Economie locale et associations

Articles archivés

Un numéro gratuit dédié aux 16-18 ans qui ne sont ni en études, ni en formation, ni en emploi

Créé par le 22 jan 2021 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Economie locale et associations, Infos pratiques

Près de 80 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans aucune qualification et 60 000 mineurs ne sont ni en études, ni en formation, ni en emploi.

Ils rencontrent de grandes difficultés pour s’insérer dans le marché du travail et sont les premières victimes de la pauvreté.

À partir de la rentrée 2020, afin qu’aucun jeune ne soit laissé dans une situation où il ne serait ni en études, ni en formation, ni en emploi, l’obligation de se former est prolongée jusqu’à l’âge de 18 ans. Une des mesures clé de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, l’obligation de formation permet de repérer et d’amener vers un parcours d’accompagnement et de formation les jeunes en risque d’exclusion.

Afin de répondre aux interrogations des jeunes et de leur famille, de les informer et de les orienter, un seul numéro : le 0.800.122.500.

Au téléphone, les acteurs de l’orientation et de l’accompagnement, répondent en fonction de la région où habite le jeune, de manière à ce qu’il ait d’emblée en ligne un professionnel de sa région.

Un accompagnement adapté :
- un lien immédiat avec des interlocuteurs qui connaissent parfaitement les sujets qui le concernent ;
- une orientation rapide vers le référent le mieux à même de l’accompagner.

Des solutions variées, concrètes et réalistes :
Entretien, diagnostic de sa situation, bilan de compétences… tous les outils seront mis au service de son choix. Le mot d’ordre pour les conseillers d’orientation est qu’il n’y a pas que l’école pour préparer son avenir, d’autres dispositifs qualifiants existent : formation professionnelle, service civique, volontariat, micro-lycées, écoles de la seconde chance, dispositifs d’insertion professionnelle, etc.

Ces solutions s’appuient sur les secteurs porteurs. L’orientation proposée aux jeunes prend en compte les filières qui offrent des perspectives solides : écologique, numérique, sanitaire et social, par exemple.

État, Régions et Départements, tous les acteurs concernés travaillent ensemble pour mettre en commun leurs solutions et assurer un suivi de qualité pour chaque jeune.

Pour être accompagné par un professionnel d’une Mission locale ou d’un Centre d’Information et d’Orientation de proximité, un numéro : le 0.800.122.500.

La Communauté de Communes des Aspres soutient l’économie locale

Créé par le 09 déc 2020 | Dans : A retenir, Economie locale et associations, Infos pratiques

La Communauté de Communes des Aspres communique :

Avec sa contribution au Fonds L’Occal, la Communauté de Communes des Aspres s’associe à la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, à la Banque des Territoires, au Département des Pyrénées-Orientales, afin d’aider et accompagner les entreprises à redémarrer leur activité commerciale dans ce contexte de crise sanitaire.

Ce dispositif propose des aides sur mesures à travers plusieurs volets : des avances remboursables pour les aides en trésorerie (maximum de 25 000€), des subventions possibles pour les investissements sanitaires, de relance et de digitalisation (maximum de 23 000€ et de 70% de la dépense subventionnable).

Un troisième volet a été récemment adopté en conseil communautaire. Il s’agit de la mise en place d’une subvention exceptionnelle pour les loyers destinée aux entreprises locataires d’un espace commercial et ayant subi une fermeture administrative en novembre 2020 (prolongation possible si fermeture en décembre 2020).

L’ensemble de ces aides fait l’objet d’une instruction par les services de la Région.

Le dossier est à déposer en ligne sur le Hub « entreprendre » : https://hubentreprendre.laregion.fr/financement/loccal

La Communauté de Communes des Aspres apporte son accompagnement pour le dépôt de demande d’aide en mobilisant son service « Développement économique » (contact mail dev.eco@cc-aspres.fr ou par téléphone au 04.68.53.21.87) et participe au comité de suivi de ces dispositifs, où sont présentés tous les dossiers.

« Souffle Ethnique », bijoux et accessoires artisanaux à Tordères

Créé par le 01 déc 2020 | Dans : A retenir, Economie locale et associations, Infos pratiques

Jennifer, nouvellement immatriculée à la Chambre des Métiers sous l’enseigne « Souffle Ethnique », vous propose des créations de bijoux et accessoires artisanaux.

N’hésitez pas à consulter sa page Facebook « Souffle Ethnique » et, pour toute visite ou commande, à la contacter au 06.12.36.79.02.

SE

Amandine, une coiffeuse styliste visagiste à domicile à Tordères

Créé par le 27 sept 2020 | Dans : A retenir, Economie locale et associations, Infos pratiques

Amandine, une coiffeuse styliste visagiste travaillant à domicile, s’est installée à Tordères et vous propose ses services sur rendez-vous.

Contact : 07.67.80.48.35.

Une subvention pour prévenir le Covid-19 dans les entreprises de moins de 50 salariés

Créé par le 21 mai 2020 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Economie locale et associations, Infos pratiques

Dans un communiqué de presse du 14 mai, la branche « Risques professionnels » de l’assurance maladie annonce la création d’une subvention Covid-19 pour aider les entreprises de moins de 50 salariés à financer des équipements de protection contre le Covid-19.

Disponible à partir du lundi 18 mai, la subvention « Prévention COVID » vise la réduction de l’exposition des salariés et travailleurs indépendants au COVID-19 avec la mise en place des mesures dites « barrières », de distanciation physique, d’hygiène et de nettoyage.

Elle permet de financer jusqu’à 50 % de l’investissement effectué par l’entreprise pour s’équiper en matériels permettant d’isoler le poste de travail des salariés exposés au risque sanitaire, de faire respecter les distances entre les collaborateurs et/ou les publics accueillis et en installations permanentes ou temporaires.

Cette subvention concerne les achats ou locations réalisées du 14 mars 2020 au 31 juillet 2020. L’entreprise pourra faire sa demande et adresser les factures des matériels achetés ou loués spécifiquement (selon la liste du matériel subventionné) jusqu’au 31 décembre 2020. Le montant de la subvention versée par la caisse régionale est limité à 5 000 euros par demande.

Pour plus de précisions et pour remplir un dossier de demande, il faut se rendre sur le site ameli.fr/entreprise ; https://bit.ly/2XbNRvq

Calamités agricoles : indemnisation due à l’episode de température excessive du 28/06/2019

Créé par le 16 mai 2020 | Dans : Economie locale et associations, Environnement, Infos pratiques

La demande d’indemnisation doit s’effectuer du 14 mai au 16 juin 2020 inclus
Après avis favorable du Comité National de la Gestion des Risques en Agriculture du 29 janvier 2020, un arrêté ministériel du 24 février 2020 définit la zone et les biens reconnus comme sinistrés suite aux températures élevées du 28 juin 2019, qui pourront prétendre aux indemnisations du régime des calamités agricoles :

1) Zone sinistrée : communes de l’Albère, Alénya, Amélie-les-Bains-Palalda, Ansignan, Arboussols, Argelès-sur-Mer, Arles-sur-Tech, Ayguatébia, Bages, Baho, Baillestavy, Baixas, Banyuls-dels-Aspres, Banyuls-sur-Mer, Bélesta, Bompas, Boule-d’Amont, Bouleternère, Bourg-Madame, Le-Boulou, Brouilla, Cabestany, Caixas, Calce, Calmeilles, Camélas, Campôme, Campoussy, Canet-en-Roussillon, Canohès, Caramany, Casefabre, Cases-de-Pène, Cassagnes, Casteil, Castelnou, Catllar, Caudies-de-Conflent, Caudiès-de-Fenouillèdes, Cerbère, Ceret, Claira, Clara, Les-Cluses, Codalet, Collioure, Conat, Corbère, Corbère-les-Cabanes, Corneilla-de-Conflent, Corneilla-del-Vercol, Corneilla-de-la-Rivière, Corsavy, Elne, Escaro, Espira-de-la-l’Agly, Espira-de-Conflent, Estagel, Esthoher, Eus, Felluns, Fenouillet, Fillols, Finestret, Fosse, Fourques, Fuilla, Glorianes, Ille-sur-Têt, Joch, Jujols, La-Bastide, Lansac, Laroque-des-Albères, Latour-bas-Elne, Latour-de-France, Le-Barcarès, Lesquerde, Llauro, Llo, Llupia, Marquixanes, Maureillas-las-Illas, Los Masos, Maury, Millas, Molitg-les-Bains, Montalba-le-Château, Montauriol, Montbolo, Montescot, Montesquieu-les-Albères, Montferrer, Montner, Mosset, Néfiach, Nohèdes, Olette, Oms, Opoul-Périllos, Oreilla, Ortaffa, Palau-del-Vidre, Passa, Perpignan, Le-Perthus, Peyrestortes, Pézilla-de-Conflent, Pézilla-la-Rivière, Pia, Planès, Planèzes, Pollestres, Ponteilla, Port-Vendres, Prades, Prats-de-Sournia, Prugnanes, Prunet-et-Belpuig, Rabouillet, Railleu, Rasiguères, Reynes, Ria-Sirach, Rigarda, Rivesaltes, Rodès, Sahorre, Saint-André, Saint-Arnac, Sainte-Colombe-de-la-Commanderie, Saint-Cyprien, Saint-Estève, Saint-Féliu-d’Amont, Saint-Féliu-d’Avall, Saint-Genis-des-Fontaines, Saint-Hippolyte, Saint-Jean-Lasseille, Saint-Jean-Pla-de-Corts, Saint-Laurent-de-Cerdans, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Saint-Marsal, Sainte-Marie-de-la-Mer, Saint-Martin de Fenouillet, Saint-Michel-de-Llotes, Saint-Nazaire, Saint-Paul-de-Fenouillet, Saleilles, Salses-le-Château, Sansa, Serdinya, Le Soler, Sorède, Souanyas, Sournia, Taillet, Tarerach, Taulis, Taurinya, Tautavel, Terrats, Théza, Thuir, Tordères, Torreilles, Toulouges, Tresserre, Trévillach, Trilla, Trouillas, Urbanya, Valmanya, Vernet-les-Bains, Villefranche-de-Conflent, Villelongue-de-la-Salanque, Villelongue-dels-Monts,Villemolaque, Villeneuve-de-la-Raho, Villeneuve-la-Rivière,Vinça, Vingrau, Vira, Vivès, Le Vivier.

2) Biens sinistrés

  • Pertes de récolte sur arboriculture (pommes, poires, kakis, figues)
  • Pertes de fonds sur vignes.

La demande d’indemnisation doit s’effectuer du 14 mai au 16 juin 2020 inclus.

- soit par télédéclaration sur le site TéléCALAM (du 14/05/2020 au 16/06/2020 inclus)

TéléCALAM est une téléprocédure sécurisée qui permet aux agriculteurs d’effectuer une demande d’indemnisation dans le cadre de la procédure des calamités agricoles.

L’accès se fait par Internet sur le site  Calamités agricoles : indemnisation due à l'episode de température excessive du 28/06/2019 dans Economie locale et associations site-exthttp://www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr (Rubriques : Exploitation agricole/toutes les démarches/demander une aide PAC conjoncturelle ou structurelle/demander une indemnisation calamités agricoles)

- soit par dossier « papier »

à retourner avant le 16 juin 2020 à l’adresse suivante :

Direction Départementale des Territoires et de la Mer 
Service Économie Agricole
2, rue Jean Richepin
BP50909 
66020 Perpignan cedex

Dossier à télécharger :

Pétition en ligne de la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves

Créé par le 01 mai 2020 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Ecole, Economie locale et associations, Infos pratiques, Santé

La Fédération des Conseils de Parents d’Elèves communique :

Drôle de façon de fêter ce 1er mai, le jour où tous les parents qui avaient posé un arrêt maladie pour s’occuper de leurs enfants se retrouvent… au chômage !

Nos chérubins sont sommés de rentrer en classe, et pour les y aider, on réduit encore un peu plus les revenus de leurs parents. Soyez prévenus : certes, vous aurez le choix de ne pas envoyer vos enfants à l’école, mais dans ce cas vous ne gagnerez plus que 70 % de votre salaire. Le passage obligé de l’arrêt pour garde d’enfant Covid-19 (90 % du brut pour les salariés) à celui du chômage partiel (70 % du brut pour les salariés)… une perte conséquente. Et, cerise sur le gâteau, à partir du 1er juin, il faudra en plus justifier de l’impossibilité pour l’école d’accueillir votre enfant ou produire un certificat médical pour prouver votre vulnérabilité, sinon, ce n’est plus 70 % de votre salaire que vous percevrez, mais… 0 %, donc rien !

Si l’école est l’un des postes les plus importants du budget national, c’est bien parce que tout un chacun participe de cet effort en payant des impôts, directs ou indirects. Tout un chacun, c’est aussi bien évidemment les parents. Qui, en échange de cette participation financière espéraient jusqu’à présent en la promesse, souvent non tenue, d’un avenir meilleur pour leur enfant et, à tout le moins, d’une instruction à peu près gratuite et très obligatoire. Puis, l’épidémie ravageant l’ensemble de nos pays, et en particulier le nôtre, il a été demandé de faire une pause. Les parents, soucieux de participer à l’effort de la Nation et de préserver la santé de leurs enfants, comme de la leur, ont dans un bel ensemble accepté de « faire la classe à la maison ». A juste titre sommées de rester chez elles, la plupart des familles ont joué le jeu, en lien avec des enseignants eux aussi pris au dépourvu d’un enseignement à distance pour lequel ils n’avaient jamais été ni équipés ni formés.

Le virus étant bien plus complexe que prévu, désormais nous savons qu’en attendant un vaccin nous devrons tous appliquer des gestes barrières et sanitaires. Las, ces règles de survie collective ne s’accommodent guère d’effectifs surchargés, de sanitaires vétustes, de personnels en sous-effectifs. Malgré tout, le gouvernement, obligé de remettre le plus grand nombre au travail, a organisé une rentrée peut-être trop précoce, sûrement désorganisée. Dans tous les cas, tous devront faire avec cette équation : il sera impossible d’accueillir en même temps tous les élèves et il sera possible pour les parents qui douteront de la sécurité de l’accueil proposé de poursuivre « l’école à la maison ».

Curieusement, ce même gouvernement vient de nous apprendre que la possibilité de garder un enfant chez soi serait soumise à l’impossibilité pour l’école de garder ce même enfant… Voilà. Autrement dit, quand vous avez plusieurs enfants, avec un peu de malchance, ils ne seront pas dans les mêmes « groupes de scolarisation » durant les mêmes semaines. Il vous faudra alors passer votre temps à demander aux établissements scolaires des attestations, toutes les semaines… Comme si les établissements, les employeurs et les parents, n’avaient rien d’autre à faire en cette période ! Comme si l’usage des pratiques harcelantes était la bonne idée du moment !

En clair, l’État a choisi d’inverser la faute : le parent doit justifier du bienfondé de son choix, alors même que l’Etat n’est pas en capacité d’assurer une rentrée dans de bonnes conditions…

Alors même que l’État n’est pas en capacité d’assurer une rentrée dans de bonnes conditions pour tous, nous demandons qu’une prise en charge financière, sans aucune perte de salaire, soit rétablie pour tous les parents qui souhaiteront ou devront s’occuper de leurs enfants jusqu’à ce que la situation sanitaire de notre pays permette un retour à l’école serein, humain et sécurisant.

Soutenez notre demande en signant notre pétition :

https://www.fcpe.asso.fr/petition/exigeons-un-arret-covid-pour-tous-les-parents?fbclid=IwAR34mCGZc2NKy7WqSJV13ZDm47G59MW4eWnyLNjFUsd6YVrmEBYsPhzWsB8

 

Employeurs et salariés saisonniers, « La maison du Saisonnier » vous met en relation

Créé par le 17 avr 2020 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Economie locale et associations, Infos pratiques

Dans les Pyrénées-Orientales, la maison du saisonnier se mobilise pour aider les professionnels en manque de main d’oeuvre mais aussi les candidats en recherche d’emploi. Plusieurs postes sont à pourvoir notamment dans le secteur agroalimentaire.

Installée à Perpignan depuis une vingtaine d’années, la maison du saisonnier est une entreprise qui a pour vocation de faciliter la mise en relation des travailleurs saisonniers avec les employeurs dans le département des Pyrénées-Orientales.

En cette période de confinement ou de nombreux secteurs sont à la recherche de main d’oeuvre elle souhaite donc mieux se faire connaître. Si vous êtes employeur et que vous cherchez à recruter, ou bien en recherche de travail et que vous souhaitez candidater, rendez-vous sur leur site: https://www.lamaisondusaisonnier.fr/

Plusieurs postes sont actuellement à pourvoir notamment dans l’agroalimentaire.

Appel à main d’oeuvre pour la fabrication de masques en tissu en grande quantité

Créé par le 17 avr 2020 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Economie locale et associations, Infos pratiques

L’entreprise d’insertion « Père Pigne » de Perpignan recherche d’urgence des salariés en insertion ayant des compétences en couture, déjà en poste dans une structure, et dont le travail est suspendu en raison de la pandémie, afin de fabriquer des masques en tissu en grande quantité.

Merci de contacter Véronique Galy, accompagnatrice socio-professionnelle, au 07.84.95.18.11.

Avis aux habitants de Tordères : l’ESAT « Le Mona » propose des paniers de légumes frais, un service traiteur et un service blanchisserie

Créé par le 16 avr 2020 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Economie locale et associations, Infos pratiques, Santé

L’ESAT « Le Mona » communique :

Nous avons le plaisir de vous faire profiter des produits issus de notre culture  maraîchère, vous trouverez la liste des légumes disponibles en ce moment en fin de message.

Nous vous offrons la possibilité de passer votre commande par téléphone au 07.86.76.77.62. Un rendez-vous est fixé sur site (champ au bout du chemin du Mona) pour récupérer votre commande fraîchement récoltée.

Nous avons aussi la possibilité de vous livrer à domicile tout en respectant les mesures d’hygiène et de sécurité (masques et gants) qui sont imposées par la pandémie actuelle COVID-19.

Nous vous proposons nos services traiteur (avec ou sans livraison), du lundi au vendredi, avec un maximum de conservation à + 3 jours. Le plat unique est à 4€.

Il existe également un service blanchisserie, lavage, repassage avec possibilité de livraison : nettoyage couette : 10€/pièce; Lavage linge avec séchage inclus : 1€/kg; Repassage : 1€/kg; Repassage chemise : 1,50€/pièce.

Mme Vicart, responsable de service, se tient à votre disposition au 07.86.76.77.62.

PRODUIT MARAÎCHAGE ESAT « LE MONA » :

- Epinards : 3€/kg

- Petits pois : 4,50€/kg

- Céleri branche : 2€/kg

- Navet long : 2,50€/kg

Produits à venir : oignons rouges, fraises, et pommes de terre.

A très bientôt !

12345...8

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...