Compte-rendu du conseil municipal du 11 mai 2009

Créé par le 15 mai 2009 | Dans : Equipe municipale et commissions

Date de la convocation : 04 mai 2009 

Date d’affichage : 04 mai 2009    

Afférents au Conseil Municipal : 11 

En exercice : 10 

Ont pris part à la délibération : 10 

L’an deux mille neuf et le onze mai à vingt heures trente, le Conseil Municipal de cette Commune, régulièrement convoqué, s’est réuni au nombre prescrit par la loi, dans le lieu habituel de ses séances, sous la Présidence de Mme LESNÉ Maya, le Maire. 

Étaient présents : Mmes LESNÉ Maya, MAURICE Dominique, MATHIS Marie-José, MOLINA Bernadette, RAFEL Jacqueline, Mrs ALBA José, CABRERA Justin, FANTIN Gilbert, GUIDICELLI Vincent, VIDAL Francis

Absent : Néant

Procuration : Néant

Secrétaire de Séance : ALBA José

RENOUVELLEMENT D’UN DÉLÉGUÉ AU S.I.P DES ASPRES 

Madame le Maire rappelle à l’Assemblée que suite au décès de Gerd BÖTTCHER, conseiller municipal et délégué du S.I.P, il y a lieu de procéder au renouvellement d’un délégué de la Commune au S.I.P DES ASPRES.

Le Conseil Municipal, après l’appel des candidatures,  PROCÈDE à l’élection au scrutin secret et à la majorité absolue, d’un délégué au S.I.P DES ASPRES 

- Les résultats sont les suivants : 

Nombre de votants :…………………………10 

Bulletins nuls :………..…………………..….0 

Reste pour le nombre des suffrages exprimés : 10 

Majorité absolue :…………………………….5 

- A obtenu :     M. GUIDICELLI Vincent : 10 voix 

En conséquence, Monsieur GUIDICELLI Vincent est élu pour représenter la Commune de TORDÈRES au S.I.P DES ASPRES. 

RAPPORT D’ACTIVITÉ DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES ASPRES        

Madame le maire rappelle la loi n°99.586 du 12/07/1999 qui prévoit un rapport annuel sur l’activité de la communauté des communes des Aspres.

Cependant, la loi fait obligation aux communes de présenter ce rapport au Conseil Municipal avant le 30 septembre 2009.

LE CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir valablement délibéré et à l’unanimité des membres présents ou représentés,

PREND ACTE de la communication du rapport sur l’activité de la Communauté des Communes des Aspres (exercice 2008).

MODIFICATION DES STATUTS DU SMA BASSIN VERSANT DU RÉART – Modification du nombre de Vice-Présidents 

Madame le Maire donne connaissance à l’Assemblée :

1/ de la délibération du SMA du Bassin Versant du Réart du 25 février 2009 modifiant les statuts par la modification du nombre de Vice-Présidents.

2/ de la notification faite par le Président du SMA Bassin Versant du Réart de délibérer sur le consentement ou l’opposition à cette modification des statuts.

Et demande à l’Assemblée de se prononcer.

Le Conseil Municipal, après en avoir valablement délibéré, et

Par…………..8 voix POUR

Et……………2 ABSTENTIONS

ACCEPTE la modification des statuts du SMA Bassin Versant du Réart telle que définie dans la délibération du Comité Syndical du 25 février 2009.

DÉLÉGATIONS AU MAIRE 

Madame Le Maire expose que les dispositions du Code Général des Collectivités Territoriales, article L2122-22, permettent au Conseil Municipal de déléguer au maire un certain nombre de ses compétences.

Dans un souci de favoriser une bonne administration communale et après en avoir délibéré, le Conseil Municipal DECIDE à l’unanimité des membres présents et représentés, pour la durée du présent mandat, de confier à Madame Le Maire les délégations suivantes :

-1°/ De fixer, dans les limites d’un montant n’excédant pas 10€/M², les tarifs des droits de voirie, de stationnement, de dépôt temporaire sur les voies et autres lieux publics et, d’une manière générale, des droits prévus au profit de la commune qui n’ont pas un caractère fiscal ;

-2°/ De prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l’exécution et le règlement des marchés et des accords-cadres ainsi que toute décision concernant leurs avenants, lorsque les crédits sont inscrits au budget ;

-3°/ De passer les contrats d’assurance ainsi que d’accepter les indemnités de sinistre y afférentes ;

-4°/De créer les régies comptables nécessaires au fonctionnement des services municipaux ;

-5°/ De prononcer la délivrance et la reprise des concessions dans les cimetières ;

-6°/ D’accepter les dons et legs qui ne sont grevés ni de conditions ni de charges ;

-7°/ De fixer les rémunérations et de régler les frais et honoraires des avocats, notaires, avoués, huissiers de justice et experts ;

-8°/De fixer les reprises d’alignement en application d’un document d’urbanisme ;

PARTAGE DES FRAIS D’INSTALLATION D’UNE PORTE DE SECOURS À L’ÉCOLE AVEC ASPRESIVOS 

Le maire rappelle au Conseil Municipal qu’il avait été envisagé l’installation d’une porte de secours à l’école de Tordères et que les frais d’installation seraient partagés entre la commune de Tordères et le syndicat ASPRESIVOS.

La porte est maintenant installée, la facture s’élève à   2953.80 €, la somme due par la commune est de 1476.90 €

Le Maire demande au Conseil Municipal d’ACCEPTER ou de S’OPPOSER au règlement de cette facture, et d’AUTORISER le maire à signer la convention qui spécifie que le paiement se fera par la commune et le syndicat ASPRESIVOS.

Après en avoir délibéré, Le Conseil Municipal, ACCEPTE à l’unanimité des membres présents ou représentés, que le maire procède au règlement de la facture d’un montant de 1476.90 € et l’AUTORISE à signer la convention qui spécifie que le paiement se fera par la commune et le syndicat ASPRESIVOS.

DÉCISION MODIFICATIVE BUDGÉTAIRE 

Madame Le Maire explique qu’il convient de procéder à une modification budgétaire d’investissement afin de prévoir les crédits nécessaires à la dépense de la porte de secours de l’école.

Après en avoir valablement délibéré, et à l’unanimité des membres présents ou représentés,

Le Conseil Municipal,

APPROUVE la décision modificative suivante :

DÉPENSES D’INVESTISSEMENT                      DÉPENSES D’INVESTISSEMENT 

Article 2153 :                     -1476.90 €                  Article 2131 :                      + 1476.90 € 

Réseaux divers                                                     Bâtiments publics 

►Questions diverses 

- Organisation des élections européennes du 07 juin 2009 

- Procédure de péril ordinaire pour la ruine DUBOIS

- Lancement des travaux du SIP

- Problème dans le compte rendu du SMA Bassin Versant du Réart 

- Projet de bandes rugueuses devant l’école et la mairie

- Problème du vandalisme régulier

- Demande acceptée des « anti-THT » pour se réunir sur la plaça major afin d’y organiser un débat

- Lampes à induction proposées par le SIVOM de Ponteilla 

La séance est levée à 23h05 

Journée départementale de l’autisme

Créé par le 14 mai 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Economie locale et associations, Fêtes et animations, Infos pratiques

  Dans les Pyrénées-orientales, l’autisme concerne plus de 400 familles. L’autisme demeure un monde de solitude malgré toute l’affection dont sont entourés les autistes, et c’est pourquoi nous devons, tous ensemble, aider à leur faire partager notre vie, en leur en donnant tous les moyens possibles.

  Une opération de bienfaisance pour les enfants, adolescents et adultes autistes se déroulera à partir du 16 mai, journée départementale de l’autisme, à l’initiative de Sésame Autisme Roussillon, et s’achèvera le 24 mai. Plusieurs entreprises y participeront par le biais de produits « bodega » (charcuterie catalane, épicerie et vins catalans); ces produits seront signalés dans les magasins participants. La totalité des bénéfices recueillis sera reversée à l’association Sésame Autisme Roussillon. Par ailleurs, des visites des joueurs des Dragons Catalans seront organisées dans tous les points de vente participant à cette opération (avec des séances de dédicace pour les clients). Le coup d’envoi du match des Dragons Catalans contre St. Helens, le 16 mai au stade Gilbert Brutus, sera effectué par un jeune adulte autiste.

  A l’occasion de cette journée départementale, l’ESAT « Le Mona » de Tordères, organise, en partenariat avec le comité départemental de randonnée pédestre, deux promenades sur la commune. Les départs seront respectivement donnés à 9 et 9h30, avec un retour prévu à 12h. Bonne marche à tous!

Contact : Sésame Autisme Roussillon, 3 rue Deodat de Séverac, Perpignan; Tél. : 04.68.51.09.92; e-mail : sesame.autisme66@wanadoo.fr

Conseil municipal le lundi 11 mai 2009

Créé par le 05 mai 2009 | Dans : Equipe municipale et commissions

Le Conseil Municipal se réunira le lundi 11 mai 2009 à 20h30, à la mairie. Nous vous rappelons qu’en vertu de l’article L. 2121-18 du Code Général des Collectivités Territoriales, les séances des conseils municipaux sont publiques. La salle des séances est donc ouverte à tous, sans restriction.

Ordre du jour :

1. – Renouvellement du délégué du SIP.

2. – Rapport d’activité de la Communauté de Communes des Aspres.

3. – Modification des statuts du SMA Bassin Versant du réart – modification du nombre de vice-présidents.

4. – Délégation au maire.

5. – Partage des frais d’installation d’une porte de secours à l’école avec ASPRESIVOS.

6. – Décision modificative budgétaire.

Questions diverses

Eco-piège à chenilles processionnaires

Créé par le 04 mai 2009 | Dans : A retenir, Environnement, Infos pratiques

La société «La Mésange Verte » de Bages vient de lancer sur le marché un tout nouveau produit destiné à protéger des risques sanitaires liés à la chenille processionnaire du pin et à assurer la destruction des processions de nymphose.

L’éco-piège est un dispositif qui se place sur chaque arbre atteint dans la zone estimée sensible. C’est un moyen écologique simple et fiable.

Si ce procédé vous intéresse et pour en savoir plus, vous pouvez téléphoner au 04.68.37.58.96. 

Notre commune, objet d’une étude universitaire

Créé par le 03 mai 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales

  Tordères a été choisi comme objet d’étude et d’analyse par les étudiants en licence d’aménagement de l’Université de Perpignan (qui prépare aux métiers de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de l’environnement). Ne soyez donc pas étonnés si certains d’entre eux viennent frapper à votre porte pour vous proposer de répondre à leur questionnaire. 

Travaux

Créé par le 29 avr 2009 | Dans : Affaires sociales, Eglise, Equipe municipale et commissions

  Certains travaux engagés sur la commune s’achèvent ou ont été achevés (tels que la réparation du retable qui arrive à son terme après plus de six mois de chantier, ou bien encore la rénovation et la remise aux normes du  chemin du Mona, des ponts du chemin du Lladac, ou plus modestement, la construction d’une porte de secours pour l’école). D’autres chantiers vont à présent démarrer, notamment tous ceux qui concernent les dégâts engendrés par la tempête Klaus qui aura fait pour près de 25 000 € de dommages sur les bâtiments communaux, heureusement bien pris en charge par les assurances : comme le dit le dicton « à quelque chose malheur est bon » puisque nous allons pouvoir reconstruire en bien mieux ! 

L’ami Gerd s’en est allé

Créé par le 19 avr 2009 | Dans : Carnet de deuil

  C’est toute une page de l’histoire de Tordères qui vient de se tourner cet après-midi avec la disparition brutale de Gerd Böttcher. Il est parti comme il a vécu, discrètement. C’est l’image d’un homme simple et tranquille, attentif aux autres, délicat, réservé, et plus que tout passionné par son village où il vivait depuis plus de trente ans, que nous garderons au coeur.

  Il avait une trentaine d’années lorsqu’il est arrivé ici, la musette en bandoulière, sans le sou mais la tête pleine de projets et des mains vaillantes pour les mettre en oeuvre. Il venait de la froide et lointaine Silésie et s’est immédiatement épris des pierres du pays, de la garrigue et plus que tout de la toute petite communauté villageoise d’alors. Depuis ce jour, il n’a eu de cesse de restaurer et d’embellir le village. 

  Tordères lui doit beaucoup, tant d’un point de vue humain (bon nombre de personnes ont bénéficié de son aide, parfois des familles entières) que d’un point de vue architectural (il a su redonner vie au coeur du village ancien en rénovant des ruines et des bâtisses avec bon goût et avec un profond sens du pays). Une poutre à soulever? Une tranchée à creuser? Un problème de logement? Gerd était là et « dépannait », on pouvait toujours compter sur lui.

  La vie municipale le passionnait et il assumait sa fonction de conseiller avec beaucoup de sérieux et d’attention. Le Préfet en personne avait salué sa participation au conseil en le conviant à une cérémonie, en novembre dernier. Il avait, me semble-t-il, vécu son élection comme une forme de reconnaissance de la part des habitants et il en était très fier.

  Tout le conseil municipal se joint à moi pour rendre hommage à son engagement et pour s’associer à la douleur de sa compagne, Bärbel, de ses fils, Felix et Florian, de sa belle-fille, Laura, ainsi que de ses frères et soeurs. Gardons au coeur sa mémoire, tout comme les bons ou les durs moments partagés avec lui, et qu’au panthéon des Tordérencs, il repose en paix.

  Une cérémonie organisée par ses proches pour célébrer sa mémoire se déroulera le samedi 25 avril à 14h sur la Place des Figuiers qu’il aimait tant. Que tous ceux qui l’ont apprécié y participent. Par ailleurs une table et un livre de condoléances seront mis en place mardi après-midi devant la mairie.

Maya Lesné, pour le conseil municipal de Tordères 

Le défibrillateur cardiaque est en place

Créé par le 09 avr 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Equipe municipale et commissions, Infos pratiques, Santé

  Un défibrillateur cardiaque semi-automatique a été installé aujourd’hui à Tordères (sur le mur à l’arrière de la mairie) grâce à l’aide du Conseil Général des Pyrénées-Orientales qui en est l’initiateur et le financeur. Cette démarche innovante a pour objectif de faire reculer la mort subite. Les décès par accident cardio-vasculaire constituent l’une des principales causes de décès en France. Ce véritable fléau qui touche près de 60 000 personnes par an, n’épargne pas notre département puisque 300 à 350 habitants en sont victimes chaque année.

  La majorité des arrêts cardiaques sont liés à un trouble du rythme, la fibrillation ventriculaire, décelée et traitée par un dispositif médical, le défibrillateur conçu pour restaurer l’activité circulatoire. Une défibrillation précoce, en renforçant la chaîne de survie : alerte immédiate, gestes élémentaires de réanimation en attendant l’arrivée des unités de secours, peut significativement augmenter les chances de survie, aujourd’hui très faibles.

  Le décret n° 2007-705 du 04 mai 2007 habilite désormais «toute personne, même non médecin» «à utiliser un défibrillateur automatisé externe répondant aux caractéristiques définies à l’article R6311-14» du Code de la Santé publique.

  Pour l’heure onze personnes du village sont formées à la manipulation de cet appareil. Il s’agit de Valérie Alba, José Alba, Justin Cabrera, Gilbert Fantin, Maya Lesné, Edith Martenot, Marie-José Mathis, Dominique Maurice, Mohamed Mellouk, Bernadette Molina et Jacqueline Rafel. Une nouvelle séance de formation sera lancée pour dix autres personnes dans les semaines à venir, n’hésitez pas à vous y inscrire en mairie  (y compris les adolescents).

Un défibrillateur, comment ça fonctionne?

Créé par le 09 avr 2009 | Dans : A retenir, Affaires sociales, Infos pratiques, Santé

  Le défibrillateur automatique est un appareil portable, fonctionnant au moyen d’une batterie, de la taille d’une sacoche, dont le rôle est d’analyser le rythme cardiaque et si nécessaire de permettre la délivrance d’un choc électrique (ou défibrillation).

  Le boîtier est relié à deux électrodes collantes (patch) à disposer sur la poitrine de la victime, une au niveau de la clavicule droite, l’autre sous l’aisselle gauche. Les électrodes ont un double usage : elles permettent à l’appareil de recueillir le rythme cardiaque et servent si nécessaire d’interface de transmission de l’influx électrique vers la victime. Les réglages de l’appareil sont verrouillés, les seules actions possibles sont de l’allumer, de l’éteindre, et de délivrer le choc si l’appareil le demande.

  L’appareil dispose d’une carte à mémoire de type mémoire flash enregistrant les paramètres de fonctionnement (les électrocardiogrammes, les séquences de défibrillation, et pour certains modèles les sons ambiants dont la voix des sauveteurs). Les données enregistrées permettront d’effectuer une analyse a posteriori de la situation (informations aux service médicaux sur la démarche thérapeutique à entreprendre, etc.).

  L’appareil qui se trouve sur notre commune est un défibrillateur semi-automatique (DSA), cela signifie que que le sauveteur doit appuyer sur un bouton pour que l’appareil délivre le choc. Le sauveteur doit donc s’assurer que personne ne touche la victime avant d’autoriser l’appareil à délivrer le choc électrique. Si ce courant passe par une personne en contact avec la victime, le risque de blessure pour cette personne est négligeable mais la victime ne bénéficie pas du choc.

  L’analyse du rythme cardiaque et le diagnostic sont automatiques. La machine ne permet de choquer que si l’activité cardiaque de la victime le justifie, car il faut arrêter de réanimer pour choquer. Si le cœur de la victime ne présente pas un rythme chocable, le défibrillateur indique qu’aucun choc n’est indiqué et le sauveteur continue donc la réanimation, ce qui donne les meilleures chances de survie à la victime.

  Le défibrillateur automatique ne doit être posé que sur une personne de plus de un an qui ne respire pas. Bien que le défibrillateur agisse sur le cœur, l’arrêt de la respiration est un critère suffisant pour le grand public car la prise du pouls représente une perte de temps pour un résultat peu fiable. Les personnels formés à la prise du pouls peuvent, quant à eux, constater l’arrêt cardio-circulatoire avant de poser l’appareil. En cas de doute, il vaut mieux installer le défibrillateur automatique car, de toutes façons, il ne choquera que si c’est utile.

L’arc électrique doit passer dans le corps au travers du coeur et non pas à l’extérieur, il faut donc :

  • s’assurer que l’on n’est pas dans une atmosphère explosive (fuite de gaz…) ;

  • mettre la victime sur une surface sèche, non métallique ;

  • dénuder le torse de la victime ;

  • sécher rapidement, en cas de besoin, le torse de la victime ;

  • si nécessaire, raser les poils à l’endroit où l’on va poser les électrodes, pour permettre un bon contact ;

Un défibrillateur, comment ça fonctionne? dans A retenir

magnify-clip dans Affaires sociales (Localisations des deux électrodes)

  • poser les électrodes auto-collantes en suivant les dessins et allumer l’appareil : une au niveau de la clavicule droite, l’autre sous l’aisselle gauche.

  Il faut pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire (bouche-à-bouche et massage cardiaque) avant et pendant la pose du défibrillateur automatique. Lorsque le défibrillateur automatique est allumé, l’appareil émet des invites vocales donnant des instructions. Il faut notamment que personne ne touche la victime pendant l’analyse du rythme cardiaque et la délivrance des chocs (la réanimation est donc provisoirement interrompue).

 z

 Un arrêt cardiaque peut avoir trois mécanismes :

  • une tachycardie ventriculaire (cœur battant à 200 pulsations par minute, voire plus) ou une fibrillation ventriculaire (battement extrêmement rapide et désordonné à 300 ou 400 pulsations par minute) se traduisant par une inefficacité quasi-totale de la fonction pompe;

  • une asystolie correspondant à une pause prolongée ;

  • une dissociation électromécanique (DEM), ou activité électrique sans pouls : le cœur conserve une activité électrique rythmique quasi-normale mais n’a plus aucune efficacité mécanique. C’est le cas lors d’hémorragies importantes, de ruptures cardiaques, d’un hématome comprimant le cœur…

  La défibrillation n’est efficace que dans le premier cas. Il faut donc diagnostiquer la fibrillation pendant les manœuvres de réanimation cardiopulmonaire; ce diagnostic peut être fait par un médecin avec un électrocardiogramme, ou bien de manière automatique par un défibrillateur semi-automatique (DSA) ou un défibrillateur entièrement automatique (DEA).

  La défibrillation consiste à délivrer un choc électrique bien calibré (puissance, phase) et passant au bon endroit, afin de synchroniser à nouveau les contractions des fibres du myocarde et à permettre au cœur de battre normalement à nouveau ; elle doit se produire avant l’asystolie.

  Le fait de pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire (RCP : bouche-à-bouche associé aux compressions thoraciques) permet de faire circuler le sang oxygéné, donc d’alimenter le cerveau et le myocarde en oxygène, et augmente les chance de réussite de la défibrillation : le cœur étant oxygéné, il reste plus longtemps en fibrillation (cela retarde l’asystolie), on a donc plus de chances de récupérer la victime.

  En général, la victime ne reprend pas connaissance au cours de la réanimation, avec ou sans défibrillation. Il est donc nécessaire de poursuivre ces manœuvres jusqu’à l’arrivée des secours. La poursuite de la réanimation doit se faire par une équipe médicale.

  Le fait que la défibrillation fasse repartir le cœur ne signifie pas que la personne va survivre ; par ailleurs, si elle survit, elle peut garder des séquelles neurologiques irréversibles. Cependant, la réanimation cardio-pulmonaire est la seule technique connue qui donne de bonnes chances de survie à la victime, et l’utilisation d’un défibrillateur augmente ces chances.

 z

  Le scénario idéal d’une réanimation à l’aide d’un défibrillateur automatique est :

1) Le sauveteur est présent lorsque la personne s’effondre et reconnaît une situation d’arrêt cardio-circulatoire : la personne ne répond pas, ne respire pas et ne réagit pas aux insufflations ;

2) Si aucun témoin n’est disponible, il appelle les secours (15 depuis un téléphone fixe, 112 depuis un portable) immédiatement en spécifiant qu’il est en présence d’une personne en arrêt respiratoire ;

3) Si un témoin est disponible, le sauveteur le charge d’appeler les secours et, si possible, d’apporter un défibrillateur ;

4) Le sauveteur pratique la réanimation cardio-pulmonaire;

5) Si le témoin rapporte un défibrillateur, le secouriste arrête immédiatement la réanimation et le met en place ;

6) Une équipe de secouristes arrive et prend le relais, installant un défibrillateur s’il n’y en avait pas déjà un. Dans les deux cas, il est souhaitable que le défibrillateur soit placé dans les 5 minutes suivant l’arrêt cardiaque ;

7) Une équipe médicale ou paramédicale est présente dans les 20 minutes, selon la localisation, pour poursuivre la réanimation.

z 

  Dans le cas des enfants, l’arrêt cardiaque n’est qu’exceptionnellement dû à une fibrillation ventriculaire. Dans la plupart des cas, l’arrêt est consécutif à un manque de dioxygène (hypoxie ou anoxie : noyade, étouffement, intoxication, apnée spontanée) : en effet, le tissu cardiaque est jeune et sain, il n’y a pas de risque d’infarctus. Donc la défibrillation est inutile et la pose de l’appareil retarde inutilement les manœuvres de réanimation qui elles ont une très grande efficacité : le fait d’apporter du dioxygène aux cellules va pouvoir faire repartir le cœur dans la plupart des cas si ceci est fait suffisamment tôt.

  Il existe toutefois de rares cas où le cœur sera en fibrillation ventriculaire, notamment en cas de malformation cardiaque ou si l’arrêt cardiaque est dû à un choc électrique. La procédure d’intervention sur un enfant entre un et huit ans est la suivante :

  • si un témoin est disponible, faire alerter les secours et demander un défibrillateur ;

  • effectuer 5 insufflations (bouche à bouche ou bouche à nez) ;

  • si la respiration n’a pas repris, commencer la réanimation cardio-pulmonaire. Si aucun témoin n’est disponible, le sauveteur arrête la réanimation au bout de cinq cycles de 30 compressions et deux insufflations pour aller alerter les secours, il revient ensuite pour réanimer la victime ;

  • continuer la réanimation jusqu’à l’arrivée des secours ou d’une personne apportant un défibrillateur. Dès qu’un défibrillateur est disponible, le poser.

  Il faut utiliser des électrodes spécifiques pour enfant, et les poser conformément aux indications du constructeur. À défaut, on utilisera des électrodes « adulte » en faisant attention à ce qu’elles ne se chevauchent pas. Si, en raison de la taille du thorax et des électrodes, on ne peut pas les poser toutes les deux sur la face avant du thorax, alors on en posera une sur la face avant du thorax et une dans le milieu du dos, entre les deux omoplates ; dans ce cas, le sauveteur peut être amené à réaliser les compressions en appuyant directement sur l’électrode antérieure.

Vandalisme à Tordères

Créé par le 06 avr 2009 | Dans : Affaires sociales, Equipe municipale et commissions

  Quelle ne fut pas notre tristesse ce matin en constatant les dégradations dont notre village a fait les frais hier soir… Vitres de lampadaire brisées, plants de lilas déracinés et jetés sur le toit de l’école, tuiles de ce même toit cassées (alors qu’elles avaient échappé à la tempête), jeunes platanes tailladés au canif, tuteurs arrachés, détritus abandonnés par-ci par-là… Bref, un triste saccage, perpétré par qui et pourquoi au juste? Tout le monde s’en est ému, des plus petits aux plus grands, mais nul ne comprend la raison de cet acte qui sème un malaise dans le village. A force de s’interroger, toutes sortes de doutes et de suspicions malsaines se sont mises à planer dans nos rues au cours de la journée : « ça doit être untel ou untel »… Des jeunes, des jeunes forcément.

  Ce soir, je suis donc allée à la rencontre de quelques-uns des jeunes garçons de notre commune, trimballant leurs soucis de jeunes adultes mais leur gaieté aussi (heureusement!) et nous avons discuté longuement de ces dégradations et des suspicions qu’elles faisaient bien évidemment naître. Ils étaient tout aussi troublés et perplexes que le reste des habitants et m’ont assuré n’avoir en rien participé à ces exactions. « On a grandi ici, quand même! On est attachés à notre village, pourquoi voudrais-tu qu’on le casse? Ce serait absurde »… Il y a des mots qui font du bien à entendre et, sans doute, du bien à prononcer aussi. 

 Ils m’ont confirmé que le parking de l’école et la Plaça Major étaient régulièrement investis par des jeunes venus d’autres communes, en voitures ou en scooters, parfois tranquilles, parfois plus agités… Il semblerait que cela ait été le cas hier soir, bien après minuit. A ces heures tardives, nous n’avons plus de réel pouvoir de contrôle (à moins de tomber dans le tout sécuritaire et d’organiser des rondes, mais nous n’en sommes pas là!). La brigade de gendarmerie de Thuir ne peut pas non plus être partout à la fois et a bien d’autres affaires à traiter que nos malheureuses et, ô combien courantes, petites histoires de vandalisme. Une plainte va tout de même être déposée, espérons qu’elle en dissuadera quelques-uns de réitérer leurs actes et que Tordères retrouvera la paix et la gaieté qui l’ont toujours habitée. 

Maya Lesné

1...159160161162163...169

citoyenprogressiste |
goeland |
Gratte-Ciel Info |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...