Environnement

Articles archivés

Bourse aux vélos

Créé par le 01 mai 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Transports

Le SAMEDI 5 MAI, ne manquez pas la Bourse aux Vélos, organisée par « La Casa Bicicleta », Place du Pont d’en Vestit, au centre ville de Perpignan.

Le dépôt des vélos se fera de 10h à 16h, et la vente aura lieu de 12h à 18h.

Pour le dépôt :
- Les vélos déposés à la vente doivent être en bon état,
- Une pièce d’identité sera exigée,
- 2 vélos par personne maximum,
- pour limiter le risque, maximum 300€/vélo,
- 5€/vélo déposé (marquage Bicycode offert),
- 10% du prix de vente reviendra à la Casa Bicicleta,
- vous définissez vous même le prix, on vous conseille si besoin,
- possibilité d’un prix cassé la dernière heure.

Renseignements au 09.83.50.23.11. / contact@casabicicleta.org

Collecte des bacs maintenue lors des jours fériés mais déchetteries fermées

Créé par le 30 avr 2018 | Dans : A retenir, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Infos pratiques

La Communauté de Communes des Aspres informe que la collecte des bacs est maintenue les mardi 8 mai, jeudi 10 mai et lundi 21 mai, dans les communes habituellement traitées ces jours-là.

En revanche, les déchetteries de Thuir et Trouillas seront exceptionnellement fermées toute la journée, les mardi 1er mai, mardi 8 mai, jeudi 10 mai, dimanche 20 mai et lundi 21 mai. Merci de votre compréhension.

Venez fêter l’arrivée du printemps à Tordères !

Créé par le 29 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Fêtes et animations

Tiens, voilà le printemps ! On ne l’attendait plus celui-là ! Pour fêter cela dignement, comme chaque année, ne manquez pas la petite fête de la nature « ALORS ON SÈME? », le JEUDI 10 MAI, à partir de 9h30 et jusqu’à 16h30, sur la Plaça Major de TORDERES.

On y fera des plantations (fleurs, aromatiques, etc.) avec les enfants du village, un troc de graines et de plants, un atelier recycl’art et un atelier pour créer un drôle de zoo (en argile, pierres, plantes et matériaux naturels) avec Steven d’Artisa’Nature, on y découvrira la vie des abeilles avec « Les Petits Débrouillards »… Autant de jolis moments à partager tous ensemble, petits et grands !
Participation libre.

Le département en alerte rouge pour la prolifération du moustique tigre

Créé par le 27 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Selon le site Vigilance moustiques, 42 départements, dont les Pyrénées-Orientales, sont placés en alerte rouge, soit une progression de 30% par rapport à 2017, et 20 sont placés en alerte orange.
Porteurs de la dengue, du chikungunya et du virus zika, le moustique tigre s’installe dans les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales depuis plus de dix ans. Les points d’eau stagnante constituent son lieu de reproduction. Au printemps, on assiste à une recrudescence de l’espèce car le moustique tigre sort de son hibernation et se déplace alors en essaim.
Quelques conseils de prévention essentiels : éliminez les eaux stagnantes, et privilégiez les produits répulsifs (type crèmes, citronnelle, mais aussi bracelets anti-moustiques, moustiquaires, etc.).

Une étude commandée par la Commission Européenne remet largement en question le projet de gazoduc STEP

Créé par le 26 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

La viabilité économique du projet de gazoduc STEP (South Transit East Pyrenees), qui doit parcourir 230 km pour relier l’Espagne et la France, en traversant les Pyrénées-Orientales (et notamment Tordères) et l’Aude, est largement remis en question par une étude commandée par la Commission Européenne à un bureau de consultants indépendants finlandais (Pöyry).

Selon cette étude, ce gazoduc dont le coût total frôlerait les 450 millions d’euros, ne correspond à aucun besoin réel et ne réduira pas la facture des consommateurs espagnols ou français.

Le Projet STEP qui correspond à la première étape du méga projet gazier Midcat, d’environ 500 km de long au total et évalué à 3 milliards d’euros est soutenu depuis de nombreuses années par la Commission européenne qui l’a inclus parmi les projets d’intérêt commun dans sa troisième liste prioritaire.

Malgré les demandes renouvelées de députés européens, l’accès à l’étude du bureau Pöyry leur a été refusé et elle n’a pas été rendue publique. Dévoilée aujourd’hui par Reuters et la Marea, elle démontre en fait très clairement que le projet n’est pas viable économiquement et qu’il n’a aucun intérêt pour la sécurité d’approvisionnement des deux pays.

Voici ce qu’écrit Michèle Rivasi, députée européenne écologiste, co-rapporteure sur la gouvernance de l’énergie au Parlement européen, après la lecture de l’étude :

« Nous comprenons pourquoi les promoteurs du projet bloquent la publication de l’étude Pöyry. Ce document confirme dans une très large mesure l’inutilité du projet STEP : il ne répond à aucun besoin réel, il ne fournit pas plus de sécurité énergétique (principale objectif déclaré des « Projets d’Intérêts Communs » les PIC), il augmente la facture de gaz des consommateurs français et ne réduit pas celle des consommateurs espagnols. En outre, ce projet risque d’échouer à peine 10 ans après sa construction.

Les infrastructures gazières existantes dans les Pyrénées sont déjà sous-utilisées, même pendant les périodes de forte demande. S’il existait une demande réelle pour Midcat, le marché aurait déjà construit ces interconnecteurs. L’étude de Pöyry confirme que le projet STEP est purement politique et ne repose sur aucune preuve scientifique. Cette publication jette de sérieux doutes sur les motifs utilisés pour justifier de nombreux autres projets gaziers dans la liste prioritaire de la Commission européenne qui rendent les projets PIC éligibles pour d’importants fonds publics. 

En versant des milliards de fonds publics dans de nouvelles infrastructures de gaz fossiles, l’Europe nie ses engagements climatiques. Le gaz n’est ni une énergie bas-carbone, ni une énergie de transition. Investir dans de nouvelles infrastructures gazières nous enfermerait pour de nombreuses années dans notre dépendance aux énergies fossiles. L’argent des contribuables doit être bien dépensé et servir à assurer une transition vers la réduction de nos consommations d’énergie et les énergies renouvelables.

Je demande à la Commission européenne d’annuler ce projet et de lui retirer les financements publics donnés au nom de PIC. Le financement européen doit se concentrer sur les investissements dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. L’élan pour mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles est à portée de main ! »

A la rencontre des amphibiens des mares de Thuir

Créé par le 19 avr 2018 | Dans : A retenir, Environnement

Les amphibiens, dépendant des milieux humides, sont une espèce fragile et menacée.

L’opération nationale « Fréquence Grenouille » est un programme s’étalant de mars à mai pour faire découvrir les amphibiens et sensibiliser le public sur la nécessité de protéger ces animaux et les zones humides.

Pour les préserver et mieux les faire connaître, chaque année plus de 500 animations sont organisées à travers la France par les conservatoires d’espaces naturels et les réserves naturelles.

Ainsi les habitants des Aspres sont-ils invités par le conservatoire d’espaces naturels Languedoc-Roussillon à participer à une sortie nocturne, le mardi 24 avril, au long des mares de la Prade de Thuir pour écouter et observer de près les amphibiens d’ici. Le rendez-vous est donné à 21h au parking à l’entrée de Thuir, rond-point de la D612, à l’aire multimodale pour découvrir, le temps d’une soirée, les chants et les couleurs des amphibiens locaux.

Prévoir bottes, vêtements de pluie et lampe frontale. Animation gratuite et tout public. Terrain facile.

Inscription obligatoire par téléphone au 06.50.91.25.98.

Opération « Coup de Pousse » à Llauro

Créé par le 17 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Fêtes et animations

La communauté de communes des Aspres, La Ligue de l’Enseignement et la commune de Llauro invitent tous les enfants et parents, le vendredi 27 avril de 14h à 16h30, à l’après-midi « Coup de pousse ».

Au stade, à l’école et sur la place du platane, des animations aussi diverses que : balade, découvertes des fleurs, observation d’insectes, plantations, sensibilisation au rôle capital des abeilles dans la biodiversité, jeux, land art et échanges de graines. Un goûter viendra clôturer cet après-midi festif.

L’alimentation : grande cause régionale 2018 en Occitanie

Créé par le 16 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

L’alimentation est un sujet de la vie quotidienne pour nos concitoyens. Ils attendent de la puissance publique des actions en matière de santé publique, de qualité des produits, mais ils se questionnent également en termes d’impacts sociétaux, économiques, agricoles, environnementaux, de lien social, d’éthique, et de sauvegarde de notre territoire.

En Occitanie, le domaine de l’alimentation représente un secteur économique essentiel, avec près de 2000 entreprises agro-alimentaires et exploitations agricoles qui emploient 164 000 personnes, soit le premier employeur régional.

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a donc décidé de faire de l’alimentation la grande cause régionale de l’année 2018 et proposera prochainement un grand plan régional destiné à accompagner tous les acteurs du secteur alimentaire, lequel sera concerté avec les citoyens.
Ce plan proposera des actions à finalités économiques, environnementales, sociales, sanitaires et culturelles.

La construction d’une politique régionale de l’alimentation s’appuie d’abord sur une grande concertation : celle-ci a commencé dès la fin de l’année 2017, avec des débats et des rencontres avec les professionnels des filières agricole et agro-alimentaire, des organismes représentant les consommateurs et des experts.

Cette démarche entend faire émerger les enjeux du futur plan alimentation et a pour objectifs de :

  • favoriser la mise en place progressive d’un cercle vertueux de reconquête de la relation entre consommateurs et producteurs locaux ;
  • permettre au plus grand nombre, notamment les personnes vivant avec un revenu faible et étant en situation d’insécurité alimentaire, de disposer d’une alimentation de qualité, saine et équilibrée, à des prix socialement acceptables ;
  • structurer et développer les filières économiques de proximité, en adaptant la production locale à la demande régionale et en favorisant des prix plus rémunérateurs pour les producteurs ;
  • renforcer les achats effectués par les lycées en matière de restauration collective en faveur de l’achat local et bio ;
  • préserver l’environnement et favoriser la transition énergétique.

Parallèlement, il s’agit aussi de sensibiliser les consommateurs, les jeunes notamment, pour manger mieux et d’accompagner leur prise de conscience quant à leur rôle de citoyens-acteurs économiques susceptibles d’orienter l’évolution des modes de production et de distribution.

Dès ce mois d’avril 2018, la Région a décidé de consulter largement les habitants d’Occitanie, via un questionnaire. Jusqu’à fin juin, le grand public a donc la possibilité d’y participer en ligne. Cliquer ici pour accéder au questionnaire en ligne.

Pour lutter contre les moustiques, adoptez des chauve-souris !

Créé par le 13 avr 2018 | Dans : A retenir, Environnement, Santé

Vous en avez assez des insecticides, du spray et des plaquettes anti-moustiques? Pour vous débarrasser des moustiques de manière rapide et écologique tout en étant innovant, installez des chauves-souris près de chez vous, car en une nuit, une chauve-souris peut manger jusqu’à 2000 moustiques!

Comment faire pour attirer ces sympathiques tueuses de moustiques dans votre jardin ou sur votre terrasse ? Il suffit d’une boîte parallélépipédique d’environ 35 cm sur 60 cm, assemblée sans agents liants (colles) et colorants, qui pourraient repousser votre hôte.

Les « bat box » (c’est ainsi qu’elles ont été rebaptisées), existent depuis quelques années déjà. Vous pouvez construire votre boîte faite maison en utilisant des planches de bois épaisses d’au moins 1,5 cm, mais on trouve également des boîtes toutes faites dans certaines grandes surfaces ou magasins de bricolage. 

La meilleure période pour proposer vos nichoirs aux chauves-souris se situe de mars à mai, quand celles-ci sortent de leur hibernation : la boîte doit être accrochée au minimum à quatre mètres du sol, il faut ensuite attendre l’arrivée d’au moins un couple de locataires potentiels.

La boîte peut être accrochée sur un mur (par exemple sur la paroi extérieure de la maison), à proximité des zones boisées ou directement sur un arbre. Il ne faut pas monter la boîte sur des plaques métalliques (au risque de rebuter complètement les chauves-souris) et s’assurer que l’emplacement ne soit pas exposé à des éclairages nocturnes, car les chiroptères ont besoin de pouvoir déterminer l’arrivée du crépuscule, sans perturbations. À la fin de la saison, les chauves-souris retourneront dans les grottes et cavités souterraines où elles passeront à un état de léthargie pour affronter l’hiver.

Le conseil municipal de Tordères dit non au compteur Linky

Créé par le 07 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques, Santé

Suivant la volonté de la commission extra-municipale, réunie en juin 2017 pour débattre du compteur Linky, le conseil municipal de Tordères a décidé d’appliquer un « principe de précaution » et de s’opposer à l’implantation des compteurs Linky dans la commune (prévue dans le courant de l’année). Notre commune rejoint ainsi les quelques 600 municipalités françaises qui s’opposent fermement au déploiement de ce compteur communiquant.

Voici la délibération adoptée par le conseil municipal de Tordères lors de sa dernière réunion.

Refus du déclassement des compteurs d’électricité existants et de leur élimination – opposition aux compteurs Linky.

Vu l’article L2121-29 du Code Général des Collectivités Locales,

Vu l’article L2121-21 du Code Général des Collectivités Locales,

Vu l’article L3121-1 du Code Général des Collectivités Locales,

Considérant que les compteurs d’électricité sont des ouvrages basse tension du réseau public de distribution,

Considérant que les compteurs sont affectés au service public de distribution de l’électricité et font l’objet d’un aménagement indispensable à l’exécution des missions de ce service public,

Considérant qu’en vertu de l’article L322-4 du Code de l’énergie, les ouvrages des réseaux publics de distribution sont la propriété des collectivités publiques et de leur groupement désignés au IV de l’article L2224-31 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Considérant que les compteurs relèvent du Domaine Public de la Commune,

Considérant que la compétence d’autorité organisatrice d’un réseau public de distribution a été transférée par la commune à un établissement public,

Considérant qu’en vertu de l’article L1321-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, le transfert de compétence entraîne de plein droit la mise à la disposition de l’établissement public des biens meubles et immeubles utilisés pour l’exercice de cette compétence,

Considérant que la mise à disposition des biens, et notamment des compteurs électriques, n’emporte pas un transfert de propriété de ces biens qui demeurent la propriété de la Commune,

Considérant que la décision de remplacer les compteurs existants par un compteur communicant n’a pas, par sa nature et sa portée, le caractère d’une décision de gestion qui relèverait de la compétence de l’établissement public,

Considérant qu’en cas de désaffectation d’un bien du Domaine Public d’une commune mis à la disposition d’un établissement public, la Commune recouvre l’ensemble de ses droits et d’obligations sur ce bien,

Considérant que la destruction, l’élimination ou le recyclage des compteurs électriques existants implique leur aliénation, ce qui suppose une décision préalable de déclassement,

Considérant que la décision de déclassement d’un bien va au-delà d’un simple acte de gestion relevant de la compétence de l’établissement public,

Considérant que la Commune, en tant que propriétaire des compteurs, est seule compétence pour prononcer le déclassement d’un bien de son Domaine Public et son élimination,

Considérant que l’établissement public ne peut pas aliéner les compteurs existants sans le consentement préalable de la Commune et le déclassement préalable des compteurs,

Considérant les incertitudes en matière de santé, de respect de la vie privée et des libertés individuelles, du coût de déploiement et des économies pour le contribuable.

Il est proposé au Conseil Municipal :

- de refuser le déclassement des compteurs d’électricité existants,

- d’interdire l’élimination des compteurs existants et leur remplacement par des compteurs communicants Linky sans le consentement préalable de la Commune et une décision de désaffectation de la part de son Conseil Municipal.

Le Conseil Municipal après avoir délibéré valablement et à l’unanimité des membres présents et représentés,

- Refuse le déclassement des compteurs d’électricité existants,

- Iinterdit l’élimination des compteurs existants et leur remplacement par des compteurs communicants Linky sans le consentement préalable de la Commune et une décision de désaffectation de la part de son Conseil Municipal.

12345...39

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...