours de 10€ (et 5€ pour les frères ou sœurs) pour le forfait mensuel ou 1€ par jour (et 0.50€ pour les frères ou sœurs) pour les occasionnels. Nous vous demandons de bien vouloir respecter les délais de paiement (à savoir jusqu’au 5 du mois suivant).

Vous devrez prendre connaissance du règlement qui vous sera distribué au cours de la première semaine de cours et retourner la fiche d’inscription remplie. Pour toute modification quant à la fréquentation de ce service par rapport à la fiche d’inscription, un justificatif écrit devra être remis au personnel (idem pour la cantine)

LE PERSONNEL :

Denise Benchetrit (accompagnatrice du bus et ATSEM) et Charlotte Martin (entretien de l’école de Tordères, garderie du soir et cantine) restent fidèles au poste. En remplacement de Trina Brown, nous accueillons Charlène Alba qui s’occupera principalement de l’entretien de l’école de Llauro, de la garderie du matin et de la cantine. Bienvenue à elle!

Pour une conférence sur la réforme des rythmes scolaires

Créé par le 15 juil 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole

L’Association des Maires Ruraux de France communique :

  Avec à peine 11% des communes entrant en septembre 2013 dans le dispositif, la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires pour concourir à une meilleure réussite des élèves patine. Ceci en particulier par l’incapacité de l’État à mobiliser les moyens nécessaires en face de cette nouvelle charge imposée aux collectivités. L’obligation faite àla CAFde financer exceptionnellement cette mesure trahit la panique qui règne au sein de l’administration centrale. Si chacun comprend l’urgence d’agir, la décision de recourir aux fonds privés de l’entreprise Total, via un accord-cadre signé il y a quelques semaines parla Ministredes Sports, après celle de certains géants de l’agroalimentaire dans des programmes relatifs à la nutrition, trahit un glissement insupportable dans la manière dont l’État considère le futur de l’organisation scolaire et l’avenir de ses enfants.

Nous demandons que celui qui décide, paie. Dans le domaine de l’Éducation, la nécessité de réussir est impérieuse mais ne peut s’appuyer sur le concours marginal d’un grand groupe industriel qui souhaite se donner bonne conscience en faisant oublier aux Français qu’il paie la plupart de ses impôts hors de France, et qu’il entretient les meilleures relations avec les paradis fiscaux.

  Comment ces fonds seront-ils versés ? A quelles collectivités ? Sur quels critères ? Dans quels buts ? Ce groupe ou d’autres seront-ils mobilisés pour trouver les centaines de millions nécessaires au financement par les collectivités de cette décision de l’État pour les 90 % des communes qui ont dû reporter cette entrée dans le dispositif ? Il y a comme une forme de cynisme à demander à un groupe d’aider l’État alors que ce dernier refuse d’aider les Collectivités à financer une décision qu’il leur impose.

  L’Éducation des enfants mérite mieux qu’un marchandage, qui plus est ridicule (4 M€), sans rapport avec les montants nécessaires au financement de la réforme dont le président dela Républiqueavait pourtant annoncé le déblocage de 250 millions l’année de son lancement. Face à l’échec de la mise en œuvre, seuls quelques millions seront alloués par l’État en 2014, qui plus est par tranche, de telle manière que les communes devront avancer l’argent et assumeront ainsi la trésorerie de l’Etat pour payer les emplois qu’il oblige à créer.

  Les Maires Ruraux dénoncent la dérive avec laquelle l’État entend faciliter la communication d’un grand groupe au détriment du sérieux de la mise en œuvre d’une réforme qu’il a imposée aux collectivités. Ils demandent l’ouverture urgente d’une conférence sur le financement de la réforme des rythmes pour permettre aux futurs élus d’envisager comment ils pourront entamer cette réforme en 2014. La réforme doit être financée et les crédits non utilisés en 2013 doivent être non seulement reportés, mais ces choix principalement financés à terme par l’État.

1...34567...9

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...