Histoire

Articles archivés

Un joyau du 15ème siècle sommeillait à Tordères

Créé par le 13 mai 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Eglise, Histoire

  Il y a quelques années, Gerd Böttcher découvrait dans la niche d’une maison de Tordères qu’il venait de racheter, une statue de procession. Percevant que cette statue n’était pas ordinaire et qu’elle devait receler de grands secrets, Gerd la donna à la commune et elle fut installée dans l’église Sant Nazari. Elle avait alors ce visage :

Sant Nazari avant intervention

  Dès 2009, les services de restauration du patrimoine du Conseil Général nous firent remarquer que cette statue était particulièrement intéressante et qu’elle méritait une étude un peu plus poussée ainsi qu’une restauration complète. Aussi, juste avant que les travaux de l’église ne débutent, en novembre 2011, le conseil municipal a-t-il donc décidé de confier cette statue aux services du Conseil Général afin qu’ils la restaurent et nous en livrent quelques clés.

  Cette restauration s’est achevée fin 2013. Elle a permis de mettre au grand jour ce que chacun pressentait depuis le début : cette statue (dite «de Sant Nazari») n’est autre qu’un joyau, une splendide pièce du 15ème siècle qui fait désormais l’objet d’une procédure de classement aux Monuments Historiques.

  Debout, le saint est vêtu d’une tunique mi-longue, à grandes manches ouvertes et évasées,  ceinturée, avec un col droit montant, fermé par trois boutons, et il est également chaussé de souliers à la poulaine. Sa nuque est dégagée et ses cheveux couvrent le dessus de sa tête d’une sorte de calotte bouclée tout autour en couronne. Son visage est rasé. Sa tête est légèrement penchée à gauche. Il tient un livre dans la main gauche et une plume dans l’autre.

  Christine Aribaud, maître de conférence à l’université Toulouse Le Mirail, a donné une série d’informations fondamentales pour mieux dater cette statue. Selon elle, le saint évoque une certaine jeunesse et ne correspond donc pas à la description iconographique de Saint-Nazaire (qui est toujours dépeint comme un homme âgé et barbu), mais plutôt à celle de son disciple Saint-Celse, jeune et imberbe. En réalité, il pourrait également représenter un autre saint ou bien un simple donateur (une personne laïque).

  Le vêtement correspond à la tenue d’un bourgeois (un laïque, peut-être un dignitaire) des années 1300-1350. Le costume est un élément essentiel pour dater la statue et il semble que, tout comme la coiffure, il se rapproche de la période du Quattrocento italien ou l’on rencontre des personnages peints ayant des caractéristiques très proches de cette statue.

  Ce personnage est marqué par un style que l’on a appelé le «gothique international», qui privilégie les courbes, le raffinement des couleurs et des attitudes, ainsi que les habits magnifiques, les gestes précieux et les doigts effilés. Le mélange de douceur et de jeunesse, de lignes gracieuses, d’étoffes souples et de riches couleurs, les lignes sinueuses et les échancrures subtiles des drapés appartiennent aussi à ce courant.

  La statue est sculptée en ronde bosse dans un tronc de bois de pin allant de la tête au socle inclus, avec des assemblages au niveau des deux mains et sur le bord extérieur de la manche gauche, et une présence ponctuelle de toile. Le scanner de l’Hôpital Saint-Jean (Perpignan) a révélé que le support était en parfait état de conservation même s’il avait souffert de brûlures ponctuelles (sans doute liée à un incendie).

  Christiane de Castaigner, la restauratrice en charge de la statue, a découvert trois polychromies superposées, la toute première étant quasiment en ruine. Les laboratoires d’analyse « Art’Cane » (Vannes) et LARCROA (Paris) ont étudié les pigments retrouvés. Ils  appartiennent tous à la période allant du Moyen Âge au 16ème siècle. L’utilisation d’un bleu très spécial (le bleu lapis lazuli) pourrait indiquer que cette statue soit la commande d’un privé car l’utilisation de ce bleu n’existe que dans certains contrats passés au 16ème siècle et, au 15ème siècle, il était directement acheté par le commanditaire afin d’être fourni à l’artiste. Le lapis-lazuli est connu depuis l’Antiquité, il est utilisé en détrempe et fut importé au 14ème  siècle par les Vénitiens. Il est courant de lire que l’outremer valait son poids d’or et c’est pourquoi, au 16ème et au 17ème siècle, son emploi faisait l’objet de conventions particulières entre le commanditaire d’un tableau et le peintre. Il y a donc fort à parier pour que notre statue ait beaucoup voyagé avant de parvenir jusqu’à Tordères.

  Après dépoussiérage, nettoyage, dégagement des repeints et refixation (dans le bon sens) de la main et de la plume, voici l’émouvant visage de notre statue qui resurgit après des siècles d’effacement.

Profil droitSant Nazari après interventionProfil gaucheDe dos

  Un grand merci à toute l’équipe de restauration du patrimoine du Conseil Général, et particulièrement à Christiane de Castaigner qui s’est attelée à ce long et minutieux travail et qui a permis de dévoiler l’immense beauté de cette statue. Et une pensée émue pour Gerd Böttcher qui s’en est allé sans connaître le vrai visage de cette statue mais qui en avait deviné toutes les qualités.

  C’est avec une grande joie et une grande fierté que la commune accepte bien volontiers de confier encore quelque mois cette statue au Conseil Général, le temps d’une exposition (en vitrine, tant cette œuvre est rare et précieuse) à Perpignan. Elle nous reviendra dès que la seconde tranche des travaux aura été effectuée et nous devrons alors prévoir à notre tour une protection (nous savons d’ores et déjà que le Conseil Général, tout comme l’Etat, seront à nos côtés pour nous aider).

Cérémonie du 8 mai

Créé par le 20 avr 2014 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions, Histoire, Infos pratiques

Le conseil municipal vous donne rendez-vous à 11h, le jeudi 8 mai, au Monument aux Morts, devant l’église, pour le dépôt d’une gerbe en souvenir des femmes et des hommes qui ont combattu la barbarie nazie. L’hommage sera suivi du pot de la Paix et de l’amitié entre les peuples.

Recueillement à la mémoire des victimes de guerre

Créé par le 11 nov 2013 | Dans : Affaires sociales, Histoire

Malgré les tourbillons glacés de la tramontane, une vingtaine d’habitants de Tordères et des communes voisines sont venus assister à la cérémonie du 11 novembre. Après le discours du maire, une minute de silence a été observée à la mémoire des quatre Poilus de Tordères qui ont laissé leur vie dans la boue des tranchées, mais également à celle de toutes les victimes de guerres, tous ceux dont la mort n’a souvent signifié qu’une unité de plus à la colonne des pertes de chaque bataillon, de chaque armée, de chaque guerre, qui ont manqué au monde, qui manqueront toujours au monde. 

Jean Carbasse, né le 22 juin 1890 à Passa, soldat de 2ème classe du 81ème Régiment d’Infanterie, tombé à l’âge de 24 ans dans les tranchées de Bayon en Meurthe et Moselle, le 31 août 1914,

Paul Carbasse, né le 16 juillet 1882 à Tordères, soldat du 81ème Régiment d’Infanterie, tombé à l’âge de 34 ans dans les tranchées de Thiaumont dans la Meuse, le 8 août 1916,

Jacques Sicre, né le 7 décembre 1879 à Tordères, soldat de 2ème classe du 942ème Régiment d’Infanterie, tombé à l’âge de 38 ans à Esnes-en-Argonne, dans le secteur de Verdun, dans la Meuse, le 26 janvier 1917,

Joseph Guisset, né le 1er octobre 1873 à Oms, soldat du 98ème Régiment d’Infanterie, « disparu sans sépulture » à l’âge de 43 ans, le 9 septembre 1916, dans le Tunnel de Tavannes, un tunnel à mi-chemin entre Metz et Verdun tristement rebaptisé « tombeau de Tavannes » puisque 1000 hommes y périrent en une seule journée en septembre 1916.

Que notre commune garde toujours au cœur ces quatre enfants de l’Aspre, nos égaux, nos frères. Puissions-nous échapper pour longtemps aux destinées tragiques qu’ils ont connues et vivre libres et en paix sur cette belle terre dans laquelle ils reposent depuis près d’un siècle.

Recueillement à la mémoire des victimes de guerre dans Affaires sociales 11-novembre-300x160

Commémoration à la mémoire du Lieutenant Gourbault

Créé par le 23 juil 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions, Histoire

  Comme tous les ans, l’hommage au Lieutenant Gourbault aura lieu le samedi 24 août, à 11h30, à la stèle qui lui est dédiée sur le chemin qui porte son nom, aux abords de la forêt du Réart.

  Soyons nombreux à venir saluer la mémoire de ce sapeur-pompier tragiquement disparu, il y a 32 ans, pour défendre notre commune des flammes d’un gigantesque incendie. En présence de la famille du défunt, les sapeurs-pompiers du département et les communes de Passa, Llauro et Tordères déposeront une gerbe sur sa stèle.

 

Visite guidée du chantier de l’église Sant Nazari

Créé par le 10 mai 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Eglise, Equipe municipale et commissions, Fêtes et animations, Histoire, Infos pratiques

Le conseil municipal de Tordères et l’Association de Sauvegarde de l’Eglise de Tordères vous invitent le samedi 18 mai, à 10h, à une visite guidée de l’église par Bruno Morin, l’architecte en charge du projet de restauration, afin de découvrir la belle avancée des travaux de l’église Sant Nazari avant qu’ils ne s’achèvent. Venez nombreux!

Cérémonie du 8 mai 1945

Créé par le 09 avr 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions, Histoire, Infos pratiques

Le conseil municipal vous donne rendez-vous à 11h00, le mercredi 8 mai, au Monument aux Morts, devant l’église, pour le dépôt d’une gerbe en souvenir des femmes et des hommes qui ont combattu la barbarie nazie. L’hommage sera suivi du pot de la Paix et de l’amitié entre les peuples.

Les Chemins de la Retirada

Créé par le 11 fév 2013 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Histoire, Infos pratiques

Les enfants de la Retirada racontent leur histoire, Vendredi 22 février – ARGELES-SUR-MER. Exposition et film : Exposition prêtée par la Maternité d’Elne et Sanguines d’Anne Garcia. Apéritif offert par la municipalité d’Argelès-sur-Mer.

Samedi 23 février – ELNE : Marche Symbole. Apéritif offert par la municipalité d’Elne.

Samedi 23 février – ARGELES-SUR-MER. Salon du Livre. Concert et Cinéma.

Dimanche 24 février – COLLIOURE. Fondation Antonio Machado. « Le Fascisme détruit le trésor artistique de l´Espagne : la cour, dite des trois langues, de l´Université (Alcalá de Henares, 1938) », Gonzalo Pérez Suáres (President del Foro del Henares, Alcalá de Henares).

Tout le programme est là : http://issuu.com/argeles-sur-mer/docs/chemins-retirada-2013-1360921131

Avancées des travaux de l’église

Créé par le 20 jan 2013 | Dans : Communauté de Communes des Aspres, Eglise, Equipe municipale et commissions, Histoire

Le grand chantier de restauration de l’église Sant Nazari a démarré en décembre, mené par l’entreprise Arc-Atura (Terrats) pour la partie maçonnerie et par CDF Elec (Millas) pour la partie électricité, sous la direction de Bruno Morin du bureau d’architecture Artus. Le maire et ses adjoints ainsi que le président de l’Association de Sauvegarde de l’Eglise de Tordères sont régulièrement conviés aux réunions de chantier (il y en a environ une par semaine, ce qui permet de mesurer l’avancée des travaux et de prendre des décisions rapides lorsque des choix urgents se présentent).

Dans un premier temps, nous avons privilégié la restauration du toit du chevet et le colmatage des fissures qui étaient, il faut bien l’avouer, spectaculaires (même s’il n’y avait, paraît-il, pas de véritable risque d’effondrement).

Le chantier a commencé par le colmatage des fissures du chevet situées derrière le retable.

Avancées des travaux de l'église dans Communauté de Communes des Aspres fissure-220x300

Une fois cette délicate opération menée, une protection anti-poussière (par feutre non tissé) et un sarcophage contreplaqué ont été mis en place pour protéger la partie du retable qui n’avait pas pu être démontée et emportée par les services de restauration du patrimoine du Conseil Général. L’équipe a pu alors s’atteler à découvrir le chevet (en conservant précieusement les plus belles tuiles d’origine pour les réutiliser par la suite), puis à conforter la voûte d’arche du chevet et à piquer les enduits du sommet du mur pignon nord de la nef.

toit-avant-300x231 dans Eglise toit-pendant-300x273 dans Equipe municipale et commissions comble-chevet-300x228 dans Histoire

Vu l’état du chevet après qu’il a été découvert, les maçons ont dû procéder à de nombreux coulinages (il s’agit de l’injection d’un mortier de chaux suffisamment liquide pour être envoyé sous pression dans les fissures) et gobetis (c’est un enduit de chaux qui permet aux murs de « respirer » et de travailler sans que cela ne provoque de fissures).

coulinage-224x300

Sur le chevet, il a été mis au grand jour un comble assez profond, qui jouxte le mur pignon nord de la nef, rempli de terre, de gravats divers (pierres, bois, etc.) mais dans lequel, hélas, nos lointains ancêtres n’avaient pas laissé de messages ni même une quelconque trace. Il a fallu vider ce comble pour décharger la voûte de ce grand poids. Une poutre muraillère a été ancrée sur le pignon nord de la nef, ainsi qu’une autre poutre sur le comble du chevet dont les extrémités ont été fixées dans les maçonneries afin qu’elle serve de tirant de solidarisation des murs est et ouest. Ces deux poutres ne se verront pas car elles sont sous le toit, par contre elles serviront grandement à consolider l’édifice (on peut dire qu’elles auront un peu la même fonction que des  poutres parasismiques).

poutre-muraillere-300x227 poutre-comble-300x226

Puis la charpente et les chevrons de la couverture ayant été posés, une chape respectant la forme initiale du toit (aspect bombé et irrégulier) a été coulée.

toit-chape-300x226 chape-bis-300x225 chape-ter-300x233

Pendant les vacances de Noël, tandis que l’entreprise de maçonnerie prenait ses congés, le couvreur-zingueur (Mickaël Rodriguez de Saint-Michel-de-Llotes) a fabriqué et posé des chéneaux cintrés en plomb, et a habillé les gargouilles de becs arrondis afin que l’eau cesse de les abîmer et de lessiver les murs (le bec dépasse de 2 cm et se voit à peine du pied de l’église).

zinc-300x235 zinc-bis-300x271 gargouille-300x235

Quand le grand froid de début janvier s’est abattu sur le département, les maçons ont commencé à installer la couverture cintrée en tuile canal sur le chevet, en prenant soin de conserver l’aspect initial du toit et en privilégiant les anciennes tuiles les plus intéressantes comme tuiles de couvert (celles du dessus donc), tandis que des tuiles neuves, moins visibles, étaient utilisées comme tuiles de courant (du dessous), avec fixation des courantes par vissage et fixation des couvrantes par crochet cuivre vissé dans la forme de la pente.

photos-127-300x225 photos-132-300x225 photos-136-300x225

Les maçons ont également révisé et remplacé les tuiles fendues sur le toit de la nef, tandis qu’une autre équipe s’attelait au piquage des façades, avec traitement des fissures et coulinage systématique pour repérer des fissures internes.

Les jours de pluie ou de grand vent, les maçons travaillent à l’intérieur du bâtiment, dans la sacristie et sous le chevet (piquage des enduits dégradés, étaiement et remplacement des linteaux effondrés, etc.)

sacristie-214x300

L’électricien, spécialisé dans la restauration de bâtiments anciens, s’est organisé en coordination avec les maçons pour encastrer les nouvelles gaines électriques qui vont permettre d’illuminer la sacristie. Il va également installer un interrupteur à l’entrée de l’église et déplacer le tableau électrique sur le mur sud de la nef en prévision de la dépose de la cloison qui se fera lors de la seconde tranche des travaux de l’église.

Côté finances, nous progressons favorablement dans nos recherches de subventions puisque, au-delà de ce qui nous est déjà acquis (33 150€ de la Communauté de Communes des Aspres, 44 740€ du Conseil Général des P.O, et 20 000€ dela Fondation du Patrimoine), nous venons également de décrocher l’aide parlementaire du président-sénateur Bourquin (à hauteur de 5000€) et celle de l’Association de Sauvegarde de l’Art Français (4000€), ce qui porte à plus de 70% le montant de subventionnement de l’opération et soulage considérablement les finances de notre commune. Nous poursuivons cependant notre quête d’aides auprès de diverses fondations et d’élus en espérant atteindre 80% (c’est-à-dire la part maximale autorisée par l’Etat).

Le chantier devrait s’achever aux beaux jours, en avril, d’ici là, n’hésitez pas à venir observer sur place les avancées et à consulter les comptes-rendus de travaux, établis par Bruno Morin et son assistante, Emilie Goujaud (qui est également l’auteur des photos de cet article).

Une fois encore, merci à tous les souscripteurs qui ont généreusement participé et participent encore à cette merveilleuse aventure, ainsi qu’à l’ASET. Merci également à l’architecte et aux entreprises qui offrent le meilleur de leurs compétences à notre commune.

Commémoration à la mémoire du Lieutenant Gourbault

Créé par le 18 août 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Histoire

  Comme tous les ans, l’hommage au Lieutenant Gourbault aura lieu le vendredi 24 août, à 11h30, à la stèle qui lui est dédiée sur le chemin qui porte son nom, aux abords de la forêt du Réart.

  Soyons nombreux à venir saluer la mémoire de ce sapeur-pompier tragiquement disparu, il y a 31 ans, pour défendre notre commune des flammes d’un gigantesque incendie. En présence de la famille du défunt, les sapeurs-pompiers du département et les communes de Passa, Llauro et Tordères déposeront une gerbe sur sa stèle.

 

Formation de guide

Créé par le 16 juin 2012 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Eglise, Equipe municipale et commissions, Histoire, Infos pratiques

Le lundi 25 juin, à 18h, Bruno Morin, architecte en charge des travaux de restauration de l’église, donnera à tous ceux qui le souhaitent une mini formation de guide pour apprendre à faire visiter l’église Sant Nazari. Venez nombreux!

1...345678

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...