Histoire

Articles archivés

Les rendez-vous de l’été du Mémorial du Camp de Rivesaltes

Créé par le 07 juil 2017 | Dans : A retenir, Histoire

Tour à tour camp militaire, camp d’internement pour les républicains espagnols, les juifs et les tsiganes, dépôt de prisonniers de guerre et plus tard, camp de transit pour les Harkis, le camp Joffre à Rivesaltes près de Perpignan est le seul lieu de France où sont conservées des traces visibles d’un pan entier de l’histoire du XXe siècle et de ses conflits majeurs: la guerre d’Espagne, la Seconde guerre mondiale et la guerre d’Algérie. Depuis 2015, il accueille un Mémorial, porté par la Région et le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, qui réunit des espaces d’expositions, un auditorium, un centre de documentation et un pôle pédagogique. Il travaille sur un projet scientifique, artistique et culturel ouvert au plus grand nombre. En parallèle d’une approche historique, ce musée propose tout l’été des événements culturels entrant en résonance avec ce lieu d’internement.

En partenariat avec le Festival Radio France, le jeudi 13 juillet, le pianiste Denis Cuniot réalisera une performance live de 14h à 19h à l’intérieur de la salle d’exposition autour des musiques juives. Trois sets se succéderont avec un parcours qui permettra de déambuler dans les salles d’exposition. La veille, le 12 juillet, le pianiste donnera une conférence dans l’auditorium, à 18h30, sur le thème « De la rue à la scène, les chemins du Klezmer et de la chanson Yiddish ».

« Les Levers de Soleil » constitue l’autre grand rendez-vous estival du Mémorial. Le public est attendu à 4h15 du matin, le vendredi 21 juillet, et à 4h45, le vendredi 25 août, pour suivre en direct l’arrivée du jour. Accueilli sur le parking du Mémorial, le public déambulera entre les baraques en ruines.

Au programme :

- le 21 juillet, la conteuse Bernadète Bidaude qui interprétera « De sang et de lait », un texte en hommage à Élisabeth Eidenbenz, qui a permis à des centaines de femmes républicaines espagnoles, tsiganes, polonaises, juives, de mettre au monde, loin des camps d’internement et de la guerre, à la Maternité d’Elne, plus de 600 enfants.
– le 25 août, la comédienne Marie Clavaguera Pratx qui donnera une lecture de témoignages d’enfants ayant séjourné dans le camp de Rivesaltes.

À noter que durant tout l’été, deux expositions temporaires sont à découvrir: la première, grâce aux oeuvres de secours aux enfants qui retrace au travers de films, témoignages et photos les parcours de ces personnes sauvées de la tragédie de l’internement; la seconde concerne l’Espagne déchirée, pendant la période 1936-1939, en partenariat avec le Centre international de photojournalisme sur le Retirada, avec des photographies de l’AFP et du fond Michel Lefèvre (le premier volet de cette exposition est à voir au couvent des Minimes, à Perpignan).

Réservation indispensable au 04.68.08.39.70 ou à info@memorialcamprivesaltes.fr

Cérémonie à la mémoire du Maquis Henri Barbusse

Créé par le 01 juil 2017 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Histoire

Les amis du Maquis Henri Barbusse vous invitent, à la commémoration annuelle qui se tiendra, samedi 8 juillet, à 17h30, au monument du col de la Bataille. Ils font appel aux différentes associations de combattants avec leurs drapeaux, aux amis, à participer à ce rassemblement solidaire et fraternel.

Honneur à Louis Torcatis et à tous les enseignants résistants

Créé par le 13 mai 2017 | Dans : A retenir, Histoire

Dans le cadre de la Journée Nationale de la Résistance et à l’occasion de l’anniversaire de son assassinat à Carmaux, l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, l’IHS-CGT et la Fédération syndicale unitaire (SNUipp & SNES) invitent à honorer, à travers Louis Torcatis, tous les enseignants des Pyrénées-Orientales (Lucette Pla-Justafré, René Horte, Camille Fourquet, Charles Abbadie…) qui ont participé au combat contre l’occupant nazi et les collaborateurs de Vichy, pour le rétablissement de la République et d’une école publique laïque chargée d’assurer l’instruction, la formation civique et l’intégration de tous jeunes.

Rendez-vous donc le jeudi 18 mai à 18h, au monument Torcatis, place de Catalogne à Perpignan.

Une cérémonie du 8 mai émouvante

Créé par le 09 mai 2017 | Dans : Equipe municipale et commissions, Histoire

  Au lendemain des élections présidentielles, une trentaine d’habitants ont assisté à la cérémonie du 8 mai pour rendre hommage à Jean Gomez, tombé au front en 1939, loin de sa Catalogne et de notre petit village, loin surtout de son épouse, Marcelle, et de ses fils qui l’attendaient à la maison, au premier étage de la mairie. A travers lui, chacun a salué la mémoire de l’ensemble des victimes de cette guerre monstrueuse qui fit 55 millions de morts dont 45 millions de civils, auxquels se sont ajoutées des dizaines de millions de personnes persécutées et souvent privées de liberté. 6 millions de Juifs ont été traqués, pourchassés et assassinés, comme plus de 500 000 Rom, Manouches et Gitans, et plusieurs dizaines de milliers d’opposants politiques, d’homosexuels, de malades mentaux, bref tous celles et ceux, femmes, hommes, enfants, qui avaient été désignés  comme indésirables.

  Cette cérémonie fut également l’occasion de saluer le courage des Résistants, ces anonymes surgis des profondeurs de l’Europe, ces gens ordinaires qui ont osé des actes extraordinaires et semé des graines de révolte à travers tout le pays : passeurs de frontières, saboteurs aux chemins de fer et dans les usines d’armement françaises, ‘‘Justes’’ cachant les indésirables, combattants du maquis et tant d’autres qui, en tenant tête, ont fait capituler la bête immonde du nazisme, de l’horreur totalitaire et concentrationnaire.

  Merci à toutes et tous de votre présence fidèle à ce rendez-vous de l’Histoire, et particulièrement aux enfants venus nombreux écouter le discours et déposer une gerbe, aux côtés du maire, devant le Monument aux Morts.

Dépôt gerbe

Cérémonie du 8 mai 1945

Créé par le 01 mai 2017 | Dans : A retenir, Equipe municipale et commissions, Histoire

Le conseil municipal vous donne rendez-vous à 11h00, le lundi 8 mai, au Monument aux Morts, devant l’église, pour le dépôt d’une gerbe en souvenir des femmes et des hommes qui ont combattu la barbarie nazie. L’hommage sera suivi du pot de la paix et de l’amitié entre les peuples.

Cérémonie d’inhumation des ossements retrouvés devant l’église lors des fouilles archéologiques

Créé par le 23 jan 2017 | Dans : Eglise, Equipe municipale et commissions, Histoire

  Aujourd’hui, a eu lieu la cérémonie d’inhumation des ossements retrouvés au cours des fouilles archéologiques qui se sont déroulées sur le parvis de l’église, en novembre 2016.

   Le diagnostic archéologique, rappelons-le, obligatoire dans le cadre des travaux de restauration de l’église et ordonné par le Préfet de Région, a dévoilé une vingtaine de sépultures découvertes dans deux tranchées d’une profondeur d’environ 70 cm et une largeur de 1m (soit une surface globale de 9m2). Ainsi, cette connaissance des lieux a-t-elle permis de ne pas détériorer les ossements, de les recueillir et de les protéger. Car, autre temps, autres mœurs, au même endroit, des travaux d’installation électrique, effectués dans les années 1980-90, n’ont malheureusement pas été précédés par de telles fouilles, ce qui est regrettable car des gaines ont été retrouvées, traversant de part en part les ossements, parfois même déplacés ou broyés. C’est précisément pour éviter ce genre de bévue et d’indélicatesse qu’il était fondamental que soient réalisées les fouilles.

   Les tombes initiales ont été creusées et taillées dans le rocher sous-jacent et ont été réemployées régulièrement à travers les siècles. La plupart des ossements issus des inhumations initiales ont été redéposés, en quelque sorte en «remblais», pour le comblement des inhumations suivantes. De nombreuses réductions ont pu être observées au sein de sépultures réunissant jusqu’à trois individus distincts. Cette partie du cimetière était mixte et comportait aussi bien des adultes que des enfants. Toutefois, les archéologues ont pu remarquer la prédominance des inhumations d’enfants dans les sépultures se trouvant à proximité du piédroit est du portail de l’église.

   D’un point de vue chronologique, les archéologues n’ont retrouvé que peu d’éléments permettant de dater les sépultures. Comme elles ont été régulièrement récupérées au cours des siècles, il n’est pas possible d’en déterminer une datation fidèle. Cependant, l’origine médiévale de certaines d’entre elles n’est pas à exclure.
   D’après les éléments du mobilier céramique et funéraire recueilli, parmi les ossements les plus anciens, bon nombre pourrait dater des 17ème et 18ème siècles, tandis que les plus récents seraient attribués à la fin du 19ème siècle, voire au premier quart du 20ème siècle.

   Mme le Maire tient à remercier les archéologues de l’INRAP pour la qualité de leur travail et leur capacité à partager l’information qui ont fait de ces fouilles un grand moment dans la vie du village. Elle salue aussi l’intérêt manifesté par la cinquantaine d’habitants et par les écoliers de Tordères venus visiter le chantier dans le plus grand respect des fouilles et des défunts, respect dans lequel s’inscrit également l’inhumation de ce jour, dans un caveau communal et dans un cercueil conçu par la menuiserie Sol, avec une bénédiction des ossements par le Père Lokuli accompagné du Père Efukya.

Cérémonie 1

Photo de Vincent Bonilla y José

Cérémonie publique d’inhumation des ossements retrouvés lors des fouilles archéologiques

Créé par le 16 jan 2017 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Eglise, Equipe municipale et commissions, Histoire

  Les ossements retrouvés au cours de l’opération de fouilles archéologiques qui s’est déroulée sur le parvis de l’église en novembre 2016 seront inhumés dans le cimetière de Tordères, lors d’une cérémonie publique à laquelle les habitants sont conviés, le lundi 23 janvier, à 16h. Un caveau et une plaque commémorative leur seront dédiés et ils seront inhumés dans un cercueil (conçu par la menuiserie Sol), avec bénédiction du Père Lokuli.

Un dictionnaire pour rendre hommage aux déportés des Pyrénées-Orientales

Créé par le 17 nov 2016 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Histoire

Le département des Pyrénées-Orientales, avec un millier de personnes, a le triste privilège de se classer juste après celui de la Seine pour le nombre de personnes arrêtées sur son territoire et déportées durant la Seconde Guerre mondiale. À ce jour, les différentes raisons qui ont amené l’occupant à déporter autant d’habitants des Pyrénées-Orientales restent floues. Aussi le comité départemental de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (Anacr) a-t-il décidé de travailler à la réalisation d’un dictionnaire biographique des personnes arrêtées dans notre département et déportées en Allemagne dans un camp de concentration ou dans un camp d’extermination. Il s’agit d’un travail très lourd car il faut rédiger un millier de notices biographiques à partir de documents conservés aux archives départementales, au centre de Caen du service historique de l’armée et au Mémorial de la Shoah.

L’Anacr 66 vous invite à découvrir ce projet et sa première réalisation, la publication du tome I (lettres A & B) le mercredi 23 novembre à 16h30 au siège de l’Anacr à la Maison du combattant, 4 rue de l’Académie à Perpignan.

Recherches archéologiques préventives sur le parvis de l’église de Tordères

Créé par le 14 nov 2016 | Dans : A retenir, Eglise, Histoire

  Ce matin, les archéologues de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) ont lancé des fouilles sur le parvis de l’église Sant Nazari, rendues obligatoires dans le cadre du chantier de restauration. Compte tenu que ce lieu a abrité l’ancien cimetière de la commune jusque dans les années 50, il était certain que des sépultures allaient y être retrouvées. Ainsi, à gauche de la porte d’entrée, les premiers coups de pelle ont rapidement mis au grand jour des ossements. Quelle émotion de découvrir ces Tordérencs d’un autre âge!
   Sur l’un d’entre eux, grand et massif, accompagné d’une croix en fer forgé et des poignées de son cercueil, on a également retrouvé un petit bouton de nacre (qui permet partiellement de dater sa mort entre 1870 et 1914), tandis que sur l’autre, plus frêle et plus petit, on retrouvait un bracelet.
   La nouvelle de cette découverte, si rare et si précieuse pour une aussi petite commune que la nôtre, s’est répandue comme une traînée de poudre et de nombreux habitants sont venus visiter le chantier et se recueillir auprès de ceux qui, somme toute, sont un peu leurs ancêtres. Elus, écoliers, voisins, mus par une même effervescence, une même soif de connaissance et, comment le nommer autrement, une même forme de tendresse pour ces égaux surgis du fond des temps, ont écouté avec passion les explications de Bruno Vanderhaegen, l’archéologue responsable de l’opération.
   Les fouilles se poursuivront jusqu’à mercredi ou jeudi puis viendra le temps de l’analyse plus poussée des différents éléments retrouvés.

  Que toute l’équipe de l’INRAP soit d’ores et déjà remerciée pour la qualité de son travail et sa capacité à partager l’information qui fait de ces fouilles un grand moment dans la vie du village.

Fouilles archéo

Les Tordérencs ont rendu hommage à leurs Poilus

Créé par le 11 nov 2016 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Histoire, Infos pratiques

  Merci à tous celles et ceux de Tordères et d’ailleurs qui ont bravé le vent et la pluie pour participer à la commémoration du 11 novembre, ce matin.
   Exceptionnellement, pour cause de restauration de l’église et de fouilles à ses alentours, de façon très provisoire, le monument aux morts de la commune a été déplacé et cette belle roche (qui pèse plus de 200kg) a été couchée au sol pour ne pas prendre de risques inutiles. Dès le mois de décembre, elle retrouvera sa place initiale, devant l’église.
   Ce contretemps matériel n’a pas empêché les habitants d’avoir une pensée émue pour les Poilus de Tordères et pour tous celles et ceux, combattants, cantiniers, infirmiers, brancardiers, agents de liaison, télégraphistes, etc., qui sont tombés pendant la Première Guerre Mondiale et au cours de tous les conflits armés qui l’ont suivie à travers les âges.
   Après le discours du maire, les enfants ont déposé une corbeille de fleurs à la mémoire des Poilus avant que chacun ne respecte une minute de silence.

Discours par Dante

   Jean Carbasse, tombé à l’âge de 24 ans dans les tranchées de Bayon en Meurthe et Moselle, le 31 août 1914, Paul Carbasse, tombé à l’âge de 34 ans dans les tranchées de Thiaumont dans la Meuse, le 8 août 1916, Jacques Sicre, tombé à l’âge de 38 ans à Esnes-en-Argonne, dans le secteur de Verdun, dans la Meuse, le 26 janvier 1917, et Joseph Guisset, «disparu sans sépulture» à l’âge de 43 ans, le 9 septembre 1916, dans le Tunnel de Tavannes, (tunnel proche de Verdun, tristement rebaptisé «tombeau de Tavannes» puisque 1000 hommes y périrent en une seule journée en septembre 1916), braves enfants des Aspres, notre village vous gardera toujours au cœur, vous, nos égaux, nos frères, fils de la Catalogne exilés sur des terres hostiles et engagés jusqu’au bout de l’horreur dans un conflit qui n’était pas le vôtre. Puissions-nous échapper pour longtemps aux destinées tragiques qui furent les vôtres et vivre libres et en paix sur cette belle terre dans laquelle vous reposez depuis près d’un siècle.

Minute de silence enfants par Dante

12345...7

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...