Infos pratiques

Articles archivés

Attention aux arnaques téléphoniques

Créé par le 18 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Les cliniques Saint-Michel de Prades et du Vallespir à Céret mettent en garde contre une arnaque téléphonique qui sévit depuis quelques jours dans le département.

Des habitants de Prades, de Céret et des environs ont été contactés par des opérateurs d’une plateforme téléphonique, ces derniers jours. Ces derniers assurent appeler de la part de la Clinique Saint-Michel de Prades ou de celle du Vallespir à Céret et demandent à leurs interlocuteurs de nombreuses informations personnelles telles que le nom de leur mutuelle, leur numéro de sécurité sociale, leur adresse mail ou encore leur numéro de portable.

« Il ne s’agit en aucun cas d’une action menée par la Clinique Saint-Michel ni de celle du Vallespir », précisent les directions des deux établissements appartenant au groupe Elsan. « C’est une véritable escroquerie destinée à obtenir des renseignements confidentiels. Nous vous remercions de rester vigilants et de ne pas répondre à leurs questions. » Une main courante a été déposée et une déclaration est établie auprès de l’ARS (agence régionale de santé).

L’alimentation : grande cause régionale 2018 en Occitanie

Créé par le 16 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

L’alimentation est un sujet de la vie quotidienne pour nos concitoyens. Ils attendent de la puissance publique des actions en matière de santé publique, de qualité des produits, mais ils se questionnent également en termes d’impacts sociétaux, économiques, agricoles, environnementaux, de lien social, d’éthique, et de sauvegarde de notre territoire.

En Occitanie, le domaine de l’alimentation représente un secteur économique essentiel, avec près de 2000 entreprises agro-alimentaires et exploitations agricoles qui emploient 164 000 personnes, soit le premier employeur régional.

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a donc décidé de faire de l’alimentation la grande cause régionale de l’année 2018 et proposera prochainement un grand plan régional destiné à accompagner tous les acteurs du secteur alimentaire, lequel sera concerté avec les citoyens.
Ce plan proposera des actions à finalités économiques, environnementales, sociales, sanitaires et culturelles.

La construction d’une politique régionale de l’alimentation s’appuie d’abord sur une grande concertation : celle-ci a commencé dès la fin de l’année 2017, avec des débats et des rencontres avec les professionnels des filières agricole et agro-alimentaire, des organismes représentant les consommateurs et des experts.

Cette démarche entend faire émerger les enjeux du futur plan alimentation et a pour objectifs de :

  • favoriser la mise en place progressive d’un cercle vertueux de reconquête de la relation entre consommateurs et producteurs locaux ;
  • permettre au plus grand nombre, notamment les personnes vivant avec un revenu faible et étant en situation d’insécurité alimentaire, de disposer d’une alimentation de qualité, saine et équilibrée, à des prix socialement acceptables ;
  • structurer et développer les filières économiques de proximité, en adaptant la production locale à la demande régionale et en favorisant des prix plus rémunérateurs pour les producteurs ;
  • renforcer les achats effectués par les lycées en matière de restauration collective en faveur de l’achat local et bio ;
  • préserver l’environnement et favoriser la transition énergétique.

Parallèlement, il s’agit aussi de sensibiliser les consommateurs, les jeunes notamment, pour manger mieux et d’accompagner leur prise de conscience quant à leur rôle de citoyens-acteurs économiques susceptibles d’orienter l’évolution des modes de production et de distribution.

Dès ce mois d’avril 2018, la Région a décidé de consulter largement les habitants d’Occitanie, via un questionnaire. Jusqu’à fin juin, le grand public a donc la possibilité d’y participer en ligne. Cliquer ici pour accéder au questionnaire en ligne.

Gare à l’escroquerie au rétroviseur !

Créé par le 15 avr 2018 | Dans : A retenir, Infos pratiques, Transports

La Gendarmerie Nationale des Pyrénées-Orientales communique :

Nous attirons aujourd’hui votre attention sur un phénomène qui constitue une arnaque au scénario bien rodée. Les escrocs simulent un accident de la circulation et accusent leur victime, en général âgée car plus vulnérable, d’avoir abîmé leur rétroviseur sans qu’elle s’en aperçoive.

L’escroc demande alors le nom de l’assurance de la victime et prétend avoir la même. Il fait mine d’appeler l’assureur, mais contacte en réalité un complice qui indique qu’il est préférable de s’arranger à l’amiable en payant tout de suite. Cette solution permettrait d’éviter de payer la franchise au prix annoncé comme étant exorbitant.

En cas d’hésitation, l’escroc peut même aller jusqu’à inventer un délit de fuite pour intimider sa victime en faisant planer la menace d’une suspension de permis.

Il l’incite ensuite à se rendre à un distributeur pour se faire dédommager avant de partir avec le butin.

Quelques conseils avisés :

- Sensibilisez les personnes âgées de votre entourage à cette technique de vol par ruse.

- En cas d’accident, établissez toujours un constat, quel que soit l’accrochage sur la voie publique

- Ne donnez jamais d’argent liquide.

- Si vous souhaitez contacter votre assureur, composez vous-même le numéro qui figure sur votre attestation d’assurance.

- En cas de doute, faites le 17 (pensez à relever l’immatriculation et le modèle de voiture des escrocs).

Le conseil municipal de Tordères dit non au compteur Linky

Créé par le 07 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques, Santé

Suivant la volonté de la commission extra-municipale, réunie en juin 2017 pour débattre du compteur Linky, le conseil municipal de Tordères a décidé d’appliquer un « principe de précaution » et de s’opposer à l’implantation des compteurs Linky dans la commune (prévue dans le courant de l’année). Notre commune rejoint ainsi les quelques 600 municipalités françaises qui s’opposent fermement au déploiement de ce compteur communiquant.

Voici la délibération adoptée par le conseil municipal de Tordères lors de sa dernière réunion.

Refus du déclassement des compteurs d’électricité existants et de leur élimination – opposition aux compteurs Linky.

Vu l’article L2121-29 du Code Général des Collectivités Locales,

Vu l’article L2121-21 du Code Général des Collectivités Locales,

Vu l’article L3121-1 du Code Général des Collectivités Locales,

Considérant que les compteurs d’électricité sont des ouvrages basse tension du réseau public de distribution,

Considérant que les compteurs sont affectés au service public de distribution de l’électricité et font l’objet d’un aménagement indispensable à l’exécution des missions de ce service public,

Considérant qu’en vertu de l’article L322-4 du Code de l’énergie, les ouvrages des réseaux publics de distribution sont la propriété des collectivités publiques et de leur groupement désignés au IV de l’article L2224-31 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Considérant que les compteurs relèvent du Domaine Public de la Commune,

Considérant que la compétence d’autorité organisatrice d’un réseau public de distribution a été transférée par la commune à un établissement public,

Considérant qu’en vertu de l’article L1321-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, le transfert de compétence entraîne de plein droit la mise à la disposition de l’établissement public des biens meubles et immeubles utilisés pour l’exercice de cette compétence,

Considérant que la mise à disposition des biens, et notamment des compteurs électriques, n’emporte pas un transfert de propriété de ces biens qui demeurent la propriété de la Commune,

Considérant que la décision de remplacer les compteurs existants par un compteur communicant n’a pas, par sa nature et sa portée, le caractère d’une décision de gestion qui relèverait de la compétence de l’établissement public,

Considérant qu’en cas de désaffectation d’un bien du Domaine Public d’une commune mis à la disposition d’un établissement public, la Commune recouvre l’ensemble de ses droits et d’obligations sur ce bien,

Considérant que la destruction, l’élimination ou le recyclage des compteurs électriques existants implique leur aliénation, ce qui suppose une décision préalable de déclassement,

Considérant que la décision de déclassement d’un bien va au-delà d’un simple acte de gestion relevant de la compétence de l’établissement public,

Considérant que la Commune, en tant que propriétaire des compteurs, est seule compétence pour prononcer le déclassement d’un bien de son Domaine Public et son élimination,

Considérant que l’établissement public ne peut pas aliéner les compteurs existants sans le consentement préalable de la Commune et le déclassement préalable des compteurs,

Considérant les incertitudes en matière de santé, de respect de la vie privée et des libertés individuelles, du coût de déploiement et des économies pour le contribuable.

Il est proposé au Conseil Municipal :

- de refuser le déclassement des compteurs d’électricité existants,

- d’interdire l’élimination des compteurs existants et leur remplacement par des compteurs communicants Linky sans le consentement préalable de la Commune et une décision de désaffectation de la part de son Conseil Municipal.

Le Conseil Municipal après avoir délibéré valablement et à l’unanimité des membres présents et représentés,

- Refuse le déclassement des compteurs d’électricité existants,

- Iinterdit l’élimination des compteurs existants et leur remplacement par des compteurs communicants Linky sans le consentement préalable de la Commune et une décision de désaffectation de la part de son Conseil Municipal.

Le chèque énergie, une aide pour les dépenses énergétiques

Créé par le 03 avr 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Le chèque-énergie remplace les tarifs sociaux de l’énergie depuis le 1er janvier 2018. Ce dispositif devrait concerner près de 41 000 foyers dans les Pyrénées-Orientales.

Il s’agit d’une aide de l’Etat donnée sous la forme d’un chèque postal et que les bénéficiaires peuvent utiliser pour régler leurs dépenses énergétiques (électricité, gaz, fioul, bois, réseau de chaleur) ou pour des travaux de rénovation du logement à condition que cela soit fait par des professionnels certifiés.

Le chèque énergie est attribué en tenant compte du revenu fiscal et de la composition des ménages. Le montant du chèque varie en fonction des ressources et de la composition du foyer. Certains se contenteront d’un chèque de 48 €, alors que d’autres auront droit au montant maximal de 227 €.

L’envoi du chèque se fait automatiquement pour les personnes éligibles. La réception de ce chèque dans les boîtes aux lettres est prévue entre le 23 et 28 avril. Un simulateur est disponible sur Internet pour savoir si le foyer peut bénéficier de cette aide : https://chequeenergie.gouv.fr/

Information sur ce qui va changer pour les français au 1er avril 2018

Créé par le 31 mar 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Voici un récapitulatif de ce qui va évoluer pour les Français au 1er avril 2018.

Prestations sociales :

Le Minimum vieillesse (allocation de solidarité aux personnes âgées – Aspa) augmente de 30€, soit 833€ par mois pour une personne seule. D’autres revalorisations exceptionnelles de 35€ au 1er janvier 2019 et 35€ en janvier 2020 sont prévues dans le budget 2018.

Le Revenu de solidarité active (RSA) augmente de 1% et passe à 550,93€ par mois pour une personne seule résidant en métropole.

Tout comme la prime d’activité (aide aux travailleurs à revenus modestes) qui va atteindre 531,51€ pour une personne seule sans enfant ; lAllocation aux adultes handicapés (AAH) qui passe à 819€ maximum (l’AAH devrait connaître d’autres revalorisations en cours d’année); les allocations familiales (un foyer avec deux enfants à charge pourra ainsi toucher au maximum 131,16€ pour la tranche de revenus la plus basse, et au minimum 32,79€ pour les revenus les plus élevés); le Complément familial passe à 170,71€, tandis que le montant majoré, versé aux familles nombreuses modestes, augmente de 8,2 % à 256,09€ par mois. L’allocation de base d’éducation d’enfant handicapé augmente de 1 % à 131,81€.

Le complément de libre choix du mode de garde (CMG) augmente de 1 %. Par exemple, pour les enfants jusqu’à trois ans, la somme maximale sera de 467,41€, et la somme minimale de 176,82€, en fonction des ressources, pour l’emploi direct d’une assistante maternelle ou garde à domicile.

La rémunération du congé parental augmente de 1 %, passant à 396,01€ pour un taux plein.

L’allocation de rentrée scolaire, qui sera versée en août, a été calculée et augmentera de 1 % à 367,73€ pour les enfants de 6-10 ans, 388,02€ pour les 11-14 ans et 401,47€ pour les 15-18 ans.

L’allocation de soutien familial, qui complète le revenu des parents isolés ne percevant pas de pension alimentaire, augmente de 5,2 % à 153,70€ pour un taux plein, 115,30€ pour un taux partiel.

La prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) va connaître des évolutions contrastées selon ses composantes. Pour les enfants nés ou adoptés à compter du 1er avril, la prime à la naissance va augmenter de 2 % par rapport à celle versée pour les enfants nés avant cette date, à 941,66€. La prime à l’adoption va connaître la même progression à 1.883,31€. Ces deux prestations n’avaient pas connu d’augmentation depuis avril 2013.

L’allocation de base va en revanche diminuer de 7,5 % à 170,71€ pour un taux plein (-13,90 euros par mois), et à 85,36€ pour un taux partiel, pour les enfants nés ou adoptés à compter d’avril. Le gouvernement a expliqué cette évolution par un alignement, pour les nouvelles naissances, des barèmes de montants et de plafonds de ressources sur ceux du complément familial.

Baisse des tarifs du gaz

Les tarifs réglementés de vente du gaz vont baisser d’1,1% en moyenne en avril 2018. Cette diminution concernera plus de cinq millions de consommateurs.

Taxe sur les bouteilles de gaz et livré en citerne

La Taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE) jusqu’ici applicable au fioul et au gaz naturel, est étendue au butane et au propane (bouteilles de gaz et gaz livré en citerne). Montant de la taxe: 79,56€ TTC la tonne.

Chèque énergie généralisé

Testé dans quatre départements pendant deux ans, le chèque énergie, de 48 à 227€ par foyer (un montant moyen de 150€), remplace les tarifs sociaux de l’énergie, et devrait profiter à quatre millions de Français en situation de précarité énergétique. Son envoi dans les boîtes aux lettres, qui a commencé lundi, va cependant s’échelonner jusqu’en août. 

Aides pour passer du fioul au renouvelable

Bonne nouvelle pour les ménages en précarité énergétique qui changent leur chaudière au fioul pour un modèle utilisant des énergies renouvelables. Ils pourront, sous conditions de ressources, bénéficier d’une prime revalorisée ce mois d’avril : entre 2 000 et 3 000€ contre 800 à 1300€ auparavant

Bouton SOS dans les voitures

Afin d’améliorer les secours en cas d’accident, un bouton «eCall» sera installé dans toutes les voitures construites à partir du 1er avril afin de sauver des vies. En cas de choc brutal, il alerte automatiquement le 112, le numéro d’urgence européen et transmet, via Galileo, le système de géolocalisation par satellites européen (concurrent du GPS américain) , le type et la localisation du véhicule. Il peut aussi être activé manuellement, par exemple, par une personne témoin d’un accident.

Banques et assurances

Ce 1er avril marque l’entrée en vigueur de l’ordonnance sur la dématérialisation des relations contractuelles dans le secteur financier. Les supports dématérialisés, les envois recommandés électroniques, la signature électronique seront de plus en plus utilisés.

Nouveau carnet de santé

Tous les carnets de santé délivrés après le 1er avril changent. Trois nouveautés y seront ajoutées «afin de tenir compte des avancées scientifiques et des attentes des professionnels de santé et des familles» explique le ministère de la santé. Les recommandations ont pour but notamment d’éviter de mettre un enfant de moins de trois ans dans une pièce où la télévision est allumée et incitent les parents à utiliser des biberons sans bisphénol A par exemple. De nouvelles courbes actualisées de croissances et de poids font également leur apparition. Par ailleurs, un nouveau calendrier mentionne les onze vaccins obligatoires depuis janvier dernier.

Caution de logement

Le service gratuit de cautionnement d’Action Logement, baptisée « Visale », est étendu. Il garantit aux bailleurs le paiement des loyers impayés pendant la durée du bail, et même au-delà s’il est prolongé. Les bénéficiaires sont les étudiants de 30 ans ou moins sans conditions de ressources, les autres locataires de moins de 30 ans (salariés, fonctionnaires, chômeurs), et les salariés du secteur privé de plus de 30 ans, qui ont été embauchés depuis moins de 6 mois. Attention, le montant du loyer charges comprises ne doit pas dépasser 1.300 euros par mois (1.500 euros à Paris).

Fin de la trêve hivernale

À compter de ce dimanche, les locataires qui ne paieront pas leur loyer pourront être expulsés par un huissier sur demande du propriétaire. Désormais, seules les associations comme la fondation Abbé Pierre ou «SOS impayeurs de loyers» pourront aider les personnes en difficulté. Autre conséquence de la fin de la trêve : les zadistes de Notre Dame des Landes, deviennent expulsables. Leur avocat a déposé un recours au tribunal administratif de Nantes.

Les contenus audiovisuels deviennent portables en Europe

À compter de ce 1er avril, tous les Européens abonnés à un service proposant des contenus en ligne (comme Netflix, Canal+ ou Deezer) pourront continuer à accéder à ce contenu quand ils voyagent dans un autre pays de l’UE.

Passage à l’heure d’été cette nuit

Créé par le 24 mar 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Le passage à l’heure d’été ️aura lieu dimanche 25 mars à 2h du matin. Il faudra ajouter 60 minutes à l’heure légale. Il sera alors 3h.

La brigade numérique, un nouvel outil pour la sécurité du quotidien

Créé par le 16 mar 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien, le Ministère de l’intérieur a inauguré le mardi 27 février 2018 un nouveau service qui va faire évoluer, par le biais des nouvelles technologies, le contact entre policiers/gendarmes et population : il s’agit de la Brigade Numérique.

Fonctionnant 7 jours sur 7 e 24 heures sur 24, disponible en plusieurs langues (français, anglais, espagnol, italien et allemand) et accessible depuis n’importe quel support (tablettes, smartphone, ordinateur), cette plateforme et les gendarmes qui y seront dédiés offriront des services similaires à ceux d’une brigade territoriale (accueil, obtention d’informations courantes via les modules de « chat », orientation vers les bons services…).

Des applications complémentaires seront également prochainement développées (ex : prise de rendez-vous en ligne, demande de déplacement d’une patrouille, e-procurations…).

Retrouvez toute l’intégralité du dossier de presse sur : https://www.interieur.gouv.fr/…/La-Brigade-numerique-une-ge…

Formation BAFA petite enfance aux vacances de printemps

Créé par le 14 mar 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

La Ligue de l’enseignement, Fédération des Pyrénées-Orientales propose une session BAFA approfondissement « Petite Enfance » du 23 au 28 avril en externat à Perpignan.

Les formateurs souhaitent permettre aux animateurs d’acquérir une connaissance approfondie des enfants âgés entre 3 à 6 ans, mieux comprendre leurs besoins, respecter leur rythme, leur besoin de socialisation, créer des projets d’animation adaptés, réfléchir sur la place et le rôle de l’animateur en ACM.

Cette formation s’adresse aux personnes ayant validé les deux premières parties de la formation BAFA. ”

Renseignements : 04.68.08.11.11/12 ou www.laligue66.org.

Le salon TAF (Travail Avenir Formation) de la Région à Perpignan

Créé par le 12 mar 2018 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques

Venez découvrir les offres de formation et  trouver un emploi en rencontrant directement les entreprises qui recrutent au salon TAF, le jeudi 22 mars, de 9h à 17h, au Parc des Expositions de Perpignan.

Vous avez également la possibilité de découvrir un métier, définir un projet professionnel ou de vous réorienter vers des filières porteuses d’emploi grâce à la Région et ses partenaires.

En 2017, ce sont près de 74 000 visiteurs qui se sont déplacés sur les salons pour rencontrer les 600 organismes de formation et d’orientation ou pour candidater aux 14 000 offres de recrutement proposées par les 1 500 entreprises présentes.

Les salons TAF (Travail, Avenir, Formation) sont co-organisés par la Région, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels dans notre Région. Véritables passeports pour l’emploi, ces manifestations permettent d’accéder en un même lieu à toutes les informations en matière de formation et d’activité professionnelle.

Pour plus d’information, merci de bien vouloir contacter la Mission Locale Jeunes au 04.68.34.26.61.

1...34567...88

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...