Environnement

Articles archivés

Distribution gratuite de compost

Créé par le 25 mai 2018 | Dans : Communauté de Communes des Aspres, Environnement

La Communauté de Communes des Aspres, en partenariat avec le SYDETOM 66, lance une opération de distribution gratuite de compost à la déchetterie de Trouillas, ouverte à tous les administrés munis de leur carte, le samedi 9 juin, de 8h à 12h.

« Stop pub », un autocollant qui fait du bien à la planète

Créé par le 22 mai 2018 | Dans : Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Environnement

Tout le monde le constate, les boîtes aux lettres débordent souvent de prospectus, publicités et autres journaux gratuits, déposés sans être spécifiquement ou nommément adressés à leurs destinataires. Pour arrêter ce gâchis, des autocollants « stop pub » sont mis à disposition des habitants depuis longtemps dans les communautés de communes, les mairies, les déchetteries et les boulangeries du département par le Sydetom66 (Syndicat départemental de transport, de traitement et de valorisation des ordures ménagères et déchets assimilés).

Depuis le 15 mai, un tout nouvel autocollant est distribué afin de relancer l’intérêt des concitoyens pour cette action environnementale.

Quelques chiffres dans les Aspres : 2 446 boîtes aux lettres sont équipées de l’autocollant, 85,6 t de papier évitées soit 35 kg par an et par foyer !

Apposer l’autocollant « stop pub » sur sa boîte aux lettres est un acte basé sur le volontariat et n’empêche bien évidemment pas la réception des courriers institutionnels, communications de la commune ou de la communauté de communes ou l’information de la commune.

Un réseau SOS Serpents vient de voir le jour dans les Pyrénées-Orientales

Créé par le 18 mai 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Avec les beaux jours, les serpents réapparaissent et chacun peut être amené à les rencontrer dans sa vie quotidienne, que ce soit dans la maison ou le jardin, lors d’un chantier, etc. Ils font partie de la faune sauvage de notre pays et il est assez courant d’en rencontrer autour des habitations. Ceci ne doit donc pas être un sujet d’inquiétude.

Que faire en cas de découverte d’un serpent ?

- En France les serpents sont protégés par la loi. Leur destruction est interdite ainsi que, pour certaines espèces, celle de leur habitat.

- Même si l’animal vous paraît impressionnant, gardez votre calme, évitez de le toucher, de le manipuler, de le déplacer.

- Si le serpent est dans votre jardin, c’est sans doute parce qu’il s’agit de son lieu de vie ou de passage. Contactez le réseau SOS Serpents des Pyrénées-Orientales qui répondra à toutes vos interrogations : 04.68.51.20.01.

- Si le serpent a pénétré dans votre habitation, ne tentez rien et contactez le réseau SOS Serpents au 04.68.51.20.01.

- Si possible, prenez une photo pour pouvoir identifier l’animal. Dans les Pyrénées-Orientales, on recense huit espèces de couleuvres dont trois courantes : la couleuvre de Montpellier, la couleuvre vipérine (un serpent aquatique, totalement inoffensif et fréquemment croisé dans les rivières), et enfin, la couleuvre à échelons, la plus combative. D’une taille standard d’1,50 m pour les mâles adultes et d’1,10 m pour les femelles, toutes sont sourdes, placides et la plupart du temps craintives. Même si elles sifflent, se lovent, crachent et mordent, elles ne présentent pas de danger pour l’homme.

Quant aux vipères, notamment les vipères aspics, toute aussi sourdes et craintives que les couleuvres, elles ne sont pas d’un naturel agressif et n’attaquent pas d’emblée. Leur premier réflexe est plutôt de s’enfuir, souvent même à distance, si bien que la plupart du temps, vous ne les remarquerez même pas. La morsure est un moyen de défense qu’elles n’utilisent qu’en dernier recours, si vous essayez de les capturer, de les attaquer, de les tuer ou si par malchance vous marchez ou posez votre main dessus.

serpent drapeau blanc

Installation d’un abri pour les abeilles sauvages à Tordères

Créé par le 07 mai 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement

  En partenariat avec « Wilde Biene + Partner », une société militante fondée en 2013 par les biologistes Claudio Sedivy et Tom Strobl, qui travaillent activement à la défense des abeilles, un abri pour abeilles maçonnes a été installé dans la cour devant l’église de Tordères.

Abri abeilles

  En charge de la reproduction de plus de 80% des espèces végétales, les abeilles sont aujourd’hui gravement menacées par l’homme, et pourtant sans elles, l’humanité serait en grand danger. C’est pour cela que notre commune a souhaité «parrainer» des abeilles sauvages en installant ce petit abri.

Abeille rentrant au bercail Abeille sauvage

  Il existe en France 800 espèces d’abeilles sauvages. Celles que nous accueillons sont des abeilles maçonnes. Comme 90% des abeilles sauvages, elles ne vivent pas en colonie et n’ont ni reine ni ouvrières. Elles ne produisent pas de miel et n’ont pas de nid de cire. Elles sont solitaires, c’est-à-dire qu’elles travaillent pour elles-mêmes. Entièrement dévouées à leur progéniture, elles se nourrissent exclusivement de pollen et de nectar et ne sont pas attirées par la nourriture sucrée ou salée. Chaque goutte de nectar butinée est soigneusement mélangée avec le pollen pour former de petites boules de nourriture qui sont stockées dans les cellules du tunnel pour les futures jeunes abeilles.

  Les abeilles sauvages ne sont pas agressives envers les humains : elles n’ont pas de stock de miel à défendre et plus de la moitié d’entre elles n’ont même pas de dard. Elles sont souvent farouches, préférant fuir les êtres humains. Elles sont très discrètes.

  Elles souffrent parfois de notre négligence et de nos gestes, pas simplement à cause des pesticides mais, de temps en temps, par nos propres mains dans les jardins où elles se réfugient où il arrive que nous leur ôtions leur habitat naturel sans même nous en apercevoir.

  Au printemps, les abeilles maçonnes qui nichent dans le petit abri pollinisent les plantes dans leur milieu. Elles recueillent pollen et nectar pour leur progéniture et chaque alvéole d’incubation en est approvisionnée. Sur ce mélange, la femelle pond un œuf unique. Les alvéoles d’incubation sont ensuite scellées par un mince mur de terre glaise. Ce mur formera le sol pour la prochaine alvéole d’incubation. Les abeilles maçonnes emplissent les alvéoles d’incubation jusqu’à ce que le nid soit plein. Finalement, le nid est scellé par un épais bouchon de terre glaise. Les abeilles adultes meurent de manière naturelle, après environ deux mois de temps de vol.

  Grâce à cette ruche, chacun peut observer de près et sans danger les abeilles maçonnes, et apprendre ainsi des choses fascinantes sur la vie de ces insectes inoffensifs. En effet, si certaines femelles possèdent un tout petit dard, sachez qu’elles ne l’emploient pratiquement jamais. Il faut vraiment leur forcer la main pour risquer d’être piqué et, contrairement aux piqûres d’abeilles mellifères ou de guêpes, la piqûre d’une abeille maçonne, si elle devait se produire, est à peine douloureuse. Vous pouvez donc vous approcher sans danger et tirer, en douceur, le petit tiroir d’observation pour regarder à l’intérieur.

Tiroir

  Au cours de l’été, vous verrez que les progénitures se développent dans les cocons. En automne, les abeilles commenceront leur hibernation. Tout au long de l’année, les curieux pourront donc assister à l’éclosion, la pollinisation et la nidification des infatigables abeilles maçonnes.

  Veillons sur les abeilles comme elles veillent sur nous !

Le débroussaillement, une obligation réglementaire pour bien se protéger

Créé par le 03 mai 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Le brûlage de déchets et végétaux est interdit du 1er juin au 30 septembre

Nous rappelons que tous les terrains autour des habitations doivent être obligatoirement débroussaillés dans un rayon de 50 mètres.

Pourquoi est-il important de débroussailler ?

Pour protéger votre vie et vos biens. En effet :

- l’intensité du feu diminue lorsqu’il arrive dans une zone débroussaillée,

- les services de secours pourront intervenir plus rapidement et avec un maximum de sécurité,

- si toutefois le feu venait à passer, passant plus vite, les dégâts occasionnés seront moins importants.

Qu’est-ce qu’un débroussaillement efficace ?

- éliminer tous les bois morts, les broussailles et les herbes sèches,

- couper les arbres trop près des habitations et les arbustes sous les grands arbres,

- espacer les arbres afin que les branches ne se touchent pas,

- élaguer les branches basses jusqu’à une hauteur minimum de 2 mètres,

- se débarrasser des végétaux coupés par broyage, par évacuation en déchetterie ou en les compostant.

Débroussailler ne signifie bien évidemment pas couper tous les arbres !

Retrouvez toutes les informations sur le débroussaillement sur le site

http://www.prevention-incendie66.com/

  Les poursuites prévues par la loi s’échelonnent de contraventions de 4ème et 5ème classe pouvant atteindre 750€ et dans le cas de non exécution, après mise en demeure, procès-verbal avec amende, d’un montant maximum de 30€ par m² soumis à l’obligation de débroussaillement. Les actions répressives sont renforcées et étendues aux propriétaires n’ayant pas débroussaillé sur un fond voisin quand leurs obligations d’entretien (50m autour des bâtiments) vont au-delà de leur limite de propriété.

Bourse aux vélos

Créé par le 01 mai 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Transports

Le SAMEDI 5 MAI, ne manquez pas la Bourse aux Vélos, organisée par « La Casa Bicicleta », Place du Pont d’en Vestit, au centre ville de Perpignan.

Le dépôt des vélos se fera de 10h à 16h, et la vente aura lieu de 12h à 18h.

Pour le dépôt :
- Les vélos déposés à la vente doivent être en bon état,
- Une pièce d’identité sera exigée,
- 2 vélos par personne maximum,
- pour limiter le risque, maximum 300€/vélo,
- 5€/vélo déposé (marquage Bicycode offert),
- 10% du prix de vente reviendra à la Casa Bicicleta,
- vous définissez vous même le prix, on vous conseille si besoin,
- possibilité d’un prix cassé la dernière heure.

Renseignements au 09.83.50.23.11. / contact@casabicicleta.org

Collecte des bacs maintenue lors des jours fériés mais déchetteries fermées

Créé par le 30 avr 2018 | Dans : A retenir, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Infos pratiques

La Communauté de Communes des Aspres informe que la collecte des bacs est maintenue les mardi 8 mai, jeudi 10 mai et lundi 21 mai, dans les communes habituellement traitées ces jours-là.

En revanche, les déchetteries de Thuir et Trouillas seront exceptionnellement fermées toute la journée, les mardi 1er mai, mardi 8 mai, jeudi 10 mai, dimanche 20 mai et lundi 21 mai. Merci de votre compréhension.

Venez fêter l’arrivée du printemps à Tordères !

Créé par le 29 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Fêtes et animations

Tiens, voilà le printemps ! On ne l’attendait plus celui-là ! Pour fêter cela dignement, comme chaque année, ne manquez pas la petite fête de la nature « ALORS ON SÈME? », le JEUDI 10 MAI, à partir de 9h30 et jusqu’à 16h30, sur la Plaça Major de TORDERES.

On y fera des plantations (fleurs, aromatiques, etc.) avec les enfants du village, un troc de graines et de plants, un atelier recycl’art et un atelier pour créer un drôle de zoo (en argile, pierres, plantes et matériaux naturels) avec Steven d’Artisa’Nature, on y découvrira la vie des abeilles avec « Les Petits Débrouillards »… Autant de jolis moments à partager tous ensemble, petits et grands !
Participation libre.

Le département en alerte rouge pour la prolifération du moustique tigre

Créé par le 27 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Selon le site Vigilance moustiques, 42 départements, dont les Pyrénées-Orientales, sont placés en alerte rouge, soit une progression de 30% par rapport à 2017, et 20 sont placés en alerte orange.
Porteurs de la dengue, du chikungunya et du virus zika, le moustique tigre s’installe dans les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales depuis plus de dix ans. Les points d’eau stagnante constituent son lieu de reproduction. Au printemps, on assiste à une recrudescence de l’espèce car le moustique tigre sort de son hibernation et se déplace alors en essaim.
Quelques conseils de prévention essentiels : éliminez les eaux stagnantes, et privilégiez les produits répulsifs (type crèmes, citronnelle, mais aussi bracelets anti-moustiques, moustiquaires, etc.).

Une étude commandée par la Commission Européenne remet largement en question le projet de gazoduc STEP

Créé par le 26 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

La viabilité économique du projet de gazoduc STEP (South Transit East Pyrenees), qui doit parcourir 230 km pour relier l’Espagne et la France, en traversant les Pyrénées-Orientales (et notamment Tordères) et l’Aude, est largement remis en question par une étude commandée par la Commission Européenne à un bureau de consultants indépendants finlandais (Pöyry).

Selon cette étude, ce gazoduc dont le coût total frôlerait les 450 millions d’euros, ne correspond à aucun besoin réel et ne réduira pas la facture des consommateurs espagnols ou français.

Le Projet STEP qui correspond à la première étape du méga projet gazier Midcat, d’environ 500 km de long au total et évalué à 3 milliards d’euros est soutenu depuis de nombreuses années par la Commission européenne qui l’a inclus parmi les projets d’intérêt commun dans sa troisième liste prioritaire.

Malgré les demandes renouvelées de députés européens, l’accès à l’étude du bureau Pöyry leur a été refusé et elle n’a pas été rendue publique. Dévoilée aujourd’hui par Reuters et la Marea, elle démontre en fait très clairement que le projet n’est pas viable économiquement et qu’il n’a aucun intérêt pour la sécurité d’approvisionnement des deux pays.

Voici ce qu’écrit Michèle Rivasi, députée européenne écologiste, co-rapporteure sur la gouvernance de l’énergie au Parlement européen, après la lecture de l’étude :

« Nous comprenons pourquoi les promoteurs du projet bloquent la publication de l’étude Pöyry. Ce document confirme dans une très large mesure l’inutilité du projet STEP : il ne répond à aucun besoin réel, il ne fournit pas plus de sécurité énergétique (principale objectif déclaré des « Projets d’Intérêts Communs » les PIC), il augmente la facture de gaz des consommateurs français et ne réduit pas celle des consommateurs espagnols. En outre, ce projet risque d’échouer à peine 10 ans après sa construction.

Les infrastructures gazières existantes dans les Pyrénées sont déjà sous-utilisées, même pendant les périodes de forte demande. S’il existait une demande réelle pour Midcat, le marché aurait déjà construit ces interconnecteurs. L’étude de Pöyry confirme que le projet STEP est purement politique et ne repose sur aucune preuve scientifique. Cette publication jette de sérieux doutes sur les motifs utilisés pour justifier de nombreux autres projets gaziers dans la liste prioritaire de la Commission européenne qui rendent les projets PIC éligibles pour d’importants fonds publics. 

En versant des milliards de fonds publics dans de nouvelles infrastructures de gaz fossiles, l’Europe nie ses engagements climatiques. Le gaz n’est ni une énergie bas-carbone, ni une énergie de transition. Investir dans de nouvelles infrastructures gazières nous enfermerait pour de nombreuses années dans notre dépendance aux énergies fossiles. L’argent des contribuables doit être bien dépensé et servir à assurer une transition vers la réduction de nos consommations d’énergie et les énergies renouvelables.

Je demande à la Commission européenne d’annuler ce projet et de lui retirer les financements publics donnés au nom de PIC. Le financement européen doit se concentrer sur les investissements dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. L’élan pour mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles est à portée de main ! »

123456...42

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...