Santé

Articles archivés

Aides auditives : les bons réflexes à adopter face aux pratiques frauduleuses

Créé par le 15 mai 2024 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

De nouvelles pratiques illégales de la part de certaines sociétés d’audioprothèses ont émergé. Il s’agit notamment de facturation abusives et de démarchage téléphonique. Pour participer à la lutte contre ces fraudes dans laquelle l’Assurance Maladie est pleinement engagée et éviter d’en être victime, voici quelques informations à connaître ainsi que les bons réflexes à adopter en cas de doute.

Quels sont les nouvelles pratiques illégales en lien avec les audioprothèses ?

La réforme du 100 % Santé permet, depuis le 1er janvier 2021, de bénéficier d’aides auditives sans aucun reste à charge : en cas de déficit auditif, les aides et accessoires sont remboursés sur prescription médicale par l’Assurance Maladie et la complémentaire santé (mutuelle).

Ce dispositif a entraîné de nouvelles pratiques frauduleuses dans le domaine des aides auditives :

  • les assurés sont démarchés, le plus souvent par SMS, pour un test d’audition à réaliser en magasin ou à domicile. Des centres auditifs ou des personnes, souvent sans qualification, effectuent un test d’audition sous couvert de dépistage gratuit et font croire aux assurés qu’ils doivent se faire appareiller ;
  • certains centres auditifs invitent des assurés à se mettre en relation avec leur médecin pour obtenir une prescription ou les informent qu’ils vont solliciter directement pour eux leur médecin. Cette pratique n’est pas autorisée. Seul un médecin peut conseiller des aides auditives à un patient et décider de lui en prescrire.

Ces agissements sont illégaux et doivent être signalés afin que l’Assurance Maladie puisse lutter rapidement et efficacement contre toute pratique frauduleuse.

Pour cela, il convient d’adresser un courrier à sa caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou à sa complémentaire santé en indiquant :

  • son nom et son prénom ;
  • son adresse ;
  • la description détaillée de la situation, de l’anomalie constatée.

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter ?

  • Ne jamais communiquer de données personnelles (numéro de sécurité sociale, coordonnées bancaires) en réponse à une demande (courriel, SMS, appel téléphonique), prétendument de la part d’un agent de l’Assurance Maladie.
  • Ne jamais prendre un rendez-vous à domicile pour un dépistage gratuit : l’exercice itinérant est interdit. Une société d’audioprothèse ne peut pas venir effectuer à domicile un dépistage et proposer des appareils auditifs. Il faut se rendre directement dans un centre auditif proche de chez soi.
  • Ne pas laisser sa carte Vitale : la carte Vitale doit être récupérée par l’assuré à la fin de chaque consultation ou soins.
  • Consulter régulièrement ses relevés de remboursements sur son compte ameli (ou papier) pour s’assurer qu’ils sont bien conformes à la réalité des soins effectués.
  • Ne jamais acheter de prescription médicale pour des aides auditives : l’acheteur s’expose à des poursuites (amendes, suspension des prestations, voire peine de prison).
  • Faire un signalement à sa CPAM ou à sa complémentaire santé en cas de doutes sur des soins non effectués ou un usage détourné de sa carte vitale.

Les bons réflexes individuels contribuent au bon fonctionnement du système collectif de santé. Chacun, à son niveau, en adoptant les bons comportements, peut contribuer à lutter contre les pratiques frauduleuses.

Rappel des conseils et précautions avant et après l’achat d’aides auditives

Pour bénéficier d’une prise en charge, l’appareillage auditif doit être prescrit par un médecin (un otorhinolaryngologiste (ORL) ou un médecin généraliste équipé) qui, après avoir réalisé un audiogramme, rédigera une ordonnance d’aide auditive s’il le juge nécessaire.

Dans un second temps, muni de cette ordonnance, il est conseillé pour s’équiper de choisir un audioprothésiste proche de chez soi car la phase d’adaptation peut nécessiter plusieurs rendez-vous.

Lors du rendez-vous, l’audioprothésiste doit :

  • réaliser quelques examens et tests de l’audition ;
  • fournir à l’assuré un devis détaillé qui précise notamment le prix de l’appareil, des accessoires et le prix des prestations d’adaptation ;
  • proposer à l’assuré un test de l’appareil pendant 30 jours.

L’achat de l’appareillage auditif n’intervient qu’à l’issue des 30 jours, après que l’audioprothésiste a vérifié que l’appareil est adapté aux besoins du patient.

Il est important que cette bonne adaptation soit vérifiée régulièrement lors de rendez-vous de contrôle. Un suivi gratuit durant toute la durée de vie de l’appareil auditif est prévu :

  • la première année, l’audioprothésiste propose 3 rendez-vous de contrôle à 3, 6 et 12 mois ;
  • à partir de la deuxième année, 2 rendez-vous par an sont recommandés.

En savoir plus sur les prestations avant l’achat, les informations devant figurer dans le devis et le remboursement des aides auditives.

Augmentation de la participation forfaitaire sur certains actes médicaux

Créé par le 14 mai 2024 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

La participation forfaitaire augmente à partir du 15 mai. Son montant est désormais de 2€ (contre 1€ avant). Elle concerne toujours les consultations chez le médecin, les examens de radiologie et les analyses de biologie médicale.

Son plafond journalier et annuel n’a pas évolué. La participation forfaitaire ne peut pas excéder 4€ par jour et 50€ par personne et par année civile (du 1er janvier au 31 décembre).

Le règlement des participations forfaitaires :

La participation forfaitaire est déduite automatiquement des remboursements effectués par l’Assurance Maladie sur les consultations médicales, les examens de radiologie et les analyses de biologie médicale.

Et en cas de tiers payant ? Si l’assuré ne règle pas ses médicaments ou ses soins, la participation forfaitaire est déduite plus tard, sur toute somme versée par l’Assurance Maladie (consultations, soins, examens radiologiques, actes infirmiers, transports…) pour lui ou l’un de ses enfants.

Si l’assuré ou son enfant n’a pas l’occasion de recevoir de remboursement, le règlement des participations peut aussi être demandé par sa caisse d’assurance maladie. Le paiement peut s’effectuer via le service Paiement des créances en ligne mis en place par l’Assurance Maladie.

Dans la quasi-totalité des cas, les complémentaires santé (mutuelles) ne prennent pas en charge les participations forfaitaires.

Vérifier le paiement de ses participations forfaitaires sur ses relevés de remboursement

On peut voir sur ses relevés de remboursements le prélèvement de chaque participation forfaitaire. Il y est précisé : son montant, la date et la nature de l’acte correspondant et le bénéficiaire concerné.

Les relevés de remboursements sont disponibles à tout moment dans le compte ameli, rubrique « Mes paiements ».
Dans cette même rubrique « Mes paiements » du compte ameli, la section « Participations forfaitaires et franchises » permet de consulter les compteurs, pour une année donnée, pour ces 2 types de contributions au système de soins.

En savoir plus sur la participation forfaitaire.

Pratiquer une activité physique régulière pour préserver son bien-être et sa santé

Créé par le 07 mai 2024 | Dans : Santé

L’Assurance Maladie communique :

En 2024, année d’accueil des Jeux olympiques et paralympiques, la France a fait de la promotion de l’activité physique et sportive sa « Grande Cause Nationale ». C’est dans ce cadre que les ministères des Sports et de la Santé, avec le collectif « Pour une France en forme », organisent dans tout le pays jusqu’au 4 juin, des « Journées pour une France en forme ». L’objectif de ces événements, auxquels s’associe l’Assurance Maladie, est de rappeler à chacun les risques liés à la sédentarité et les bienfaits du sport pour la santé physique et mentale tout au long de la vie.

Quels sont les risques liés au manque d’activité ?

Quelques chiffres frappants (1) :

  • l’inactivité est aujourd’hui la cause de 9 % des décès en France ;
  • un adulte est assis en moyenne 12 heures au cours d’une journée travaillée, 9 heures au cours d’une journée non travaillée ;
  • 80 % des 11-17 ans sont en-dessous des seuils d’activité physique (AP) recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ;
  • 80 % des adultes passent 3 heures devant un écran chaque jour, hors activité professionnelle ;
  • 95 % de la population adulte en France est à risque sanitaire par manque d’activité physique ou à cause d’un temps trop long passé en position assise.

Il y a donc urgence à adopter des modes de vie plus actifs.

Qu’entend-on par activité physique ?

L’activité physique inclut les activités sportives mais aussi l’ensemble des activités physiques quotidiennes comme :

  • les déplacements actifs : marcher, faire du vélo, descendre un ou deux arrêts de bus avant sa destination finale, prendre les escaliers – même pour quelques étages seulement – en cas d’étage élevé et même si ce n’est qu’en descente (2) ;
  • les activités domestiques : faire le ménage, bricoler, jardiner… ;
  • les activités professionnelles (travail physique par exemple)…

L’activité sportive, elle, même si elle peut être pratiquée dans un cadre planifié, au sein d’un club ou d’une association par exemple, ne nécessite pas forcément de lourdes infrastructures ni d’équipement spécifique. Pourquoi ne pas profiter d’un rayon de soleil pour chausser des baskets et aller faire un jogging dans un parc voisin ?

L’important est de trouver le sport qui convient à ses aptitudes et à ses envies. Pour cela, rendez-vous sur le site du ministère des Sports pour faire le quiz : « Le bon sport pour moi ».

Quel impact de l’activité physique sur la santé et le bien-être ?

L’activité physique accroît la force musculaire et contribue au développement et à la préservation du capital osseux. Elle développe la souplesse, l’équilibre et la bonne coordination des mouvements, diminuant les risques de chutes chez les seniors. Elle renforce également les capacités cardiaques et respiratoires.

De plus, l’exercice physique diminue également le risque de développer certains cancers (du côlon, du sein, de la vessie, de l’œsophage, etc.). Il protège par ailleurs du surpoids, lui-même facteur de risque de cancer. Associé à de bonnes habitudes alimentaires, il peut également prévenir l’apparition du diabète de type 2, ou en réduire les risques de complications.

L’activité physique peut aussi agir favorablement sur l’évolution de plusieurs maladies, notamment chroniques, comme l’asthme et les pathologies cardiovasculaires. Au cours d’un traitement contre le cancer, elle va permettre de réduire la fatigue et d’améliorer la qualité de vie, de mieux tolérer les traitements, de diminuer le risque de récidive…

Les effets bénéfiques de la pratique d’une activité physique ou sportive ne se limitent pas à la santé physique. Ils portent aussi sur la santé mentale : l’exercice physique diminue le stress et l’anxiété, renforce l’estime de soi, contribue à une sensation générale de bien-être et à la bonne humeur, augmente la qualité du sommeil.

Pour plus d’information, consulter la rubrique d’ameli.fr consacrée à l’impact bénéfique de l’activité physique sur la santé

(1) Manque d’activité physique et excès de sédentarité : une priorité de santé publique, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, février 2022.
(2) La descente d’un escalier fait uniquement travailler les muscles alors que la montée mobilise également les capacités cardiorespiratoires.

Mon espace santé : un agenda pour retrouver ses rendez-vous de prévention et examens importants

Créé par le 29 avr 2024 | Dans : Santé

Mon espace santé, le carnet de santé numérique, continue de s’enrichir de nouvelles fonctionnalités. Il propose désormais un agenda qui permet à chacun de retrouver, en un seul et même endroit, un calendrier prévisionnel rassemblant tous les rendez-vous importants pour le suivi de sa santé, et de celle de sa famille : examens, dépistages ou vaccinations à venir et à réaliser selon l’âge, que ce soit pour les adultes ou pour les enfants.

Aujourd’hui, les examens et rendez-vous disponibles sont :

À noter : de nouveaux examens et rendez-vous de prévention, comme les dépistages organisés des cancers, enrichiront très prochainement cette liste.

Il est également possible d’ajouter personnellement les différents rendez-vous pris avec ses professionnels de santé dans son agenda Mon espace santé. Des notifications de rappel sont envoyées par e-mail et au sein de Mon espace santé pour limiter les risques d’oubli.

Cet agenda vient compléter les 3 fonctionnalités clés déjà disponibles dans Mon espace santé : le dossier médical avec l’ensemble des documents de santé importants pour son suivi ; la messagerie pour communiquer avec les professionnels de santé en toute sécurité et une sélection d’applications santé référencées et de confiance.

Insuffisance cardiaque : écouter les avertissements de son corps

Créé par le 23 avr 2024 | Dans : Santé

L’Assurance Maladie communique :

L’insuffisance cardiaque touche en France 1,5 million de personnes. Chaque année, plus de 200 000 d’entre elles sont hospitalisées pour cette pathologie et plus de 70 000 décès y sont associés.

Aujourd’hui, les signes d’alerte de la maladie sont peu connus du grand public et des malades eux-mêmes. Ainsi, entre 400 000 et 700 000 personnes ignorent en souffrir.

Lorsque l’insuffisance cardiaque n’est pas diagnostiquée à temps, et donc pas prise en charge, les personnes atteintes s’exposent aux complications d’une maladie lourde de conséquences. Il y a un risque plus grand de décès et d’hospitalisations. Ces complications pourraient être évitables. La maladie entraîne aussi une dégradation importante de la qualité de vie.

L’Assurance Maladie relance depuis le 13 avril une vaste campagne nationale de sensibilisation auprès du grand public, en particulier auprès des seniors. Le but est de mieux faire connaître la maladie, les signes d’alerte et encourager les patients à consulter leur médecin en cas de doute.

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque ?

On parle d’insuffisance cardiaque lorsque le cœur perd de sa force musculaire et sa capacité de contraction normale. Il ne pompe plus suffisamment de sang pour permettre aux organes de recevoir assez d’oxygène et d’éléments nutritifs, essentiels à leur bon fonctionnement. Lorsqu’elle n’est pas prise en charge, cette maladie peut engager le risque vital, dans les cas les plus graves.

Comment le cœur insuffisant s’exprime-t-il ?

Le cœur parle au travers de nombreux symptômes qui sont facilement détectables, si on les connaît.

De quels symptômes parle-t-on ?

- Essoufflement inhabituel,

- pieds et chevilles gonflés,

- prise de poids rapide,

- fatigue excessive.

Un diagnostic précoce et une prise en charge rapide peuvent ralentir la maladie

Même si ces signes peuvent être associés à une autre maladie ou au vieillissement, il faut rester vigilant. Si l’on éprouve un ou plusieurs de ces symptômes, et notamment lorsque l’on a plus de 60 ans ou que l’on est atteint d’une maladie chronique, il s’agit peut-être d’insuffisance cardiaque. Un diagnostic précoce, couplé à une prise en charge globale, permet de freiner la maladie, d’éviter son aggravation. Il est donc fortement conseillé de consulter sans attendre son médecin généraliste.

Pour en savoir plus, lire le dossier complet « Insuffisance cardiaque ».

Ne manquez pas Cyclo’Moov, la grande fête du vélo des Aspres

Créé par le 21 avr 2024 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

La Communauté des Communes des Aspres (CCA) et ses partenaires vous proposent de venir découvrir le vélo sous toutes ses formes les samedi 4 et dimanche 5 mai 2024.

Durant cet événement gratuit et ouvert à tous, plusieurs animations seront proposées sur le territoire des Aspres (balade à vélo, initiation et démonstration de BMX, atelier de réparation, apprentissage du vélo et de la sécurité routière, manège à pédale, etc.). 

Retrouvez le programme en format papier à la mairie ou en cliquant sur le lien suivant : https://www.cc-aspres.fr/cyclo-moov/

Amiante : de nouvelle maladies désormais reconnues comme maladies professionnelles

Créé par le 16 avr 2024 | Dans : Santé

De nombreuses personnes ont pu être exposées à des émissions de fibres d’amiante notamment dans l’industrie et le bâtiment. Il peut s’agir par exemple de la fabrication de textiles non inflammables.

Cette exposition professionnelle à l’amiante peut entraîner certaines maladies pour les travailleurs encore en activité ou retraités : atteinte cancéreuse du larynx chez l’homme et chez la femme et atteinte cancéreuse de l’ovaire chez femme.

Les maladies suivantes peuvent désormais être reconnues comme maladie professionnelle (tableau 30 Ter) :

  • cancer primitif du larynx ;
  • dysplasie primitive de haut grade du larynx ;
  • cancer primitif de l’ovaire à localisation :
    • ovarienne ;
    • séreuse tubaire ;
    • séreuse péritonéale.

L’apparition de la maladie survient en moyenne 35 ans après le début de l’exposition et concerne aussi bien les travailleurs encore en activité et les retraités.

En savoir plus sur les maladies non cancéreuses et les cancers dus à l’amiante

En savoir plus sur les cancers des voies aérodigestives supérieures et le cancer du larynx

Comment faire la démarche pour demander une reconnaissance en maladie professionnelle ?

Si l’on pense être atteint d’une de ces maladies du fait de son activité professionnelle, la démarche à suivre pour la demande de reconnaissance en maladie professionnelle se déroule en 3 étapes.

  1. Demander à son médecin traitant d’établir un certificat médical initial (CMI) qui décrit précisément : la maladie (diagnostic, stade, localisation…) ; la date à laquelle les premiers symptômes sont apparus, même s’ils sont apparus avant le diagnostic.
  2. Remplir le formulaire S6100B « Déclaration de maladie professionnelle » (PDF) à envoyer à sa caisse d’assurance maladie, à l’attention du médecin-conseil avec la mention « Confidentiel ». Il faut aussi joindre à ce formulaire le certificat médical initial et une copie des comptes rendus d’examens médicaux ayant permis de confirmer le diagnostic de la maladie.
  3. La caisse d’assurance maladie analyse la demande et peut demander des compléments d’informations, notamment à travers le site internet du questionnaire risque professionnel.

En savoir plus sur les démarches concernant la maladie professionnelle

Voir le tableau et les travaux concernés sur le site inrs.fr

Episode de pollution prévu à partir du samedi 6 avril 2024

Créé par le 05 avr 2024 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé, Transports

ATMO Occitanie communique :

  L’arrivée d’une masse d’air chargée en particules désertiques est prévue à partir de la fin de journée du samedi 6 avril.

  Les niveaux de concentration en particules en suspension PM10 vont augmenter sur une partie de la région Occitanie, notamment dans les Pyrénées-Orientales. Le massif Pyrénéen devrait être particulièrement impacté par cette hausse des concentrations en particules.
  Ce phénomène naturel devrait entraîner un dépassement du seuil d’information qualifiant un épisode de pollution aux particules en suspension PM10 pour la journée du dimanche 7 avril 2024.
  Par conséquent, la procédure d’information est mise en oeuvre sur les départements Ariège, Haute-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, et Pyrénées-Orientales pour la journée du dimanche 7 avril 2024.

  Selon l’évolution des conditions météorologiques, l’épisode de  pollution aux particules en suspension pourrait se poursuivre pour la journée du lundi 8 avril 2024.

RECOMMANDATIONS SANITAIRES
Personnes vulnérables et personnes sensibles :
Populations vulnérables : Femme enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologie cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques
Populations sensibles : Personnes se reconnaissants comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des épisodes (par exemple: personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).
Limitez les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointes.
Limitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur.

RECOMMANDATIONS POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS
A la maison et au travail :
- Reportez les travaux d’entretien ou de nettoyage nécessitant l’utilisation de solvants, peintures, vernis, etc.,
- Respectez l’interdiction des brûlages à l’air libre et l’encadrement des dérogations,
- Arrêtez, en période de chauffe, l’utilisation des appareils de combustion de biomasse non performants (foyers ouverts, poêles acquis avant 2002),
- Maîtrisez la température dans les bâtiments (chauffage ou climatisation).

Déplacements :
- Limitez, pour les déplacements privés et professionnels, l’usage des véhicules automobiles par recours au covoiturage et aux transports en commun,
- Privilégiez pour les trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied, vélo),
- Différez, si possible, les déplacements pouvant l’être.

Secteur agricole :
Reportez les épandages agricoles de fertilisants ainsi que les travaux du sol.

Grande enquête sur les conditions du vieillissement dans les Aspres

Créé par le 13 mar 2024 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

La MSA Grand Sud et la Communauté de Communes des Aspres ont signé en 2023 une Charte des Solidarités avec les Aînés. Le premier objectif de cette Charte est l’élaboration d’un diagnostic des besoins des aînés (+ de 65 ans) sur l’ensemble du territoire, diagnostic qui devra ensuite aboutir sur un plan d’actions à destination de nos seniors.
Les actions couvriront des champs divers au service des habitants du territoire et de Tordères :
• Soutien au lien social et aux solidarités de proximité
• Valorisation des engagements et de l’expérience des ainés
• Prévention du vieillissement en bonne santé
• Développement de services de proximité
Afin de faciliter le recueil des besoins, le questionnaire d’enquête est disponible à l’accueil de la mairie ou en ligne en cliquant sur le lien : https://forms.gle/XSSy9BsXDRR6cXAq7
Vous pouvez y répondre jusqu’au 26 avril 2024 au plus tard.

Infection urinaire : faire un test en pharmacie est désormais possible

Créé par le 10 jan 2024 | Dans : Santé

En cas de suspicion d’une infection urinaire, une cystite par exemple, il est désormais possible, pour les femmes âgées de 16 à 65 ans, de réaliser un test de dépistage directement en pharmacie, sans forcément voir un médecin ou une sage-femme au préalable.

Deux cas de figure :

Cas n°1 : La personne se rend directement en pharmacie pour demander de faire un test avec une bandelette urinaire. Au préalable, le pharmacien vérifie après d’elle que ses symptômes correspondent à ceux d’une infection urinaire et que la patiente ne présente pas de signe de gravité (par exemple une température corporelle supérieure à 38°C ou inférieure à 36°C, douleurs au niveau des flancs, abdominales, etc.). Ces vérifications faites, le pharmacien remet à la personne un test urinaire à utiliser dans les sanitaires de la pharmacie.

En cas de résultat positif de la bandelette urinaire, le pharmacien oriente la patiente vers son médecin ou sa sage-femme qui pourra lui prescrire un médicament adapté.

Cas n°2 : La personne est orientée vers la pharmacie par son médecin pour réaliser le test. Si le médecin lui a remis une ordonnance dite «conditionnelle», c’est-à-dire précisant que la délivrance des médicaments ne sera faite qu’en fonction des résultats du test, le pharmacien délivrera directement à la patiente le traitement antibiotique inscrit sur l’ordonnance en cas de test positif. Inutile de consulter une seconde fois son médecin.

En cas de test négatif, le pharmacien exclut le diagnostic d’une infection urinaire : il permet d’éviter une prescription inutile d’antibiotiques.

À noter : quelle que soit la situation, le pharmacien envoie les conclusions du dépistage (test positif ou négatif, éventuelles alertes…) au médecin traitant ou à la sage-femme de la patiente.

Comment se passe la réalisation du test de la bandelette urinaire ?

Le pharmacien donne le test urinaire à la patiente. En pratique, il s’agit d’un flacon dans lequel la personne doit uriner. Elle le remet ensuite au pharmacien pour qu’il mette ensuite la bandelette dedans pour lire le résultat. Une fois le test réalisé, selon la couleur que prend cette bandelette, le pharmacien saura s’il s’agit d’une infection urinaire – cystite – nécessitant un traitement antibiotique prescrit par un médecin ou une sage-femme.

Quel est le coût du test urinaire (cystite) ?

Dans les 2 cas, le test est réalisé en pharmacie. Son coût est de 6 euros dont 70 % sont pris en charge par l’Assurance Maladie et les 30 % restants couverts par l’assurance maladie complémentaire (mutuelle, assurance…).

12345...57

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...