Santé

Articles archivés

La fin de vie, et si on en parlait ?

Créé par le 22 fév 2017 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Santé

Lancée ce lundi par le Ministère de la Santé, la campagne d’information « La fin de vie, et si on en parlait ? » vise à rappeler les changements législatifs entrés en vigueur depuis un an et à inciter chacun à faire connaître ses volontés à ses proches. 

Concrètement, chacun est désormais invité à rédiger ses directives anticipées, afin de s’exprimer en pleine conscience, sur ses volontés quant à sa fin de vie. Autrement dit, chacun peut dire s’il souhaite limiter ou arrêter les traitements qu’il pourrait recevoir en fin de vie, s’il devenait incapable d’exprimer sa volonté. Telles qu’elles étaient prévues par la loi Leonetti de 2005, ces directives pouvaient ne pas être suivies par le médecin. Elles deviennent donc plus contraignantes, et, sauf exceptions, s’imposent aux médecins. De plus, ces directives anticipées seront sans limite de validité, mais révisables et révocables à tout moment. En l’absence de directives anticipées, la volonté de la personne ne pouvant plus s’exprimer pourra être relayée par une personne de confiance. Elle pourra, si le malade le souhaite, l’accompagner dans ses démarches et assister aux entretiens médicaux afin de l’épauler dans ses décisions.

Un site internet a été spécialement créé sur le sujet : http://www.parlons-fin-de-vie.fr/fin-vie-et-si-parlait et des rencontres citoyennes seront proposées dans toute la France pour débattre de cette question délicate.

Pour rappel, la loi du 2 février 2016 prolonge la loi Leonetti de 2005, en accordant de nouveaux droits aux personnes en fin de vie. Elle ouvre ainsi la possibilité d’une sédation profonde et continue jusqu’au décès, c’est-à-dire l’administration de sédatifs pour permettre à des malades en phase terminale, dont la souffrance est insupportable, d’être endormis jusqu’à leur mort. Jusqu’alors, la sédation était parfois utilisée dans les services de soins palliatifs dans le but de soulager le malade, même si elle pouvait avoir comme « effet secondaire » d’accélérer le décès. Lors des débats sur la fin de vie au Sénat, Jean Leonetti avait précisé le sens de cette disposition, dont l’enjeu est d’en faire un droit pour le malade au lieu d’un devoir pour le médecin : « avant c’était un devoir de la société de faire en sorte qu’on ne souffre pas en fin de vie. Désormais, ça devient un droit du malade de ne pas souffrir lorsque la mort approche ».

Le texte clarifie aussi le « refus de l’obstination déraisonnable » et précise les conditions dans lesquelles l’arrêt des traitements pourra être décidé. En revanche, il n’autorise ni l’euthanasie ni le suicide assisté.

Atelier de yoga créatif pour les enfants

Créé par le 20 fév 2017 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Fêtes et animations, Infos pratiques, Santé

Les ateliers de yoga créatif pour les enfants reprendront ce samedi 25 février, à 14h, à la salle polyvalente de Tordères. Les séances suivantes auront lieu les 4, 11, 18 et 25 mars, et le 22 avril. Les ateliers sont ouverts aux enfants de Tordères et des proches environs, à partir de 5 ans. Merci d’apporter un tapis de sol ! Participation libre.

Pour tout renseignement, contacter Pascale Rochefort au 06.45.63.18.55.ou par mail pascale.rochefort@orange.fr

Mieux s’informer sur la qualité de l’air

Créé par le 11 jan 2017 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Environnement, Infos pratiques, Santé

  Pour répondre aux multiples besoins de surveillance de l’air, l’État a choisi un fonctionnement associatif, décentralisé et indépendant. Créé en 1973, AIR Languedoc-Roussillon est l’organisme agréé par l’État pour la mise en œuvre de la surveillance de la qualité de l’air et la diffusion de l’information sur les cinq départements de l’ancienne région Languedoc-Roussillon.

  Cette mission d’intérêt général s’inscrit dans le cadre de la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996 qui fixe comme objectif « le droit à chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé » et fonde les conditions de la surveillance de la qualité de l’air et de l’information du public en France.

  AIR LR est une association loi 1901 qui repose sur l’adhésion et la contribution volontaire des acteurs concernés par les grands thèmes de l’air, du climat, de l’énergie et de la santé, garantissant ainsi l’indépendance et la transparence de l’association. Y participent les services de l’État, les collectivités locales et territoriales, les représentants des entreprises (industriels, transporteurs, etc.), et les associations citoyennes.

  Les missions de l’association consistent notamment à surveiller en permanence la qualité de l’air et à informer la population et les décideurs des différentes évolutions, en les alertant lors des pics de pollution.

  L’air peut être parfois contaminé par des polluants gazeux ou solides d’origine naturelle (émission par la végétation, la mer, etc.) ou produits par les activités humaines (trafic routier, chauffage, industries, travaux agricoles, activités domestiques, etc.). Les polluants de l’air sont très nombreux. Même si leurs concentrations sont très faibles, ils peuvent avoir des effets sur la santé et sur l’environnement.

  Les principaux polluants atmosphériques se classent en deux grandes familles : les polluants primaires, qui sont directement issus des sources de pollution, principalement liées aux activités humaines et les polluants secondaires, qui ne sont pas directement rejetés dans l’atmosphère, mais proviennent de réactions chimiques qui se produisent entre gaz. C’est le cas, notamment, de l’ozone qui est le principal facteur de pollution dans notre département, comme dans l’ensemble du sud méditerranéen. La pollution à l’ozone est favorisée par un fort ensoleillement et des températures élevées. Cette pollution fait l’objet d’une surveillance pérenne mise en place par AIR LR. Après une augmentation des concentrations observée en 2015, il est à noter que les concentrations d’ozone sur la région sont en légère baisse en 2016.

  Pour vous informer au quotidien sur la qualité de l’air que vous respirez, consultez le site suivant : http://www.air-lr.org/

Suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D

Créé par le 07 jan 2017 | Dans : A retenir, Santé

  Par mesure de précaution, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a engagé une procédure de suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D®, depuis le 4 janvier 2017. Seul ce produit est concerné par cette procédure, et non les autres spécialités à base de vitamine D. Le ministère de la Santé a installé un numéro vert pour informer les familles : 0800 636 636.

  Par souci de précaution également, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, appelle les parents à ne plus administrer d’Uvestérol D® à leurs enfants. Elle a toutefois insisté sur le fait que la vitamine D n’était pas en cause et a tenu à rassurer les parents qui ont donné de la vitamine D, sous quelque forme que ce soit, à leurs enfants : ils ne courent aucun danger. En effet, c’est le mode d’administration spécifique du produit qui présente des risques et non la vitamine D, elle-même.

  La vitamine D étant essentielle pour le développement des nourrissons, la ministre a déclaré tout mettre en œuvre pour leur proposer, en lien avec les professionnels de santé, une solution alternative.  Elle appelle les familles à se rapprocher de leur professionnel de santé, qui leur proposera de la vitamine D sous une autre forme.

Rétablissement de l’autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Créé par le 05 jan 2017 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé, Transports

  A partir du 15 janvier 2017, l’autorisation de sortie du territoire d’un mineur non accompagné par un titulaire de l’autorité parentale sera rétablie.  Tout mineur résidant en France, devra être muni d’une autorisation de sortie du territoire pour voyager à l’étranger (y compris au sein de l’Europe), quelle que soit sa nationalité s’il n’est pas accompagné d’un adulte titulaire de l’autorité parentale.

  L’Autorisation de Sortie du Territoire (AST) est un formulaire à télécharger sur le site www.service-public.fr (Cerfa n°15646*01), à remplir puis imprimer. Au cours de son voyage, votre enfant devra l’avoir sur lui, ainsi qu’une pièce d’identité et une photocopie du titre d’identité du parent.

Mieux vivre avec le diabète

Créé par le 04 jan 2017 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

  Mieux vivre avec le diabète, c’est le défi que s’est lancé l’association PESV (Promotion et Education de la Santé en Vallespir) face à l’inquiétante progression du diabète en France.

  Tous les deux mois depuis la rentrée de septembre, le collectif propose des ateliers gratuits « les jeudis santé ».

  Ces rendez-vous permettent d’aborder cette problématique de santé à l’aide d’un ou plusieurs spécialistes reconnus dans le domaine abordé.

«Le diabète au quotidien et son traitement» (le 5 janvier), en présence d’un médecin et d’une infirmière ; «Se faire plaisir en mangeant» et «Le diabète et moi» (le 12 janvier), en présence d’une diététicienne et d’une infirmière ; d’«activités physiques» et «du pied diabétique» (le 19 janvier), en présence d’un kinésithérapeute, d’un pédicure et d’une infirmière ; «Séance de relaxation» (le 26 janvier), autant de thèmes abordés lors des ateliers thérapeutiques.

  N’hésitez plus, soyez curieux et venez au prochain « Jeudi santé » ! Rendez-vous au 27 rue Saint-Ferréol, à Céret, les jeudis de janvier de 9h30 à 12h. Contact : 06.44.95.51.98.

La grippe est là

Créé par le 24 déc 2016 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Santé

  Plus d’un demi-million de personnes ont été touchées en trois semaines par l’épidémie de grippe qui s’est étendue à toute la France métropolitaine, et particulièrement en Languedoc-Roussillon.

  Depuis le 1er novembre, 136 cas graves ont été admis en réanimation, dont 12 sont décédés, soit un « nombre de cas graves très inférieur à celui observés lors des dernières saisons » hivernales, note l’Institut de veille sanitaire (InVS). La majorité des malades, âgés en moyenne de 56 ans, avaient des facteurs de risques et seulement 29 étaient vaccinés.

  L’InVS juge « important de rester vigilant vis-à-vis de l’évolution de cette épidémie », même, s’il ne relève « pas de signes particuliers de gravité à ce stade de l’épidémie ».

  Pour participer à la surveillance de la grippe en France métropolitaine, de façon volontaire, anonyme et bénévole, quel que soit votre âge, votre nationalité, votre état de santé, vous pouvez vous inscrire sur www.grippenet.fr. Coordonné par l’Inserm, l’Université Pierre et Marie Curie, et la Santé Publique de France, et ne recevant aucun financement privé, ce projet de recherche sur la grippe, auquel dix pays participent, permet d’avoir une image de la situation de la grippe à l’échelle européenne.

  Contrairement aux méthodes de surveillance traditionnelles, GrippeNet.fr collecte ses données directement à partir de la population résidant en France, sans passer par des hôpitaux ou des médecins. Ceci est particulièrement important car de nombreuses personnes qui ont la grippe ne consultent pas de médecin, et ne sont donc pas comptabilisées par les méthodes de surveillance traditionnelles.

  Toutes les semaines, les participants rapportent les symptômes qu’ils ont éventuellement eus depuis leur dernière connexion. En échange, nous informons les participants des résultats de l’étude, et leur donnons des nouvelles sur la grippe et la situation de la maladie en France.

  Pour fonctionner, GrippeNet.fr s’appuie donc sur la participation volontaire de la population résidant en France. Pour la première fois, vous avez la possibilité d’être directement acteur de la surveillance de la grippe en France, et de participer aux activités de recherche sur cette maladie.

  Pas besoin d’être malade pour participer ! Au contraire, les participants sains sont particulièrement importants pour pouvoir estimer le plus justement possible la proportion de personnes avec syndromes grippaux dans GrippeNet.fr.

  Plus le nombre de participants sera grand, plus les résultats de l’étude seront scientifiquement pertinents.

La Carte Vitale se commande en ligne

Créé par le 08 déc 2016 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

Pour faire gagner du temps aux assurés, l’assurance-maladie simplifie la commande de la carte Vitale. Désormais, ils peuvent faire la démarche en ligne de A à Z, depuis leur compte Amélie. Plus besoin d’envoyer de documents papier, que ce soit pour une réédition ou une première demande de carte Vitale, quelques clics suffisent. En moyenne, le délai d’attente pour recevoir une nouvelle carte Vitale est réduit d’une semaine. À l’heure où les démarches en ligne sont de plus en plus plébiscitées, l’assurance-maladie complète ainsi son offre de télé services pour leur faciliter la vie.

➤ Connectez-vous sur www.ameli.fr

Vaincre le cancer

Créé par le 15 nov 2016 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

La 4ème journée d’information et d’échange « Vaincre le cancer », proposée par le réseau Onco des Pyrénées-Orientales, se déroulera à Perpignan, au Palais des Congrès, le jeudi 17 novembre entre 14h et 19h. Parce que « s’informer c’est déjà lutter », cette manifestation gratuite, mise en place par les professionnels de la santé spécialisés en cancérologie, s’adresse au grand public.

Au programme :

14h : mot d’accueil du président d’Onco P.-O., le Dr Ellis.
14h15 : « Comment se développe le cancer ? » avec Mme James, Ph. D en biologie, attachée de recherche clinique DRCPO et Mlle Climent, ingénieur en biologie, coordonnatrice du 3C ONCO P.-O.
14h45 : « Qu’est-ce que l’immunothérapie ? » avec le Dr Ellis, oncologue radiothérapeute, centre catalan d’oncologie.
15h15 : « Prise en charge des cancers ORL » avec le Dr Comet, oncologue radiothérapeute, centre catalan d’oncologie et le Dr Rupp, chirurgien ORL, hôpital de Perpignan.
16h15 : « Comment lutter contre la fatigue ? » avec le Dr Barel, oncologue, hôpital de Perpignan, Mme Baussard, psychologue, ICM, Montpellier et le Dr Khémissa, gastroentérologue, hôpital de Perpignan.
17h15 : « Retour à l’emploi après un cancer » avec le Dr Monier et le Dr Falcou, médecins du travail, pôle santé travail des P.-O.
17h45 : « Le cancer, une affaire de famille » avec le Dr Bronsard, pédopsychiatre, directeur de la maison des adolescents et du CMPP départemental, Marseille I.

Tout au long de l’après-midi, des stands d’information sont proposés par les associations dans le hall du Palais des Congrès : Cancer support France, Canet cancer, Comité CAMI P.-O., Cosmetic executive women (CEW), Dépistages 66, Équilibre 66, Education physique et gymnastique volontaire (EPGV),  Hospitalisation à domicile (HAD), Ligue contre le cancer, L’amie les ateliers de Marie, Les blouses roses, L’instant socio, L’olivier et la Société d’escrime argelésienne.

Troubles psychiques : atelier d’entraide pour les familles

Créé par le 13 nov 2016 | Dans : A retenir, Santé

La délégation Unafam de Perpignan, association en lien avec des familles et de l’entourage de personnes vivant avec des troubles psychiques, organise un atelier d’entraide Prospect les samedi 26 et dimanche 27 novembre, ainsi que le samedi 3 décembre, dans les salles de l’Udaf au 3 rue Déodat-de-Séverac à Perpignan.

L’atelier d’entraide Prospect concerne les familles ou proches (père, mère, soeur, frère, conjoint, enfant, ami(e) s proches) de personnes atteintes de troubles psychiques et qui sont confrontés à l’imprévisibilité et à l’étrangeté de la maladie.

L’atelier est une aide de pairs à pairs pour permettre aux participants d’échanger leurs expériences, pour faire face aux difficultés qu’ils rencontrent, pour les inciter à sortir de l’isolement, pour construire ensemble des savoir-faire et oser changer pour faire face dans la durée. Cet atelier fonctionne par groupe de 10 à 12 personnes maximum qui s’engagent à participer activement aux trois jours, c’est-à-dire à l’ensemble des dix modules articulés autour de thématiques successives qui conduisent les participants à prendre conscience de l’impact de la maladie de leur proche sur leur propre santé physique et psychique, des savoirs que la maladie de leurs proches leur a appris et de leurs capacités à développer des perspectives d’avenir. L’objectif final de cet atelier est de développer la confiance et l’estime de soi en prenant mieux soin de soi pour mieux aider son proche.

Cet atelier sera animé deux bénévoles Unafam. Par ailleurs, l’Unafam propose un accueil pour les familles et proches de malades psychiques tous les mardis après-midi, de 14h30 à 17h, à la maison des familles au 3 rue Déodat-de-Séverac à Perpignan. Rendez-vous à prendre au 06.88.59.08.62.

Inscription au 06.09.63.85.06.

12345...20

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...