Infos pratiques

Articles archivés

Dépistage de l’hépatite C dans les pharmacies et à l’hôpital

Créé par le 23 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

À l’initiative de l’équipe mobile du centre hospitalier de Perpignan, un nouveau dispositif, soutenu financièrement par l’Etat, va permettre à chacun de se faire dépister pour savoir s’il est ou pas porteur de l’hépatite C. 6 000 personnes sont potentiellement porteuses de ce virus sans le savoir. 

C’est le premier projet mis en place en France dans le cadre de l’article 51 de la loi de financement 2018 de la sécurité sociale. Ainsi, 15 pharmacies de l’Aude et des Pyrénées-Orientales proposeront un dépistage. Il s’agit d’un enjeu de proximité et d’une méthode indolore avec un résultat en moins de vingt minutes. On recueille une goutte de sang au bout du doigt. De plus, les traitements ont évolué. Ils sont de courte durée, 8 à 12 semaines, avec un taux de guérison de 99 %.

Les pharmacies participant à ce dispositif expérimental sont « Albert » à Port-la-Nouvelle, « Bobo-Durand » à Canet-en-Roussillon, « Capdet-Amieux », « Poudrière », « Champ-de-Mars », « Polygone », « Lafayette », « Roman » et « Saint-Gaudérique », à Perpignan, « Farine » à Trouillas, « Côte-Vermeille » à Port-Vendres, « Kervevan » à Saillagouse, « Marinade » à Saint-Laurent-de-la-Salanque, et « Medjali-Lafond » à Prades.

Par ailleurs, ce mercredi 25 septembre, l’hôpital de Perpignan organise une journée de dépistage gratuit dans le hall d’accueil de l’établissement de 10h à 16h.

Réunions publiques dans le cadre de la révision du SCOT de la plaine du Roussillon

Créé par le 22 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques

Créé par la Loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) de décembre 2000, le schéma de cohérence territoriale est un instrument de planification stratégique à grande échelle qui permet de coordonner dans une logique de développement durable les différentes politiques publiques menées en matière d’urbanisme, d’habitat, d’activité économique, de déplacements, d’environnement, etc.

Le SCOT de la Plaine du Roussillon approuvé le 13 novembre 2013 est en cours de révision afin notamment de prendre en compte les dernières modifications de son périmètre, d’améliorer la prise en compte de certains enjeux et d’en intégrer de nouveaux.

Cette révision est également l’occasion de réinterroger le projet de territoire au regard des évolutions récentes qu’il a connues et de l’enrichir des dernières études réalisées en prenant en compte les tendances observées.

Les grands enjeux du diagnostic territorial :

- Répondre aux enjeux environnementaux du territoire en limitant l’artificialisation des sols, en orientant la répartition de l’habitat en fonction des ressources, des risques, de la sensibilité des milieux et des paysages, de la fragilité des espaces agricoles et des politiques de déplacements.

- Satisfaire la diversité des besoins en logements pour accueillir près de 55 000 nouveaux habitants à l’horizon 2035, tout en maintenant la qualité de vie, la préservation et la valorisation du patrimoine catalan, et en favorisant le réinvestissement urbain et des formes urbaines moins consommatrices d’espace.

- Conforter le rayonnement du territoire en définissant une stratégie de développement économique fédératrice et solidaire sur le territoire du SCOT et au-delà.

- Concevoir en relation avec une meilleure organisation urbaine, un système de déplacements plus efficace qui articule et met en cohérence les différentes offres de transport afin de répondre aux besoins de mobilité des habitants de la plaine.

- Promouvoir le développement d’une offre d’équipements structurants complémentaire dans les domaines touristiques, sportifs, culturels et de loisirs pour améliorer la qualité de vie des habitants et favoriser un tourisme qualitatif.

Les grandes ambitions du PADD :

- Préserver et promouvoir la qualité de vie et l’identité catalane et méditerranéenne : La Plaine du Roussillon est un espace très convoité dont l’attractivité (accueil de populations, développement des activités et infrastructures) a des impacts sur la qualité de vie et l’identité catalane et méditerranéenne. Le patrimoine bâti et paysager qui participe largement à l’attractivité et à l’identité de la plaine est un capital essentiel pour le maintien de la qualité du cadre de vie.

Pour cela, il convient de renforcer les objectifs de modération de la consommation d’espace et de lutte contre l’étalement urbain afin de développer un projet respectueux des grands équilibres du territoire et économe en espaces, ressources et énergies.

- Accueillir et valoriser pour assurer un développement cohérent et maîtrisé : Il s’agit d’accompagner le développement durable de la Plaine du Roussillon en maintenant son attractivité, en proposant une offre résidentielle suffisante et diversifiée pour répondre aux besoins des habitants actuels et futurs, et en favorisant la proximité et la reconquête des cœurs de villes et villages.
Cette ambition vise à encourager une organisation territoriale capable de maitriser les phénomènes de périurbanisation tout en valorisant la qualité de vie au service des habitants. Il s’agit par exemple de conforter le maillage territorial articulé autour du cœur d’agglomération, de la ville-centre Perpignan et des principaux pôles urbains (Thuir, Ille sur Têt…). Ces différents pôles d’appui doivent fonctionner comme un moteur de résolution des problèmes pour assurer notamment une construction cohérente de logements, limiter l’étalement urbain et apporter des réponses aux problématiques sociales.

- S’ouvrir et rayonner pour conforter les synergies et amplifier l’efficacité économique : Le territoire du SCOT bénéficie d’une position géographique exceptionnelle. Située sur le corridor méditerranéen, ouverte vers l’Ouest et les vallées pyrénéennes, tout comme vers l’Est avec la Méditerranée, la Plaine du Roussillon est centrée sur le cœur du bassin de vie gravitant autour de Perpignan. Le projet entend conforter le positionnement géostratégique de la plaine et promouvoir le statut de 3ème pôle urbain régional de Perpignan avec ses ouvertures régionales notamment en direction de Toulouse, et transfrontalières en direction de la Catalogne Sud et au-delà.
Cette dynamique doit s’appuyer sur un certain nombre d’infrastructures et d’équipements structurants en capacité de soutenir le rayonnement du territoire (recherche, formation, offre culturelle et de loisirs, …) et sur une économie plurielle et innovante tournée vers la croissance verte, les énergies renouvelables, la logistique et le nautisme. Cette ambition entend également conforter l’activité au cœur des centralités urbaines et développer une offre attractive pour l’accueil d’activités au sein d’un réseau organisé de parcs d’activités stratégiques.

- Préserver et s’adapter pour intégrer et anticiper les nouveaux enjeux environnementaux : Le SCOT place l’environnement au cœur de son projet afin de garantir sa préservation et de s’adapter à ses évolutions, notamment celles attendues au regard du changement climatique. Cette ambition est mise en œuvre à travers la valorisation des atouts du territoire qui lui confèrent une image de qualité et participent largement à son attractivité, ainsi que par la prise en considération des caractéristiques environnementales locales dont certaines conditionnent clairement le développement de la plaine, notamment en matière d’accueil de population. Elle poursuit essentiellement des objectifs de préservation des ressources en eau et des continuités écologiques, de protection contre les risques, nuisances et pollutions, d’équilibre entre les différents espaces, d’intensification de la transition énergétique et d’adaptation aux effets prévisibles du changement climatique. Ces objectifs s’inscrivent par ailleurs dans les réflexions particulières d’aménagement portées sur le littoral et en zone de montagne, visant le bon équilibre entre développement et protection sur des secteurs concernés par de forts enjeux environnementaux.

La procédure de révision d’un SCOT diffère de celle de l’élaboration. Le travail en cours sur le schéma s’appuie sur les fondements du SCOT en vigueur, ces derniers ayant fait l’objet d’une large concertation politique et publique durant la procédure d’élaboration. Les travaux menés sont essentiellement focalisés sur les points à faire évoluer ou à compléter du schéma. L’objectif est d’arrêter le document au premier trimestre 2020 pour le soumettre à l’avis des personnes publiques associées et à l’enquête publique, puis l’approuver au cours du 2nd semestre 2020.

Où s’informer et comment participer?

- Télécharger les études du SCOT sur le site internet du Syndicat mixte, http://www.scot-roussillon.com/concertation.html

- Vous exprimer sur les registres de concertation disponibles au siège des EPCI du périmètre et du Syndicat mixte, ou écrire à l’adresse mail de ce dernier,

- Participer et intervenir lors des réunions publiques prévues sur le territoire.

SCOT réunions publiques

Reprise de l’atelier de clown à Fourques

Créé par le 21 sept 2019 | Dans : A retenir, Infos pratiques

L’atelier découverte de clown et théâtre adressé aux jeunes âgés de 10 ans à 14 ans reprendra le lundi 23 septembre à la salle des fêtes de Fourques, de 18h à 19h15.
Contact : 06.80.68.71.79.

Coupures d’eau prévues ce vendredi 20 septembre 2019

Créé par le 20 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

En raison de la pose de bouches incendie, les services de la SAUR devront procéder à plusieurs coupures d’eau le vendredi 20 septembre 2019. Elles devraient essentiellement se produire en cours de matinée et concerner les branchements du vieux village et de la route de Fourques.

Merci de votre compréhension.

 

Quelques conseils avant une cueillette de champignons

Créé par le 11 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

Les ramasseurs de champignons sauvages sont invités à suivre quelques règles élémentaires pour ne pas finir aux services des urgences après ingestion de variétés toxiques ou très vénéneuses. 

Les faux amis, plus exactement les faux jumeaux sont légion. Hormis une couleur plus pâle ou plus foncée, une absence ou présence de lamelles sous le chapeau ou un détail plus infime inconnu du néophyte, rien ne distingue parfois une espèce comestible d’une variétés très toxique, voire mortelle.

Chaque année, on déplore un à deux décès dus à l’ingestion, crue ou cuite, de champignons particulièrement vénéneux.

On pense bien sûr aux amanites (règne des Fungi), souvent traîtresses, soit un peu plus de 550 espèces des plus toxiques aux plus savoureuses. En France et en Belgique, il existe environ une soixantaine d’espèces et sous-espèces dont trois mortelles (la phalloïde verte, terrible), responsables de 95% des accidents mortels par l’ingestion de champignons.

Concernant la morille (il en existe 25 espèces classifiées), sa chair est certes savoureuse et comestible mais à condition qu’elle soit cuite environ quinze minutes, soit le temps de détruire ses toxines.

Pour une cueillette écoresponsable, suivez les conseils suivants :

- équipez-vous d’un couteau spécial et d’un panier plat avec anse;

- ne coupez pas le champignon mais déterrez-le entièrement, en rebouchant bien le trou.

- si vous avez un doute sur la comestibilité du produit, ne prélevez que deux à trois spécimens de chaque espèce, pour permettre aux mycologues et pharmaciens de les identifier.

Le mélange d’espèces comestibles en contact direct avec des toxiques n’a aucune incidence sur la santé. Enfin il est recommandé de ne pas consommer trop de champignons dans une même semaine, ces derniers accumulant peu ou prou des polluants.

Le Pays Pyrénées Méditerranée propose une mission de service civique

Créé par le 05 sept 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Infos pratiques

Le Pays Pyrénées Méditerranée propose une mission de Service Civique pour l’appui aux actions d’animation et de communication dans le cadre du Plan Climat Air Énergie Territorial, du 1er novembre 2019 au 30 juin 2020.

Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à adresser par mail à contact@payspyreneesmediterranee.org avant le 30 septembre 2019.

Service civique

Le département des Pyrénées-Orientales placé en fort risque incendie

Créé par le 04 sept 2019 | Dans : A retenir, Communauté de Communes des Aspres, Environnement, Infos pratiques

Les services de la DDTM, en charge de la prévention du risque incendie dans les Pyrénées-Orientales, relèvent le niveau de vigilance pour la journée de ces mercredi 4 et jeudi 5 septembre 2019 dans le département. Cinq des neuf zones du territoire passent à l’orange et sont donc placées en risque élevé. Il s’agit de la plaine du Roussillon, des Aspres, des Albères, du Fenouillèdes et des Corbières.

En conséquence, selon les préconisations de la DDTM, la circulation des véhicules à moteur y est interdite sur l’ensemble du réseau de pistes non revêtues à l’intérieur des massifs concernés (excepté pour les propriétaires et ayants droit).

Il est interdit à tout usager d’allumer ou de porter du feu dans les espaces naturels du département (cigarettes, barbecues, etc.) en dehors des places à feux spécialement aménagées.

Les brûlages sont interdits pendant toute la période estivale, soit du 1er juin au 30 septembre.

SOYEZ PARTICULIEREMENT VIGILANTS !

Feux interdits

Des allocations pour la diversité dans la fonction publique

Créé par le 01 sept 2019 | Dans : A retenir, Infos pratiques

Le dispositif «allocations pour la diversité dans la fonction publique» vise à soutenir financièrement les candidats les plus méritants à préparer les concours de la fonction publique en accordant, sous conditions de ressources notamment, une aide financière de 2000 euros à 1400 bénéficiaires.

Personnes concernées :

  • les personnes sans emploi et titulaires d’un diplôme leur permettant de présenter un concours de catégorie A ou B et suivies par un tuteur.
  • les étudiants préparant un ou plusieurs concours de la fonction publique, notamment ceux qui sont inscrits dans les instituts de préparation à l’administration générale (IPAG) et les centres de préparation à l’administration (CPAG) ou qui s’engagent à suivre une préparation mise en place à cet effet par des écoles du service public ou des employeurs publics.

Les critères d’attribution :

Les bénéficiaires des allocations pour la diversité sont sélectionnés sous conditions de ressources et de mérite.

En application de l’arrêté du 5 juillet 2007 relatif au régime des allocations pour la diversité dans la fonction publique, ne peuvent être retenus que les candidats dont les ressources et charges familiales ne dépassent pas les plafonds fixés chaque année par le ministère chargé de l’enseignement supérieur (voir arrêté du 21 juillet 2017).

Le mérite du candidat est apprécié en tenant compte de sa situation particulière, c’est-à-dire en prenant en considération son lieu d’habitation et de scolarité en particulier en quartier de la politique de la ville ou en zone de revitalisation rurale.

Le versement des allocations est effectué en deux fois. Il est subordonné à la fréquentation assidue du bénéficiaire aux préparations à concours et à sa participation aux exercices de tutorat qui lui sont proposés.

Le bénéficiaire prend l’engagement de se présenter à l’issue de l’année de préparation aux épreuves de l’un des concours pour lesquels l’aide de l’État lui a été accordée.

Les demandes se font en ligne, jusqu’au 15 septembre 2019 sur le site : https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/allocations-diversite-2019  Aucun dossier papier ne sera accepté.

Les dossiers sont instruit par la préfecture de région ou DRJSCS du lieu de résidence du demandeur, sauf pour les élèves retenus en classes préparatoires intégrées (CPI) pour lesquels le dossier est instruit par la préfecture de région ou DRJSCS du site principal de l’école.

Les allocations sont attribuées par les préfets dans le cadre d’un contingent régional annuel limité.

Voir aussi la rubrique Les classes préparatoires intégrées.

Un article important sur le projet d’implantation d’éoliennes industrielles à Passa

Créé par le 31 août 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Un article pour le moins troublant est paru dans « Le Travailleur Catalan » de cette semaine (30 août – 5 septembre 2019). Il apporte de nouveaux questionnements sur le projet d’implantation d’éoliennes industrielles dans les Aspres. En voici le contenu :

« Exclusif. Le projet d’installation de six éoliennes à Passa semble bouclé. Des décisions imminentes vont être prises.

L’énergie éolienne est contestée par certains, d’un simple point de vue technique (intermittence du vent et stockage impossible), l’exemple de l’Allemagne (dans l’obligation de reprendre la production de l’électricité dans les centrales à charbon) venant étayer les arguments des opposants.

Elle est contestée aussi par d’autres, d’un point de vue plus politique et économique dénonçant les financements privés, la «rémunération importante du capital», l’absence de maîtrise publique, l’obligation d’achat par le public (quantité, tarif 72€/kw, et 15 années), véritable cadeau fait aux investisseurs. «C’est le meilleur rendement «capitaliste» sur le marché! En six ans en moyenne, la mise et l’investissement sont amortis!». L’effet d’aubaine a bien fonctionné.

Contestée enfin par les citoyens proches (6000 signatures dans les Aspres), pour les paysages abîmés, pour la biodiversité en danger, pour les problèmes sanitaires à proximité (distance des lieux de vie), donnant lieu à la naissance d’associations environnementales, fédérées au niveau régional.

L’enquête publique est lancée pour le parc de Passa, ce lundi 26 août.

Un projet de six éoliennes industrielles surdimensionnées (150 m en bout de pale), abîmant le paysage, refusées par de nombreuses municipalités du secteur (11/19), soumises à un moratoire du département qui court toujours, menaçant une biodiversité plus riche qu’il n’y paraît et, d’un autre côté, pour convaincre, des taxes et des émoluments versés aux collectivités, Région, départements et mairies par l’entreprise acteur. Nous y sommes. L’enquête d’utilité publique est lancée (préfecture) lundi 26, pour 4 semaines. L’Entreprise Éléments est au centre. En vérité, c’est la société financière NORIA, aux capitaux majoritairement belges, qui passe par la sas société Eléments (française) pour porter et finaliser le projet. Avant d’en arriver là, il y aura eu plusieurs enquêtes, rapports, parfois corrigés, avis multiples, officiels et officieux (consultatifs). La décision finale sera prise par le préfet.

Le soupçon de «conflit d’intérêts». Cent-dix-neuf dérogations demandées !

A Passa, un énorme travail a été mené par un scientifique, à ses frais. Il y prouve l’immense intérêt de cet espace dans son rôle de «couloir migratoire». Il a confié son rapport à la Région. La DREAL (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), l’a étudié, annoté, et l’a «refilé» à l’entreprise SAS Éléments pour qu’elle améliore son projet et « revoit » sa copie. Ce qui a été fait. L’entreprise n’en a pas moins demandé ensuite 119 dérogations pour 119 espèces protégées en danger. Ce chiffre a été ramené à 35, et des «alternatives techniques» ont été proposées par l’entreprise, avec effaroucheurs, déplacements d’espèces au sol…. «Le dossier a sacrément progressé», d’après les fonctionnaires de la DREAL. Mais…

La MRAE, Mission Régionale d’Autorité Environnementale (crée en 2016) , indépendante du CR, donne avis en lieu et place des préfets de région. Dans ce cas, la MRAE Occitanie a remis en cause les conclusions de la DREAL, avec des critiques « pointues, importantes et argumentées » d’après les responsables de l’association «Le Vent Tourne». Malgré cela, la DREAL a continué de soutenir encore et toujours le projet en l’état. Pourquoi ? La question est posée. Après avoir cherché, la réponse a peut être été trouvée : Le chef de pro- jet, pour l’entreprise SAS Éléments, se nomme Tymoty Kruger, jeune ingénieur trentenaire embauché chez Éléments. C’est lui qui pilote et organise l’ensemble des démarches à effectuer. Le directeur de la DREAL Occitanie se nomme Didier Kruger (61 ans, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, à la carrière bien remplie, DDE, Conseil Départementaux, …) et n’est autre que son « papa ». Or, l’avis de la DREAL est décisif dans les prises de décisions. Dans ce cas précis, le responsable d’une administration publique a émis un avis favorable à propos d’un projet, porté par un responsable privé qui n’est autre que son fils, contesté par ailleurs par l’organisme indépendant MRAE. A minima, le doute reste permis.

Rédigé le 29/08/2019 par Michel Marc »

Y a-t-il conflit d'intérêt

Les semaines à venir sont cruciales, c’est pourquoi il est important que chacun s’exprime sur le sujet dans le cadre de l’enquête publique qui s’achèvera le vendredi 27 septembre, soit en :

1) Déposant une lettre ou des commentaires sur le registre d’enquête publique  en mairie de :

- PASSA : au mois août, du lundi au vendredi, de 8h à 12h ; au mois de septembre, du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à17h, excepté le jeudi après midi.

- LLAURO : chaque lundi, mardi et jeudi, de 14h à 17h45, et le vendredi, de 14h à 17h.

- FOURQUES : du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 17h à 18h, ainsi que le samedi, de 9h à 12h.

2) Envoyant vos commentaires par mail (à partir du 26 août) : pref-EPeolienpassa@pyrenees-orientales.gouv.fr

3)  Exprimant vos commentaires en direct auprès de M. Zocchetto, Commissaire Enquêteur, qui vous recevra en mairie de :

- PASSA,  le lundi 26 août, de 9h à 12h ; mercredi 11 septembre de 14h à 17h ;  vendredi 27 septembre de 14h à 17h.

- LLAURO, le jeudi 29 août, de 14h à 16h.

- FOURQUES, le lundi 02 septembre, de 9h à 12h.

L’enquête publique est OUVERTE A TOUS. Faites entendre votre voix, ne laissez pas les tractopelles parler à votre place et détruire à tout jamais notre patrimoine paysager, historique et culturel.

Mesures de restriction pour la préservation de la ressource en eau

Créé par le 17 août 2019 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques

Le comité départemental consacré à la sécheresse, réuni le 9 août 2019, sous l’autorité de M le Préfet a permis de partager l’analyse de la situation alors que les besoins des principaux usages de l’eau s’accroissent dans le département : d’une part l’alimentation en eau potable, sensiblement plus élevée en période touristique notamment sur le littoral, et d’autre part, l’irrigation agricole et la mise en eau des canaux d’irrigation qui maillent le territoire.

Au vu de la situation hydrologique et des prévision météorologiques, le préfet a décidé de limiter certains usages satisfaits à partir des ressources qui sont dans les situations les plus tendues.

L’état des ressources en eau du département est régulièrement suivi par l’ensemble des partenaires impliqués dans sa gestion : collectivités, usagers, experts et services de l’État.

Les ressources en eau se régénèrent de façon cyclique principalement grâce aux pluies. Depuis le début de l’été, on observe des niveaux bas des nappes phréatiques et une baisse des débits des cours d’eau. L’épisode pluvieux des 26 et 27 juillet ne suffit pas à inverser cette tendance.

Au vu de la situation hydrologique et des prévisions météorologiques ne permettant pas d’envisager une amélioration significative, et afin de préserver la ressource pour assurer notamment les besoins essentiels dans les mois à venir, M. le Préfet des Pyrénées-Orientales a décidé, en application du code de l’Environnement de limiter certains usages satisfaits à partir des ressources qui sont dans les situations les plus tendues.

Sur les cours d’eau de l’Agly amont et du Tech ainsi que sur les nappes du secteur Aspres, du secteur Côte Nord, du secteur Têt et du secteur Tech des limitations ou interdictions sont effectives pour les usages non essentiels suivants :

  • le prélèvement de l’eau pour le remplissage des piscines privées à usage unifamilial, exception faite de la première mise en eau après construction du bassin. Cela ne concerne pas les appoints en eau nécessaires au cours de la saison quelle que soit la ressource mobilisée ;
  • le lavage des véhicules hors des stations professionnelles sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire et pour les organes liés à la sécurité ;
  • le fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
  • le nettoyage des terrasses et des façades ne faisant pas l’objet de travaux ;
  • le lavage des voiries sauf impératif sanitaire et à l’exclusion des balayeuses laveuses automatiques ;
  • l’arrosage des pelouses, des rond-points, des espaces verts publics et privés et des jardins d’agrément à l’exception des jeunes plants de moins de trois ans sur demande expresse de dérogation ;
  • le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des plans d’eau de loisirs à usage personnel ;
  • l’arrosage des espaces sportifs de toute nature et des terrains de golf à l’exception des « greens et départs » et des terrains de sport (limités strictement aux aires de jeu des terrains principaux) ;
  • l’arrosage des jardins potagers ;
  • le fonctionnement des douches de plage publiques et privées.

Les usages agricoles sont réduits de 25 % sur les cours d’eau de l’amont du bassin de l’Agly, du Tech ainsi que sur les nappes des secteurs Têt et Tech. Ils sont réduits de 50 % sur les nappes des secteurs Aspres et Côte Nord.

Les usages industriels ainsi que les conditions d’intervention des gestionnaires sur les réseaux et ouvrages d’eau potable et d’eaux usées sont également encadrés.

Au-delà de ces mesures, les utilisateurs sont tous appelés à adopter un comportement responsable et économe en matière d’utilisation de l’eau.

Des campagnes de contrôle du respect de ces mesures sont régulièrement conduites par les services de l’État.

Les modalités de mise en œuvre de toutes ces mesures ainsi que la liste des communes concernées sont précisées dans l’arrêté préfectoral consultable sur le site internet des services de l’État dans les Pyrénées-Orientales à l’adresse suivante :

http://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-eau-risques-naturels-et-technologiques/Eau-et-Peche/Dernieres-Actualites/Restrictions-de-l-usage-de-l-eau

Si l’évolution de la situation, qui fait l’objet d’un suivi régulier, le justifiait, des mesures complémentaires pourraient être mises en place.

Alerte

1...34567...111

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...